Merci de ne PAS poster de messages concernant la vente d'un organe et comportant des coordonnées téléphoniques, e-mail, etc. La loi française interdit la vente d'organes.

Organ trafficking on the rise in Korea

"'Everything has been screwed up. My last hope is to sell my kidney or liver. So please call me if you're interested,' a message on a Korean website reads, along with a phone number. Messages like this appear often on forums for patients with liver or kidney failure. Experts say organ trafficking is on the rise in South Korea even though it is illegal there.According to the Centers for Disease Control and Prevention (CDCP) and Rep. Lee Nak-yeon of the country's main opposition Democratic Party, there were 357 reports of these organ trafficking messages online this year, up from 174 last year. However, the number of arrests for criminal organ trafficking has dropped radically, with only 1 this year, 3 in 2010, 9 in 2009, 18 in 2008 and 71 in 2007.
Under current law, no compensation for donors is allowed. Those who remove or transplant other people's organs illegally or introduce such practices can face prison. According to the CDCP, there are more than 20,000 patients on the waiting list for organs in Korea - but there have been only 2,500 donations." ~ Korea Times, Sep 16

Controversy over possible changes to US organ donation

"Criteria for organ donation in the US may change radically, if proposals by the United Network for Organ Sharing, which controls the allocation of organs, are implemented, the Washington Post has reported.
Post reporter Rob Stein said that the possible changes have stirred up a hornet’s nest among bioethicists. However, others say that the article is a beat-up. 'This article is a hysterical and inappropriate reaction to a very minor change in some standards. There is zero threat to the public well-being in this document,' says Dr Jeffrey Punch, of the University of Michigan’s Department of Surgery.
The controversy is swirling around UNOS’s guidelines for Donation after Cardiac Death. Most donors are 'brain dead', but increasingly transplant surgeons are removing organs from donors after their heart has ceased to beat. According to UNOS, in 2009, there were 920 DCD donors, an 8.5% increase over 2008. It says that the proposed changes 'can increase the number of organs procured from DCD donations and ultimately increase the number of transplants'.
Central to the dispute is how long surgeons should wait before declaring the person dead and removing organs. In recent years, the time has drifted down to two minutes. Now no time is specified. This horrifies some bioethicists.
'This is another step towards this idea of hovering, hovering, hovering to get more organs,' Michael A. Grodin, of Boston University, told the Post. 'The bottom line is that they want to do everything they can to increase organ donation.'
UNOS has responded that the waiting time has always been up to the discretion of individual hospitals – there never was a hard and fast two-minute wait time. However, some bioethicists have a very different view. 'By this document, every hospital in America can now develop its own definition of dead,' University of Washington bioethicist Gail Van Norman told the Post. 'And that is profoundly disturbing... 'We are, it seems, admitting that we are willing to take the chance of procuring organs from someone who is not dead yet.'
Other changes are also controversial. One is changing the criterion from cardiac death to 'circulatory death'. The idea is that an 'irreversible cessation of circulatory and respiratory functions' happens if the circulation of the blood is insufficient to sustain life, even if the heart is beating. But this does not convince everyone. 'Renaming the process is not successful and is potentially intentionally deceptive,' said Robert M. Veatch, a Georgetown University bioethicist on the UNOS ethics committee.
Another proposal which angers some bioethicists is that the hospital will be able to label the patient as a potential donor before the next-of-kin approves of the transplant. 'This change in policy creates the appearance that the patient is always being evaluated as a possible donor, which I think would make the public uneasy, and rightfully so,' said Leslie Whetstine, of Walsh University. However, UNOS describes this as 'a service to the grieving family'.
The UNOS board will meet in Atlanta in November to finalise changes to the guidelines." Washington Post, Sept 20

Pushing too hard on donation under cardiac death! Will organ donations dip in the US?

"Rob Stein, of the Washington Post, is one of the most experienced science reporters in the US. So it was a bit unsettling to read his 'exclusive' on possible changes to the criteria for organ donation. The group responsible for allocating organs in the US, the United Network for Organ Sharing (UNOS), wants to increase the supply of organs. One avenue is increasing the number of 'donations after cardiac death' which currently constitute about 6% of donated organs. (...)One suggestion, Stein wrote, is dropping the guideline of waiting between two and five minutes after cessation of heartbeat before removing organs. This frightens many people. Some of the scores of comments beneath his article are instructive:

'These ghouls must be stopped.'
'If the proposed changes occur, I will change my driver's license to reflect that I am not willing to donate under those circumstances.'
'This will really make me reconsider changing my status as an organ donor. Don't do this!!'

UNOS appears to have failed badly in communicating with the public. My understanding has always been that surgeons must wait at least two minutes. But a UNOS spokesman clarified after the publication of Stein's article  that 'UNOS has always left the determination of these wait times up to the judgment of individual hospitals'. In other words, nearly everyone has been mistaken in thinking that the two-minute wait is mandatory. If organ donations dip after Stein's article, UNOS has only itself to blame.
But I admit that I am no expert - what do you think?"

