Merci de ne PAS poster de messages concernant la vente d'un organe et comportant des coordonnées téléphoniques, e-mail, etc. La loi française interdit la vente d'organes.

Transplant Tourism—An Update Regarding the Realities

Author:  Francis L. Delmonico
Posted: 05/16/2011; Nat Rev Nephrol. 2011;7(5):248-250. © 2011 Nature Publishing Group

"A recent article exposes the ongoing industry of transplant tourism in China, where foreign patients can receive vendor organs recovered from executed prisoners. Concerning data reveal the long-term complications of kidney transplant tourism, particularly the increased risk of malignancy. These findings relay an important message to transplant communities and physicians worldwide."

"A paper published recently in Kidney International draws attention to the practice of transplant tourism from Taiwan to mainland China, where transplant tourists receive vendor organs that have been recovered from executed prisoners.[1] The authors evaluated medical records of 215 Taiwanese patients who underwent commercial transplantation in China, comparing their outcomes with those of a cohort of domestic transplant recipients who received legitimate renal transplants from deceased donors in Taiwan over the same time period. The graft and patient survival rates were better for the domestic group than for the tourist group 10 years after transplantation, but the differences between the groups were not statistically significant. However, the authors focus on transplant tourism as an independent risk factor for post-transplantation malignancy—attributed to the tourist recipients generally being older, to induction immunosuppressive treatment as a factor contributing to malignancy, and to the absence of, or inadequacy of, pretransplantation cancer screening of the donor.

This study is one of several that have been published regarding the hazards of transplant tourism.[2,3,3–5] The data reveal either poor medical care of the tourist or an increased rate of complications, but the data are also alarming regarding the health of the vendor donor. The Sindh Institute of Urology and Transplantation in Karachi, Pakistan, followed vendor kidney donors from the time of nephrectomy and found that many had compromised renal function and a high risk of developing chronic renal failure in the long term.[6] These donors who receive no proper medical care and follow-up may some day be in need of a kidney transplant themselves. Unethical practices are now well known to be part of the commercialism of transplant tourism. A widely referenced program from Iran has reported its misgivings to conclude that the impaired quality of life of the vendor—both before and after nephrectomy—necessitates careful assessment before making a commercial program of unrelated transplantation the centerpiece of policy.[7]

The Declaration of Istanbul Custodian Group has developed a brochure for individuals contemplating transplantation in a foreign destination. This patient brochure is readily available at the Declaration of Istanbul website[8] and the hazards of transplant tourism are made clear.

Recently, the dangers of medical and transplant tourism have intensified following the identification of esoteric bacteria carrying the New Delhi metallo-β-lactamase-1 (NDM-1) multiple antibiotic resistance gene, originally found in India and Pakistan (frequent destinations of transplant tourists), but now observed in patients in the UK and other countries around the world.[9]

Meanwhile, the transplant procedure that is performed in China using organs from executed prisoners is not a procedure of transparency with regulatory oversight. Many transplant professionals have visited China in recent years, yet none has witnessed this unethical process spanning the execution and transplantation. The facilities in China that are performing such transplantations wish to conceal the numbers and outcomes of their experience. No mandate is available to assess quality improvement when the transplantation is obviously carried out for commercial purposes, victimizing both the vulnerable donor being executed and the recipient who is receiving inadequate care.

The report from Taiwan exemplifies the anticipated consequences of transplant tourism for the transplant centers and for the transplant recipients. For the transplant centers, the expansion of this type of unregulated tourism necessitates increased resources to be unpredictably available for care of the transplant tourist after transplantation. For the individual 'tourist', the report reveals the inadequate perioperative transplant care and the different post-transplantation medical care compared to patients who undergo kidney transplantation in their home country.

