Merci de ne PAS poster de messages concernant la vente d'un organe et comportant des coordonnées téléphoniques, e-mail, etc. La loi française interdit la vente d'organes.

Bioéthique : les Sénateurs s’emparent du débat

"Adopté à l’Assemblée le 15 février, le projet de loi est désormais examiné par les sénateurs en première lecture jusqu’à vendredi, au plus tard. D’importantes modifications ont été entre-temps apportées par la commission des Affaires sociales.

À la tribune, la secrétaire d’État à la Santé, qui a ouvert les discussions cet après-midi, a rappelé la position du gouvernement (retenue par les députés mais modifiée par la commission) concernant les recherches sur l’embryon : 'Il n’y a pas lieu de modifier le régime instauré en 2004 qui a permis de concilier le haut degré de protection accordé à l’embryon avec une qualité de la recherche internationalement reconnue', a insisté Nora Berra. 'Les symboles ont leur importance', considère-t-elle, tandis que d’autres, comme les sénateurs Bernard Cazeau (PS), Gilbert Barbier (RDSE) et Guy Fischer (CRC-SPG) dénoncent l’hypocrisie du régime d’interdiction assujetti à des dérogations. 'Le législateur ne doit pas être à la remorque de la science et doit créer le cadre des conditions du vivre ensemble', propose Gilbert Barbier.

Mais pour la sénatrice Marie-Thérèse Hermange (UMP), toute la discussion consiste à savoir si 'c’est la science qui crée la vie ou si c’est la vie qui crée la science'. 'Le législateur doit encourager les avancées de la science quand elles servent les êtres humains et non quand elles se servent' d’eux, répond-elle, indiquant qu’elle veut déposer un amendement contre le diagnostic préimplantatoire HLA. François Zocchetto (UC) ne conçoit pas, pour sa part (une idée partagée par les premiers orateurs), d’accorder le transfert d’embryon post-mortem pour un enfant qui naîtrait de facto sans père. Après les 'bébés-médicaments', 'nous aurions les bébés-souvenirs', déplore-t-il. Seule la gestation pour autrui semble rassembler contre elle. 'Je ne dirais mon vote qu’à l’issue du débat', prévient Guy Fischer, en expliquant que 'le projet de loi peut être très mouvant'."
› S. H.
http://www.lequotidiendumedecin.fr/information/bioethique-les-senateurs-s-emparent-du-debat?ku=9v7668AB-BBy8-96EA-vDDE-vDx58ywBy6DC#utm_source=lequotidiendumedecin&utm_medium=email&utm_campaign=news_derniere_heure_qdm

1 commentaire:

Catherine a dit…

http://www.genethique.org/revues/revues/2011/Avril/05_04_11.html#3