BioEdge, Michael Cook, 09/24/2011

Daniel Kraft: Medicine's future? There's an app for that

"La Nouvelle Renaissance Innovation et créativité"

Messieurs Edgar Morin, Philosophe, Jean-Louis Servan-Schreiber, Essayiste, Alex Türk, Président de la CNIL, contribuent au livre électronique "La Nouvelle Renaissance Innovation et créativité" qui vient de sortir et qui inclut notamment les contributions suivantes qui permettent de bien comprendre l'impact des technologies internet :
- Economie numérique et Internet du futur
- Les télécoms au coeur des enjeux économiques et sociétaux
- Renaissance numérique et Open Source
- Tribune Libre Science et Nouvelle Renaissance
- Le DSI du futur
- Les logiciels libres : le cout de la gratuité
- Personnalité numérique et immortalité
- Vers une instruction civico-numérique
- Intelligence collective et renaissance de l'entreprise

Le bénéfice de cette opération est reversé à Mécénat Chirurgie Cardiaque Enfants du monde : le livre électronique est vendu 10 euros, 1000 ouvrages vendus permettant de sauver la vie d'un enfant.
==> Pour télécharger le livre électronique, cliquer ICI

Plus d'informations sur

L'équipe Innovativity

"Print your own organs"

(Audio version) If you need a new heart or lung, you’re in trouble. People are apparently reluctant to give up their inner workings to save others. But could you simply print a new heart? Andy Ridgway finds out. 

"It's 10am at the Hospital Clinic of Barcelona and one of the surgeons is doing his rounds. He’s stopped at the bed of a patient who for months has been fighting for breath whenever she walks anywhere. Things have got so bad recently that she can barely make it from her bedroom to the living room. A chest scan reveals that she’s got a serious condition called pulmonary hypertension. The blood vessels in her lungs have thickened, so the oxygen she breathes in struggles to get into her bloodstream.

But this is 2019, and a new technique has just come into mainstream use that could help her out. Just an hour after diagnosis, she’s in an operating theatre having stem cells injected into the airways of her lungs. The procedure is completed in minutes. Over the coming days, things start to look much better for the patient. She’s now walking the length of the ward without getting breathless and her doctors say she’ll make a full recovery.

This is the dream of Professor Paolo Macchiarini, who works at the hospital. He came to prominence last year when he performed the first organ transplant using a patient’s own stem cells. That patient was Claudia Castillo, whose windpipe was damaged by TB. Her stem cells were used to grow a new piece of windpipe to replace the damaged section, without risk of rejection.

Macchiarini has high hopes for stem cells – cells with the power to turn into many of the specialist cells in the body, such as muscle and nerves. In fact, he’s already tried injecting them into mice lungs to treat hypertension – and it worked. But his ideas don’t end there. The body is actually littered with stem cells and Macchiarini says that if you could find something to trigger them into action – a magic bullet – they could repair the organs, eliminating the need for a transplant in many cases. Crucially, Macchiarini says he thinks he knows what that magic bullet is.

And Macchiarini isn’t alone in his hope of finding new ways to restore organs. Professor Anthony Atala, one of the world’s leading tissue regeneration experts, is looking at the solution from an entirely different perspective. He thinks the humble ink jet printer could hold the answer.

Right now, in 2009, the outlook wouldn’t be too rosy for our hypothetical patient. Drugs would suppress her symptoms to an extent. But not much. And instead of a simple injection, she’d be on the organ transplant list, waiting for a new pair of lungs. The chances are, she’d probably be waiting a long time. In fact, she may die there. In the UK there are many successful transplants each year – there’s no doubting that. But about 400 people on UK waiting lists simply run out of time.

Dr David White, a British-born scientist who now works in Canada, has pretty strong views on the situation. 'Transplantation is a complete failure,' he says. 'And the reason it’s a failure is that there aren’t enough organs to transplant.'

Baboon heart

One obvious solution to this lack of organs for transplant is to use body parts from animals. It may sound unsavoury, but the idea of xenotransplantation has already been tried on more than one occasion.

Back in 1984, a five-pound infant known only as Baby Fae had a baboon’s heart placed in her chest at the University Medical Center in California. She died 20 days after the transplant when her body launched a massive immune response.

Despite early setbacks like this, there’s still interest in organs taken from animals. A World Health Organisation meeting in China last November resulted in the so-called Changsha Communique – a document that will eventually guide the practice of xenotransplantation globally. And in the US, pig hearts have already been transplanted into baboons, paving the way for trials in humans. Much of the research is focused on genetically altering the pigs so their organs don’t provoke the kind of immune response Baby Fae experienced.

Rather than transplanting a complete animal organ, White’s area of interest is in transplanting parts of organs. He is looking at taking insulin-producing cells from pigs and transfering them into diabetics. The cells, called Islets of Langerhans are taken from the pig’s pancreas and places inside the patient’s abdomen, to help regulate their blood sugar level.