Canadian professional societies have published a helpful policy statement in concert with the Declaration of Istanbul regarding the responsibilities of the physician for transplant tourists.[10] Physicians have a duty to advocate for their patients in obtaining a transplant, but as members of the medical community they also have a duty to prevent harm to their patients and other individuals—in this instance the kidney donor. The policy also recognizes that physicians have an obligation to care for the transplant tourist who has an acute complication; however, in nonemergency situations, physicians may elect to defer the care of the transplant tourist to another physician, especially in circumstances in which the hazards of undergoing transplantation in a foreign country have been explained in advance.[10]

The alternative to patients needing to leave their country for transplantation is national self-sufficiency: fulfilling the organ donation needs of a nation by utilizing resources from within the country. The World Health Assembly Resolution of 2010 calls upon all countries to address those needs and not foster transplant tourism. In that regard, Israel has taken a commendable step in prohibiting insurance companies from supporting Israeli patients who undergo illegal transplantation in foreign countries. It is now illegal for a foreign national to undergo transplantation in China. Transplant tourism systematized with the cooperation of governments and its embassies sustains the commercialism while setting aside responsibility of government to develop a program of deceased donation for its own people. This issue should not be overlooked by state governments. Recently, the State of Arizona decided to no longer provide Medicaid funding for its residents to undergo transplantation. The result was the reported interest of a brokerage group to outsource transplantation to Mexico. Of course, immediate questions arise—where are the organs going to come from and what would such a program mean for Mexicans in need of transplants?

The experience of centers in the care of transplant tourists must continue to be reported in the medical literature to provide revealing information and affirm an international standard—that transplant tourism is not ultimately advantageous for the patient or acceptable to the physician accountable for medical care."


1.Tsai, M.-K. et al. De novo malignancy is associated with renal transplant tourism. Kidney Int. doi: 10.1038/ki.2010.500.

2.Padilla, B. S. Regulated compensation for kidney donors in the Philippines. Curr. Opin. Organ Transplant. 14, 120–123 (2009).

3.Khamash, H. A. & Gaston, R. S. Transplant tourism: a modern iteration of an ancient problem. Curr. Opin. Organ Transplant. 13, 395–399 (2008).

4.Rizvi, S. A. Commercial transplants in local Pakistanis from vended kidneys: a socio-economic and outcome study. Transpl. Int. 22, 615–621 (2009).

5.Prasad, G. V., Shukla, A., Huang, M., D'A Honey, R. J. & Zaltzman, J. S. Outcomes of commercial renal transplantation: a Canadian experience. Transplantation 82, 1130–1135 (2006).

6.Naqvi, S. A. et al. Health status and renal function evaluation of kidney vendors: a report from Pakistan. Am. J. Transplant. 8, 1444–1450 (2008).

7.Nejatisafa, A. A. et al. Quality of life and life events of living unrelated kidney donors in Iran: a multicenter study. Transplantation 86, 937–940 (2008).

8.The Declaration of Istanbul on Organ Trafficking and Transplant Tourism [online], (2008).

9.Moellering, R. C. Jr. NDM-1—a cause for worldwide concern. N. Engl. J. Med. 363, 2377–2379 (2010).

10.Gill, J. S. et al. Policy statement of Canadian Society of Transplantation and Canadian Society of Nephrology on organ trafficking and transplant tourism. Transplantation 90, 817–820 (2010).


Message de la SFAR : congrès à venir

Cher(e)s collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue des premières Journées Internationales de Neuroréanimation que la SFAR co-organise avec la SRLF à Versailles les 28 et 29 Juin 2011.

Cette année, le thème choisi est le delirium en réanimation.

La conférence aura lieu au Palais des Congrès de Versailles, situé à quelques mètres du Château.

Son programme aborde les mécanismes, la clinique et les traitements du delirium et rassemble des spécialistes internationalement reconnus dans leur domaine.

Nous vous invitons dès maintenant à le consulter et à vous inscrire en cliquant sur le lien suivant (

Les sessions seront en anglais avec traduction simultanée en français.

Cette conférence s'adresse aux médecins, chercheurs et tout professionnel de santé. ATTENTION : le nombre d'inscription est limité à 200. C'est pourquoi nous vous recommandons de vous inscrire le plus tôt possible.