White, who works at the Robarts Research Institute in Canada, has a few clever tricks up his sleeve to make sure the patient’s immune system doesn’t go into overdrive and launch an attack on the pig cells. The islets are mixed with another type of cell called Sertoli cells that are found in pig testes. These act as guardians for the insulin producers, preventing an attack by the patient’s immune system. White is hoping to get permission from the US authorities to start clinical trials of the procedure in the next 12 months.

But won’t people feel squeamish about having cells from pigs inside them? 'I’ve been asked this question many times,' says White. 'I think someone who is not diabetic may well raise the yuk factor. But we have been using pig insulin to treat diabetes since 1923 and no-one is squeamish about that.'

Think before you print

But instead of taking organs from animals, why don’t we just make our own from scratch? That’s where Professor Atala’s ink jet printers come in. He uses a printer that works with living cells rather than ink.

The printer head has been modified so it moves vertically producing a 3D structure, one layer at a time.

'We can print a complete solid organ, such as a heart, but in miniature,' says Atala, director of Wake Forest Institute for Regenerative Medicine in North Carolina. 'The idea of 3D printing has been around for a long time in things like CAD [computer aided design]. All we’re doing is applying the technology that’s already out there to biological systems.'

Once they have been printed using mouse or donated human cells, these miniature hearts spookily start beating. The biggest challenge is keeping all the cells supplied with nutrients. And it’s this problem that’s causing most of the head scratching at Wake Forest.

Atala’s extensive tissue-growing know-how will be tapped into during a military project that has some mind-blowing aims. Last year the US Department of Defense announced the creation of the Armed Forces Institute of Regenerative Medicine (AFIRM). Aimed at helping troops who’ve been injured in battle, it will look at how to regrow skin, muscles and tendons – even ears, fingers, arms and legs (see ‘Grow your own,’ above).

One of Atala’s colleagues, Dr James Yoo, will carry out research for AFIRM. 'One approach we are looking at is utilising the body’s ability to regenerate,' says Yoo. 'There are stem cells in almost every organ and we are trying to find a way to activate them to regenerate tissue. It could be used for both internal and external organs [fingers and toes, for instance]. The key is to find the right cues.' [cue = trigger factor]

That’s where Macchiarini’s magic bullet comes in. But what is this mystical substance that could kick-start the body’s stem cells into action so they repair damaged organs? Well, anyone with an interest in professional cycling will have heard the name – erythropoietin, or EPO. For cyclists it has the handy (but outlawed) effect of boosting the number of oxygen-carrying red blood cells in the blood. Atala believes the hormone could also be a signal to stem cells to take action.

If he’s right, then an EPO injection – along with, perhaps, an implant of a few extra stem cells for good measure – could be enough to repair a faulty heart, lung or liver. The EPO would know where to act by spotting inflammation.

No miracle cures

Professor Andrew George at Imperial College London researches techniques to reduce a patient’s immune response to transplants – both conventional ones and those involving xenotransplantation. He says it’s important to manage people’s expectations of the alternatives to conventional transplants – whether they are stem cells, printed organs or tissues from animals. 'When I started work on monoclonal antibodies in the mid-’80s, they were going to cure everything – heart disease, acne, cancer, flatulence – everything,' he says. 'Anyone with a white coat and a syringe could get a grant to work on them. When I came back from the States in 1992, you could not get money to work on them. Now they have important applications, such as herceptin. But they are only used in certain areas.'

George thinks that stem cells could follow the same pattern. At the moment, they’re the cure-all miracle of tomorrow. In five years’ time maybe they’ll be the latest medical white elephant. And only five years after that will we have a realistic appraisal of what they can do.

'We went through a period when xenotransplantation would do everything and we’d have organs coming out of our ears,' he says. 'Then there was a period when we said it would do nothing. Now we’re at the stage of saying, ‘Where can we apply it?’ It’s about managing hype, which is something we’re not very good at.'"

Andy Ridgway is news and features editor of Focus

Charlotte Valandrey : Elle raconte son incroyable histoire dans un livre

Six ans après la publication de son premier livre, L'Amour dans le sang, dans lequel elle parlait de sa séropositivité et de la greffe du coeur qu'elle a dû subir, Charlotte Valandrey publie un nouvel ouvrage. Baptisé De coeur inconnu, il raconte la relation de l'actrice avec un homme qui pourrait être le mari de celle dont elle porte le coeur.

"Connue pour son rôle dans Les Cordier, juge et flic, Charlotte Valandray est aujourd'hui écrivain. Une voie qu'elle a pris après que la télévision comme le théâtre l'ont mise au placard, suite à l'annonce de sa séropositivité. En 2005, l'actrice publiait son premier livre, L'Amour dans le sang, dans lequel elle parlait de sa maladie et révélait avoir subi une greffe du coeur. Six ans plus tard, elle dévoile un deuxième ouvrage, dans lequel elle raconte l'incroyable romance qu'elle a vécu avec un homme qui pourrait être le mari de celle dont le coeur lui a été greffé.

Un mois après cette greffe, Charlotte Valandrey recevait un courrier. 'Je connais le cœur qui bat en vous, je l’aimais' lisait-elle dans cette lettre, bientôt suivie d'autres messages. En 2007, un homme l'a abordée à la sortie du théâtre où elle jouait la pièce La mémoire de l'eau. 'Il s'appelle Yann, se dit divorcé. Nous tombons amoureux. Tout se passe très bien, jusqu'au jour où, un an plus tard, me trouvant seule chez lui, j'ouvre son secrétaire, poussée par une intuition. Là, je tombe sur un dossier, avec un certificat de décès de l'hôpital "X" et un article de journal mentionnant l'accident de la place de la Nation' raconte-t-elle dans un entretien accordé à L'Express. 'Yann a lu une interview, il a fait le rapprochement avec moi. Lorsque j'ai découvert la vérité, j'ai pris une énorme claque. Cette histoire n'est certainement pas pour rien dans le troisième infarctus qui m'est tombé dessus peu après et dont je me suis heureusement très bien remise' confie Charlotte.

Jamais elle ne saura si le coeur de cette femme est réellement celui qui lui a été greffé, la loi imposant le secret total. Mais 'même si je ne porte pas le coeur de cette femme, ce n'est pas grave, parce que j'ai décidé, moi, que tous les indices convergeaient. Ça m'arrange : c'était quelqu'un de bien ; médecin dans l'humanitaire, elle vivait une très belle histoire d'amour' explique Charlotte Valandrey.
C'est tout cela que raconte l'actrice dans son second livre, qui nous l'espérons, rencontrera le même succès que le premier."

Les grandes entreprises signent la charte du coeur

Avant, qu'un employé dans une grande entreprise décède d'un arrêt cardiaque, c'était considéré comme une fatalité. Sauver la vie de cet infortuné employé n'était pas une priorité ... Les choses changent ... L'Oréal, la SNCF, la Fnac, Total, TF1 (voir la liste) : les grandes entreprises s'engagent et signent les unes après les autres la charte du coeur. Concrètement, cela veut dire que des défibrilateurs sont installés dans chaque bâtiment (au siège et ailleurs - un défibrillateur par bâtiment) pour toute entreprise signataire de la charte ... Dès la survenue de l'arrêt cardiaque : appeler les secours, masser, envoyer quelqu'un chercher un défibrilateur : une appli pour iPhone faite pour Apple par une petite entreprise française vous permet de localiser le défibrilateur le plus proche ...

Vous aussi, vous pouvez apprendre à sauver une vie, et mobiliser votre entreprise, ou encore apprendre à vos enfants les gestes qui sauvent ... C'est par ici :


Il faut savoir qu'une situation d'arrêt cardiaque non récupéré peut faire de chacun de nous un donneur d'organes (reins et foie), depuis 2007. C'est inscrit dans la loi ...

Le Fonds stratégique d'investissement (FSI) aide Cellectis à devenir champion des cellules souches

La société française de biotechnologies a annoncé l'achat du suédois Cellartis, leader européen des cellules souches. La transaction valorise le groupe scandinave 33,8 millions d'euros, dont 16,4 millions seront payés en numéraire et le reste en titres Cellectis.

"Cellectis change de dimension. Le spécialiste français de l'ingénierie du génome a annoncé hier soir l'acquisition du suédois Cellartis, leader européen des cellules souches. La transaction valorise le groupe scandinave 33,8 millions d'euros, dont 16,4 millions seront payés en numéraire et le reste en titres Cellectis. Un gros morceau pour la société tricolore de biotechnologies, qui reste déficitaire avec un résultat net négatif de 8 millions d'euros l'an dernier.
Pour mener à bien son projet de croissance externe, Cellectis a obtenu deux soutiens de poids. Le Fonds stratégique d'investissement (FSI), détenu par l'Etat et la Caisse des Dépôts, et un investisseur privé, Pierre Bastid, vont apporter chacun 25 millions d'euros à Cellectis. Chacun obtiendra environ 17 % du capital.
'Cellectis possède plusieurs atouts importants : sa technologie est maîtrisée et elle s'applique à des domaines très différents, qui vont du végétal aux cellules souches en passant par les kits de recherche. Cette variété permet de diversifier les risques et d'augmenter les chances de succès. La société a en outre signé une cinquantaine d'accords avec des industriels de renom', explique Thomas Devedjian, membre du comité exécutif du FSI.
L'arrivée de Pierre Bastid au capital et au conseil d'administration de Cellectis est par ailleurs emblématique de la réorientation entreprise par la biotech. Forte de 130 personnes aujourd'hui (auxquelles s'ajouteront les 62 salariés de Cellartis), la société veut changer d'échelle et se transformer pour devenir un groupe industriel de taille mondiale. Or Pierre Bastid est un bon connaisseur de l'industrie : il a présidé Converteam, une ancienne filiale d'Alstom spécialisée dans les systèmes de conversion d'énergie, qu'il a revendue au printemps à General Electric à un très bon prix.
'Dans le domaine des cellules souches, tout l'intérêt de Cellartis est qu'elle sait industrialiser un savoir-faire et réalise déjà un chiffre d'affaires, de l'ordre de 3 millions d'euros. En fusionnant notre filiale Ectycell avec Cellartis, nous allons pouvoir fabriquer nos produits nous-mêmes et visons clairement le leadership mondial', détaille André Choulika, le PDG de Cellectis.
En termes de recherche, Cellartis fera en outre gagner trois ou quatre ans à son nouveau propriétaire. L'opération doit être source de synergies, puisque la promotion des produits Cellartis sera assurée par la force de vente de Cellectis.
Objet de multiples travaux de recherche, les cellules souches doivent permettre de restaurer les tissus et organes endommagés (peau, os, cerveau, sang, etc.). Dix ans après sa création, Cellartis possède la plus grande banque de cellules souches au monde. Ce spin-off de l'université de Göteborg a par ailleurs conclu en 2008 un important accord de partenariat avec le spécialiste danois du diabète Novo Nordisk, qui pourrait lui rapporter jusqu'à 100 millions d'euros de revenus. La recherche porte sur des cellules productrices d'insuline, un marché évalué à 33 milliards de dollars. De son côté, Ectycell travaille avec l'Institut français du sang sur des globules rouges de substitution. Là encore, les besoins non satisfaits sont très importants : dans le monde, la part des patients n'ayant pas accès à une transfusion est estimée à 80 %.
Au-delà de l'acquisition de Cellartis, la levée de fonds servira à assurer la croissance de Cellectis. Elle permettra par exemple de financer le développement de 4 nouveaux traits de plantes en agriculture biologique, ou les projets de recherche de thérapies ciblées du cancer et de médicaments orphelins pour les maladies sanguines."