Président de la SFAR

Président de la SRLF

Responsables de l'organisation

Obtention de neurones à partir de cellules de peau

"Des chercheurs californiens de l'Université de Stanford ont réussi à obtenir, à partir de cellules de peau de foetus ou de nouveaux-nés humains, des cellules se comportant comme des neurones. Leurs résultats sont parus dans la revue Nature*.
Les cellules de peau n'ont pas été reprogrammées en cellules souches pluripotentes mais directement transformées en neurones. La technique utilisée par les chercheurs, déjà démontrée sur la souris (Cf. Synthèse de presse du 28/01/10), consiste à introduire 4 différents facteurs de transcription dans les cellules de peau foetales (via des virus génétiquement modifiés). Les neurones obtenus ont une morphologie typique de cellule nerveuse et expriment des marqueurs de neurones "normaux". Beaucoup, en se développant, ont établi des contacts avec d'autres cellules nerveuses et se sont avérés capables de générer les phénomènes électriques attendus.

Si l'on savait déjà qu'il était possible de convertir une cellule spécialisée en cellule souche pluripotente induite (iPS), on ne savait pas qu'une cellule spécialisée pouvait être conduite à se différencier d'une façon autre que le retour à la pluripotence, a expliqué Marius Wernig, professeur adjoint de pathologie à l'Ecole de médecine de l'université de Stanford. Des cellules spécialisées ont déjà été transformées en cellules d'un type semblable mais c'est la première fois, selon lui, que l'on voit des cellules spécialisées subir une conversion aussi radicale : 'Nous avons montré qu'il est possible de convertir des cellules de peau directement en cellules nerveuses qui n'existent, habituellement, que dans le cerveau'.

La modélisation de pathologies sera l'une des applications immédiates de cette découverte, estime le Pr. Wernig. Les cellules de peau de patients atteints d'une maladie neurologique pourraient être utilisées pour produire des cellules cérébrales permettant de faire progresser la recherche."

* Nature, "Induction of human neuronal cells by defined transcription factors", Zhiping P. Pang, Nan Yang, Thomas Vierbuchen, Austin Ostermeier, Daniel R. Fuentes, Troy Q. Yang, Ami Citri, Vittorio Sebastiano, Samuele Marro, Thomas C. Südhof & Marius Wernig, 26/05/11

Le Monde 28/05/11 - BBC (Neil Bowdler) 26/05/11

Don d’organes : pas de consentement sur la carte vitale

"Un amendement demandant l’inscription, sur la carte vitale, de la volonté de la personne concernant le don de ses organes, a été débattu la semaine dernière à l’Assemblée nationale lors de la relecture du projet de loi de bioéthique. 'La carte vitale pourrait être le support d’un testament de vie, adapté au don d’organes, et simplifier l’accès au prélèvement. […] Ce serait un gain de temps considérable pour les équipes médicales chargées de prélever l'organe', avait affirmé la députée UMP Jacqueline Irles, favorable à ce projet. L’amendement a finalement été rejeté.
Les équipes de soins doivent aujourd’hui faire face à un manque de donneurs d’organes. La possibilité du don d’organes intervenant souvent lors de la mort du potentiel donneur, il revient alors à sa famille de prendre la décision délicate du don.

Le rapporteur de la commission de bioéthique, Jean Leonetti, s’est opposé à l’amendement craignant que 'porter sur une carte qui n’est pas secrète le fait que la personne refuse le prélèvement [puisse] être un élément discriminant voir stigmatisant. Mieux vaut s’en tenir à la solution proposée, qui est d’indiquer simplement sur la carte que la personne a été informée, et conserver le registre des refus, qui est, lui, secret.'"

Libération (Eric Favereau) 31/05/2011

Loi bioéthique : voté par 280 voix contre 217

"L’Assemblée nationale a voté en deuxième lecture le projet de révision de la loi de bioéthique. La recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires reste sous le régime de 2004, une interdiction avec dérogations. Le Parti socialiste y voit 'une occasion manquée' et les Verts 'une régression'.

Le texte, qui a été adopté par 280 voix contre 217, est désormais dans le camp des sénateurs, favorables, en première lecture (et contre l’avis du gouvernement), à une autorisation de cette recherche, strictement encadrée par l’Agence de la biomédecine. La commission des Affaires sociales se penchera dès demain sur l’examen des amendements. La discussion en séance publique aura lieu à partir du 8 juin." 31/05/2011