Enfin un peu de courage politique ...

Economie et social | Ajouté le 12.09.2011 à 20H45
"Depuis des années beaucoup annoncent une catastrophe ! La voici arrivée. 30 millions de déficits des comptes sociaux ! Les explications sont les mêmes depuis 10 à 15 ans mais rien n’est fait !
Il y a trop d’hôpitaux en France, ils pèsent pour 50 % des dépenses d’assurance maladie. 
Les Français exigent d’avoir leur hôpital en bas de chez eux. Accoucher à 30 ou 40 km ? Impossible, inacceptable ! Se faire opérer à 50 km de chez soi ? Trop loin !
Alors qu’il n’y a plus assez de médecins hospitaliers, que le matériel médical et chirurgical est extrêmement cher et qu’il n’est pas possible d’en installer partout des outils modernes qui seraient d’ailleurs sous employés, mais par « électoralisme », poussé par les maires, demandé par les Français, les politiques tardent à se regrouper les hôpitaux… L’argent est dilapidé !!

Les Français consomment trop de médicaments, entre 3 et 10 fois plus que les autres Européens. mais surtout, poussés par les laboratoires, avec la complicité des agences, ils consomment les médicaments les plus chers.
Le Premier Président de la Cour des comptes, Didier Migaud, semble découvrir cette anomalie. Je lui suggère donc de lire « Avertissement aux malades, aux médecins et aux élus », livre que j’ai écrit en 2003 avec Philippe Even.

Je le souligne, une nouvelle fois, la France, les laboratoires, les médecins, les pouvoirs publics sont tous fautifs. Il est de bon ton de prendre le dernier médicament, le plus cher, alors que le même, mis sur le marché un ou 10 ans auparavant est tout aussi efficace et coûte 10 fois moins cher.

Il y a trop de consultations à l’hôpital, chacun y va pour un oui pour un non quitte à encombrer les couloirs des services d'urgence alors qu’une simple consultation d’un médecin généraliste aurait suffit.

Quant aux A.M.E., aides médicales d'Eétat, distribuées aux étrangers qui ne viennent en France que pour se faire soigner, elles deviennent excessivement coûteuses !

Et si nous parlions de la fraude à la carte vitale ? Des dizaines voire des centaines de millions d’Euros sont en jeu…

Il existe depuis trop longtemps une politique de gribouille, un laxisme, un aveuglement. Voici le résultat, 30 milliards de déficit !! Et dans peu de temps la Sécurité Sociale qui va disparaître…"

Pr Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris

Cellectis annonce l'acquisition prochaine du leader européen des cellules souches

15/09/11 07:30 Cellectis annonce l'acquisition prochaine de Cellartis, leader européen des cellules souches, simultanément à une levée de fonds auprès du FSI et de Pierre Bastid et a l’attribution gratuite de bsa aux actionnaires actuels

"Ces opérations, qui seront soumises à l'assemblée générale des actionnaires de Cellectis devant se tenir d'ici à la fin du mois d'octobre 2011, doivent permettre à Cellectis de devenir un leader mondial des cellules souches et de renforcer significativement ses autres activités
Cellectis annonce l'acquisition prochaine de Cellartis, leader européen des cellules souches, simultanément à une levée de fonds auprès du FSI et de Pierre Bastid et a l'attribution gratuite de bsa aux actionnaires actuels