Révision de la loi de bioéthique : mobilisations

"Les initiatives se multiplient pour mobiliser les députés, avant la deuxième lecture du projet de loi sur la bioéthique, contres les 'graves transgressions' introduites dans le texte par le Sénat et entérinées par la Commission de bioéthique de l’Assemblée nationale les 10 et 11 mai 2011. Parmi ces transgressions, les mesures concernant le diagnostic prénatal de la trisomie 21 et l’autorisation de la recherche sur l’embryon humain suscitent de vives inquiétudes.
Dans une tribune publiée dans Valeurs actuelles, 58 députés (UMP, Nouveau Centre et villiéristes) appellent ainsi le gouvernement et leurs collègues députés à rétablir le principe d’interdiction de l’expérimentation sur l’embryon humain. 'Si le principe de dignité de la personne humaine n’est plus au cœur de notre projet de loi, alors il ne mérite plus son nom et il ne fera que couvrir une dérive vers une éthique de circonstance', dénonce le député Dominique Souchet. Les signataires de l’appel expliquent qu’outre les motifs idéologiques, 'les intérêts financiers qui sont en jeu derrière cet acharnement' à autoriser la recherche sur l’embryon 'ne doivent pas être occultés'. Le Leem (lobby des grandes entreprises du médicament) indiquait en novembre 2010 que 'les industriels du médicament s’engagent aux cotés des chercheurs pour une révision de la législation sur la recherche sur les cellules embryonnaires'. Il n’a 'cessé de chercher à influencer discrètement gouvernement et législateur en faveur d’une suppression du principe d’interdiction', constate Dominique Souchet.

Car l’embryon humain est un 'matériau' intéressant pour les firmes pharmaceutiques : gratuit, ses cellules peuvent être directement utilisées comme modèle humain, ce qui permet d’éviter l’achat coûteux de cellules animales et de réduire le coût et la durée nécessaires à la modélisation de nouvelles molécules. Une telle logique est pourtant inacceptable, au moment même où la directive du 22 septembre 2010 de l’Union européenne fixe pour objectif aux Etats membres le remplacement total des procédures d’expérimentation sur les animaux, y compris dans 'leurs formes embryonnaires et fœtales'. 'Peut-on raisonnablement et moralement accepter que l’embryon animal bénéficie à terme d’une protection supérieure à l’embryon humain ?' interrogent les députés. Pour eux, l’autorisation de la recherche sur l’embryon ne peut manquer d’ouvrir 'un champ potentiel très large de conflits d’intérêts majeurs devant lesquels le législateur ne peut se voiler la face'.

C’est la raison pour laquelle trois députés UMP, Jean-Marc Nesme, Xavier Breton et Sylvie Bassot, ont par ailleurs demandé la création d’une commission d’enquête parlementaire sur les conflits d’intérêts potentiels en matière de biotechnologie, notamment en ce qui concerne la recherche sur l’embryon humain et la médecine prénatale.

Dans ce dernier domaine en effet, le projet de loi sur la bioéthique, à l’article 9, systématise la proposition du dépistage de la trisomie 21, ce contre le code civil qui dispose que 'toute pratique eugénique tendant à l’organisation de la sélection des personnes est interdite', précise la Fondation Jérôme Lejeune. Celle-ci a donc lancé une pétition en ligne (...) pour dénoncer la 'contradiction criante' existant entre le code civil et 'les pratiques eugéniques en cours'.

L’article 9 du projet de loi est également contraire au code de déontologie médicale qui prévoit que les médecins disposent d’une 'liberté de prescriptions qui seront celles qu’ils estiment les plus appropriées en la circonstance'. 'Nous sommes très déçus, réagit Delphine Ollive, gynécologue obstétricienne, membre du Comité pour sauver la médecine prénatale (CSMP). Nous espérions que l’Assemblée reviendrait sur le côté systématique de ce dépistage. Pourquoi en effet contraindre les médecins à le proposer à des femmes qui, bien souvent, n’en mesurent pas les conséquences ?' Le CSMP et la Fondation Jérôme Lejeune appellent donc les parlementaires à rétablir la liberté de prescription des médecins en matière de DPN, ainsi que le prévoyait l’amendement du rapporteur de la commission sur la bioéthique Jean Leonetti, adopté en première lecture à l’Assemblée nationale."

Famille Chrétienne (Emmanuel Pellat) 21/05/11 – Valeurs Actuelles 19/05/11 – Romandie News 18/05/11 – Direct matin 18/05/11

Transhumanisme : que voulons-nous vraiment faire de la médecine?