Regulatory News:
Cellectis (Paris:ALCLS) annonce la signature d'un contrat d'acquisition de Cellartis, société suédoise leader européen des outils de R&D in vitro dérivés des cellules souches. Ce rachat, qui sera réalisé sous réserve de la levée de fonds par ailleurs envisagée, doit permettre à Cellectis de devenir le leader mondial de la fourniture de modèles in-vitro issus de cellules souches et de technologies liées qui révolutionnent la recherche et le développement de traitements thérapeutiques.
En contrepartie de la cession totale de leur participation, les actionnaires de Cellartis recevront 16,4 millions d'euros en numéraire et 1,93 million d'actions Cellectis1.
Concomitamment, dans le but de financer la part en numéraire de l'acquisition de Cellartis et d'accélérer le développement de l'ensemble de ses activités, Cellectis lèvera 50 millions d'euros auprès du FSI et de Pierre Bastid. 2 Cette levée de fonds sera réalisée par le conseil d'administration sur délégation de l'assemblée susvisée :
- soit par une augmentation de capital réservée si le cours de bourse de l'action Cellectis est supérieur ou égal à 8E (auquel cas le prix d'émission sera compris entre 8E et 9E) ;3
- soit par une émission réservée d'obligations remboursables en actions (ORA), si ce cours est inférieur à 8E. Dans ce cas, les ORA seront émises à un prix de 8E.4
Cellectis bénéficiera ainsi des moyens financiers nécessaires à son développement à moyen terme comme d'une base d'actionnaires stable. Ce sont deux atouts déterminants pour le développement de la société.
L'assemblée générale des actionnaires de Cellectis doit être convoquée pour la fin du mois d'octobre 2011 afin de statuer sur ces opérations qui restent soumises à son approbation et à l'évolution des conditions de marché.
La réalisation de cet investissement est également soumise aux conditions suspensives d'usage.
Dans ce contexte, le FSI et Pierre Bastid s'engageraient à conserver les actions et, le cas échéant, les ORA souscrites pour une période de 24 mois, les actionnaires de Cellartis s'engageraient à conserver les actions reçues dans le cadre de l'apport pour une période de 18 mois et les deux dirigeants fondateurs de Cellectis (André Choulika et David Sourdive) s'engageraient à conserver leurs titres pour une période de 48 mois. Ces engagements de conservation feraient l'objet de certaines exceptions.
Par ailleurs, le conseil d'administration sera élargi à 8 membres et 2 censeurs. Deux administrateurs seront nommés sur proposition du FSI et un administrateur et un censeur sur celle de Pierre Bastid.
Sous réserve d'approbation par la prochaine assemblée des opérations susvisées et d'obtention du visa de l'AMF, et afin de permettre aux actionnaires actuels (i.e. exclusion faite du FSI, de Pierre Bastid et des actionnaires de Cellartis) de participer au développement de Cellectis, des bons de souscription d'actions (BSA) leur seront attribués à titre gratuit. Ces BSA, d'une durée d'exercice de 3 ans, donneront le droit de souscrire au prix de 9.0E à des actions nouvelles à raison de 1 action nouvelle pour 5 BSA, à raison d'1 BSA attribué pour chaque action existante.5
Les termes de ces opérations seront plus amplement décrits à l'occasion de la préparation de la prochaine assemblée des actionnaires de Cellectis, qui donnera prochainement lieu à la publication d'un avis de réunion au BALO, et dans le prospectus qui sera soumis au visa de l'AMF préalablement à l'émission de BSA aux actionnaires existants.
Création d'un leader mondial des cellules souches : rationnel du rapprochement
Cette acquisition s'inscrit pleinement dans la stratégie de Cellectis qui, depuis la création d'Ectycell en 2009, a considérablement renforcé ses capacités, programmes et ressources dédiés à l'application des nucléases au domaine des cellules souches. Le rapprochement des activités d'Ectycell avec celles de Cellartis, créera l'un des leaders mondiaux des outils de R&D in vitro issus de cellules souches et avancera de 3 à 4 années le développement de Cellectis dans ce domaine. L'activité combinée, dont les outils auront des applications dans toutes les industries des sciences de la vie, devrait bénéficier pleinement des très fortes complémentarités entre les deux sociétés : (i) technologique dans l'ingénierie des génomes et dans la différentiation cellulaire, (ii) industrielle, Cellartis apportant une capacité de production solide et opérationnelle, (iii) commerciale, avec la mise à contribution de la force de vente expérimentée de Cellectis pour accélérer la diffusion des produits Cellartis.
Fort de près d'une centaine d'employés, le nouvel ensemble Ectycell/Cellartis, dont la structure juridique sera arrêtée dans les mois suivant la réalisation des transactions envisagées, sera présent sur toutes les étapes-clés du développement de produits issus des cellules souches pour des applications in vitro, allant de la collecte de cellules à la différentiation à grande échelle. A court terme, le rapprochement permettra de déployer la principale banque de cellules souches au monde en volume et d'adresser un très vaste panel d'utilisations dans les industries des sciences de la vie. A moyen / long terme, il contribuera au développement d'applications dans le domaine de la médecine régénératrice dans lequel Cellectis et Cellartis ont toutes deux un portefeuille de projets thérapeutiques développés en partenariat. On peut citer notamment un ambitieux programme de recherche dans le domaine du diabète avec Novo Nordisk, susceptible de générer des revenus supérieurs à 100 millionsd'euros, et le projet globules rouges de substitution pour les transfusions, en collaboration avec l'Etablissement Français du Sang.
« L'acquisition de Cellartis témoigne de notre volonté d'accélérer notre développement grâce à des opérations de croissance externe ciblées et pertinentes. » déclare André Choulika, co-fondateur et Président directeur général de Cellectis, qui précise que, « en choisissant d'investir et de nous accompagner pour plusieurs années, le FSI et Pierre Bastid affichent leur confiance dans notre stratégie de croissance et dans notre capacité à atteindre une rentabilité pérenne et créatrice de valeur. C'est une très grande reconnaissance pour Cellectis et ses équipes »
« Nous sommes enthousiastes d'avoir l'opportunité de combiner l'expertise mondialement reconnue de Cellartis dans les applications industrielles basées sur les cellules souches pluripotentes humaines avec la plateforme d'ingénierie génétique de pointe de Cellectis. Ensemble, nous aurons les capacités d'accélérer la mise au point de traitements ciblant des maladies réputées incurables grâce à la médecine régénératrice » précise Gunnar Fernström, Président de Cellartis, ajoutant être «convaincu que la plateforme industrielle et les produits basés sur les cellules souches développés par Cellectis au cours de la dernière décennie, constituent des actifs très valorisants qui contribueront de manière significative à la création d'un leader mondial dans le domaine des cellules souches. »
Thomas Devedjian, Directeur, Membre du Comité Exécutif du FSI déclare : « Cellectis est l'un des leaders mondiaux dans le domaine de l'ingénierie du génome. L'acquisition de Cellartis va lui permettre d'accéder à une position de leadership dans le domaine très porteur des cellules souches. Le FSI se réjouit d'accompagner cette entreprise très innovante dans ses projets de développement ».
« Ma participation à cette opération s'inscrit dans la droite ligne des investissements que j'ai réalisés jusqu'à présent : dans une société leader d'un secteur d'avenir, aux côtés d'un management de grande qualité et bénéficiant d'une vision stratégique claire et très prometteuse », résume Pierre Bastid"
Dans le cadre de cette opération, Cellectis est conseillée par Messier Maris & Associés ainsi que Bryan, Garnier & Co., et Jones Day.
A propos de Cellartis
Spin-off de l'Université de Göteborg, Cellartis est une société suédoise active depuis 10 ans dans le développement, l'industrialisation et la commercialisation de cellules cardiaques ou de cellules de foie issues de cellules souches. Ces cellules différenciées sont à ce jour principalement pour la recherche et les essais cliniques pharmaceutiques, et présentent une performance inégalée pour des tests de toxicologie.
La position unique de Cellartis s'appuie sur la propriété et l'exploitation de la plus grande banque de cellules-souches au monde (30 lignées propriétaires) ainsi que sur sa maîtrise des technologies de différentiation développée depuis sa création. Le déploiement industriel de ces technologies est opérationnel, avec deux sites certifiés en Suède et en Ecosse. Cellartis est impliquée, avec des partenaires de premier plan, dans des programmes de médecine régénératrice utilisant le potentiel immense des cellules-souches pour restaurer des tissus et organes endommagés. Cellartis compte 62 salariés, disposant tous d'une très forte expertise scientifique et industrielle. La société a réalisé un chiffre d'affaires de 3ME en 2010. Ses capitaux propres s'élevaient par ailleurs à 2,6 millions SEK et sa trésorerie nette à 7.5 millions SEK pour un endettement financier nul au 30 juin 2011 (chiffres non audités).
Pour plus d'informations :
A propos du Fonds Stratégique d'Investissement
Société anonyme détenue à 51% par la Caisse des Dépôts et Consignations et 49% par l'Etat, le FSI est un investisseur avisé qui intervient en fonds propres pour prendre des participations minoritaires dans des entreprises françaises porteuses de projets industriels créateurs de valeur et de compétitivité pour l'économie.
Pour plus d'informations :
A propos de Pierre Bastid
Pierre Bastid est un industriel français, ancien Président de la société Converteam qu'il a rachetée à Alstom en 2005 avec l'appui de fonds d'investissement, et cédée à General Electric en septembre 2011. Pierre Bastid va désormais se consacrer à des activités d'investissement, ciblant prioritairement des sociétés à fort potentiel de développement évoluant dans des secteurs d'avenir.
A propos de Cellectis
Cellectis améliore la qualité de vie en mettant en?uvre son expertise de l'ingénierie des génomes au service de nombreux secteurs, dont la thérapeutique humaine, la recherche biologique et l'agriculture. Cellectis est cotée sur le marché Alternext de NYSE-Euronext (code : ALCLS) de Paris.
Pour plus d'informations :
Le présent communiqué et les informations qu'il contient ne constituent pas et ne sauraient être considérés comme constituant une offre au public, une offre de souscription ou une sollicitation d'intérêt du public en vue d'une opération par offre au public de titres financiers. Aucune offre au public de titres financiers ne sera effectuée en France ou à l'étranger avant la délivrance par l'Autorité des marchés financiers d'un visa sur un prospectus conforme aux dispositions de la Directive 2003/71/CE.