"Venu des États-Unis, le transhumanisme est un mouvement prônant l'utilisation des innovations techno-scientifiques afin d'accroître les capacités physiques et intellectuelles de l'homme. Les tenants de ce courant de pensée appellent de leurs voeux une reconfiguration de l'humain grâce à la convergence de plusieurs technologies (convergence NBIC) que sont les nanotechnologies, les biotechnologies, l'informatique et les sciences cognitives (Cf. Synthèse de presse du 03/03/11). L'informaticien américain Ray Kurzweil et l'ingénieur Eric Drexler, spécialiste des nanotechnologies, font, entre autres, partie des théoriciens et promoteurs de ce mouvement.

Parmi les options envisagées par les transhumanistes pour améliorer l'humain se trouvent le fantasme d'une médecine offrant les moyens de nous 'autoréparer' pour éliminer totalement la maladie, mais aussi celui d'une 'autoproduction' par laquelle les êtres humains seraient 'délivrés' de la nécessité de la naissance par l'utérus artificiel ou le clonage. Si l'ectogenèse (reproduction humaine en dehors du corps de la femme) n'est aujourd'hui pas possible techniquement, certains, comme le philosophe Henri Atlan, pensent que l'utérus artificiel sera mis au point d'ici la moitié du XXIe siècle.

Atteindre une forme d'immortalité via le téléchargement de notre conscience sur un support numérique est l'ultime fantasme des transhumanistes. Selon Jean-Michel Besnier, professeur de philosophie à la Sorbonne et auteur du livre 'Demain, les posthumains, l'idéal transhumaniste' d'un esprit autonome, dégagé des contraintes imposées par le corps, 'culmine dans le désir de débarrasser l'humain du poids de la naissance, de la maladie et de la mort.' En cela, le transhumanisme apparaît avant tout comme le symptôme d'une désaffection pour l'humanité. 'Pour eux, après Auschwitz, l'homme n'est plus désirable. Ce n'est pas seulement le progrès, mais l'espèce humaine elle-même qui est périmée. Il faut donc éradiquer ce qui la caractérise : la fragilité, la finitude, le désir lui-même', explique Jean-Michel Besnier.

Si les thèses des transhumanistes semblent appartenir à la science-fiction, elles s'appuient toutefois sur des aspirations et des tendances implicitement présentes dans l'ensemble de la société. Les partisans de ce courant estiment que lorsque les possibilités techniques d'un dépassement de l'humain seront rassemblées, les gens y adhéreront naturellement, voulant échapper à la maladie et la mort... A ce titre, ils invitent à s'interroger sur ce que nous voulons vraiment faire de la médecine, des sciences et techniques.

Une Association française transhumaniste a été créée récemment en France. En début d'année, elle a tenu une première conférence dans les locaux de la Sorbonne, à Paris, pour faire connaître ses thèses au public français."

Les É (Catherine Ducruet) 19/05/11

Diagnostiquée en état de mort cérébrale, une femme se réveille

"En Australie, Gloria Cruz, une femme de 51 ans, victime d'un accident vasculaire cérébral dans son sommeil, le 7 mars 2011, s'est réveillée après presque 3 semaines de coma. Les médecins du Royal Darwin Hospital où elle avait été emmenée en urgence l'avaient diagnostiquée en état de mort cérébrale. Ils avaient expliqué à son mari Tani que son cas était 'sans espoir' et qu'elle allait probablement mourir dans les 48 heures.
Bien qu'un médecin ait alors recommandé de retirer le respirateur pour laisser Mme Cruz mourir, son mari avait refusé : 'un miracle pourrait encore se produire'. Il avait demandé un délai de 48 heures aux médecins. Plus tard, un médecin l'avait appelé pour demander de nouveau son accord pour débrancher le respirateur.