La diffusion de ce communiqué dans certains pays peut constituer une violation des dispositions légales en vigueur. Le présent communiqué ne doit pas être publié, transmis ou distribué, directement ou indirectement, sur le territoire des Etats-Unis, au Canada, en Australie ou au Japon. Les informations contenues dans ce communiqué ne constituent pas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de titres de Cellectis aux Etats-Unis, au Canada, en Australie, au Japon ni dans aucun autre pays.

Les actions et bons de souscription d'actions de Cellectis qui seraient le cas échéant émis ne pourront être offerts ou vendus aux Etats-Unis en l'absence d'enregistrement ou de dispense d'enregistrement au titre du U.S. Securities Act of 1933, tel que modifié. Les actions et bons de souscription d'actions de Cellectis ne sont pas, et ne seront pas, enregistrés au titre du U.S. Securities Act et Cellectis n'envisage pas d'effectuer une quelconque offre publique d'actions ou bons de souscription d'actions aux Etats-Unis.

Ce communiqué contient des informations prospectives, et notamment des informations relatives à l'activitéde Cellectis et une éventuelle offre de bons de souscription d'actions de Cellectis. Ces informations prospectives sont sujettes à plusieurs risques et incertitudes, notamment des risques inconnus de Cellectis ou que Cellectis ne considère pas comme significatifs à cette date, et aucune garantie ne peut donc être donnée quant à la réalisation de ces prévisions ou sur le fait que les objectifs envisagés seront effectivement atteints. Les facteurs importants qui pourraient avoir pour conséquence que les résultats réels diffèrent significativement des résultats anticipés dans les informations prospectives comprennent, notamment, l'évolution de la conjoncture économique, des marchés financiers et des marchés sur lesquels Cellectis est présente,
1 Représentant une dilution d'environ 13,1% des actionnaires existants sur une base pleinement diluée après réalisation de l'acquisition et avant la levée de fonds. Conformément aux dispositions légales applicables, un commissaire aux apports sera nommé par le tribunal de commerce, dont la mission sera étendue à l'appréciation du caractère équitable de la parité, et dont le rapport sera rendu disponible en vue de l'assemblée.
2 Les fonds ainsi levés sont destinés à être utilisés comme suit : (i) environ 30 ME seront consacrés à l'acquisition de Cellartis et au financement de sa croissance; (ii) environ 15 ME seront consacrés à l'activité « plantes » ; et (iii) environ 5 ME seront consacrés à l'activité « bioresearch ».
3 Représentant environ 5,6 millions d'actions nouvelles soit une dilution de 30% des actionnaires existants, et une participation d'environ 15% pour chacun des nouveaux investisseurs sur une base pleinement diluée après réalisation de l'augmentation de capital et avant acquisition de Cellartis, en supposant un prix d'émission de 9E par action Cellectis.
4 Représentant environ 6,3 millions d'actions nouvelles soit une dilution d'environ 33% des actionnaires existants, et une participation d'environ 16,5% pour chacun des nouveaux investisseurs, sur une base pleinement diluée après remboursement des ORA et avant acquisition de Cellartis, en supposant que ce remboursement serait réalisé sur la base d'un prix de 8E par action (1 action par ORA). Les ORA porteront un coupon de 5% maximum et seront remboursées par anticipation si le cours de bourse de Cellectis dépasse 8E. Si tel n'était pas le cas, leur parité de remboursement en actions, initialement fixée à une action par ORA, pourrait être ajustée à la hausse (ajustement maximum à hauteur du cours de référence retenu à l'émission) à leur échéance (3 ans) si le cours de bourse était alors inférieur à 8E.
5 Représentant 2,3 millions d'actions nouvelles en cas d'exercice de la totalité des BSA, permettant une relution maximale légèrement supérieure à 10% des actionnaires existants sur une base pleinement diluée après réalisation de l'acquisition de Cellartis et de la levée de fonds en supposant que cette dernière serait réalisée au prix de 8E par action.


Sylvie Delassus,             +33 (0)1 41 83 99 00      

Cell :             +33 (0)6 26 54 33 18      

Senior VP Corporate Communication


Marc Le Bozec,             +33 (0)1 41 83 99 00      

Chier Financial Officer



Alexis Breton / Cyril Combe,             +33 (0)1 53 65 68 68

Copyright  Business  Wire  2011