Après 2 semaines, un tube a été inséré dans la bouche de Gloria Cruz pour lui permettre de respirer et le respirateur a été éteint. Trois jours plus tard, elle s'est réveillée de son coma à la grande surprise du personnel de l'hôpital. 'C'est un miracle', s'est exclamé un médecin extrêmement surpris. 'Je suis heureux que mon diagnostic ait été faux', a-t-il dit au mari de la patiente. Ce dernier a expliqué que sa famille n'a jamais perdu espoir. Mme Cruz est aujourd'hui en voie de guérison. "
( (Nigel Adlam) 11/05/11 - The 11/05/11)
Pour rappel : la "mort cérébrale" ou "mort encéphalique" permet de signer un constat légal de décès, afin de prélever des organes vitaux (don d'organes) ...

Le gouvernement Chinois va rémunérer les donneurs d’organes pour répondre à la demande croissante de transplantation et contenir le trafic illégal

"Le gouvernement Chinois va rémunérer les donneurs d’organes pour répondre à la demande croissante de transplantation et contenir le trafic illégal. En 2007, la Chine a rendu illégal la donation d’organe par des personnes vivantes à l’exception de donation destinée à l’entourage familiale. Avec 1,5 millions de demande d’organe pour des transplantations chaque année et seulement 10.000 transplantations répertoriées officiellement, le trafic illégal d’organe est en pleine croissance en Chine.

Actuellement, la grande majorité des donations d’organes viennent de prisonniers exécutés par le gouvernement, une situation intenable sur le plan international.

Pour répondre à la demande de transplantation croissante et contenir le trafic illégal, le Vice Président de la santé Huang Jiefu va rémunérer les donneurs d’organe et accorder à ceux-ci et à leurs familles des réductions d’impôts, des assurances médicales gratuites ainsi que la prise en charge des frais d’hospitalisation pour les donneurs."
Par A Bless d’après Reuters et une analyse Pharmactua.

Hôpital Henri-Mondor : deux nouvelles greffes de visage

"L’équipe du Pr Lantieri, de l’hôpital Henri-Mondor à Créteil, a réalisé deux nouvelles greffes basses du visage (nez, dents, mâchoires, lèvres) sur deux hommes blessés par balle. Les opérations ont été menées par le Pr Jean-Paul Méningaud qui a reçu, au nom de l’équipe Henri-Mondor, le prestigieux prix américain James Barret Brown de l’American Association of Plastic Surgeons (Association américaine des Chirurgiens Plasticiens).
Le Pr Jean-Paul Méningaud a indiqué que quinze jours après l’opération, un des patients était déjà en mesure de manger un yahourt. Aux Etats-Unis, la même semaine que les deux opérations françaises, une greffe du visage a été réalisée à Boston par l’équipe de Bohdan Pomahac chez un jeune homme de 25 ans défiguré après avoir heurté une ligne à haute tension (Cf. Synthèse de presse du 23/03/11)."

Le Quotidien du mé (Dr Béatrice Vuaille) 09/05/11

Cellules souches adultes : une fillette guérie

"Une opération chirurgicale à partir de cellules souches adultes s'est avérée vitale pour une une fillette de 10 ans qui avait développé, à l'âge d'un an, un caillot de sang dans le vaisseau reliant son intestin et son foie, ce qui était potentiellement mortel en cas d'hémorragie.
Michael Olausson, chirurgien au Sahlgrenska University Hospital à l'université de Göteborg en Suède, a utilisé le vaisseau sanguin d'un donneur dont il a retiré les tissus et l'ADN avant de l'ensemencer de cellules souches issues de la moelle osseuse de la fillette afin de générer un vaisseau sain. 'Nous avons effectué l'opération il y a maintenant trois mois et le résultat était très bon, sans complications graves. [...] La jeune fille est en bonne santé et nous croyons que son pronostic est très bon. Puisque la veine a été produite avec ses propres cellules souches, elle n'a pas besoin de prendre de médicaments empêchant le rejet', a déclaré Michael Olausson. Selon lui, des recherches plus poussées pourrait permettre de régénérer d'autres organes et des artères.

En 2008, un procédé similaire avait été utilisé à Barcelone par des chirurgiens qui avaient produit une nouvelle trachée pour une femme de 30 ans dont les voies respiratoires avaient été endommagées par la tuberculose (Cf. Synthèse de presse du 19/11/08). Un enfant britannique avait également bénéficié, en 2010, d'une greffe de trachée reconstituée à partir de ses propres cellules souches (Cf. Synthèse de presse du 23/03/10)."
Bloomberg (Rob Waters) 09/05/11