Merci de ne PAS poster de messages concernant la vente d'un organe et comportant des coordonnées téléphoniques, e-mail, etc. La loi française interdit la vente d'organes.

Première greffe mondiale des deux jambes

"Le chirurgien Pedro Cavadas avait déjà réalisé, en 2009 à Valence, la toute première greffe de langue et de mâchoire". Crédits photo : JOSE JORDAN/AFP

"Une équipe espagnole a transplanté un patient amputé pour lequel les prothèses n'étaient pas adaptées. Dans la concurrence acharnée que se livrent les équipes de chirurgiens orthopédistes dans le monde, l'Espagne vient de marquer un point. Pour la première fois, des médecins ont greffé deux jambes à un patient d'une vingtaine d'années prénommé ­Hakim. Il avait été amputé à mi-cuisse suite à un accident et ne pouvait se déplacer qu'en fauteuil roulant. L'intervention qui s'est déroulée à l'hôpital universi­taire La Fe, à Valence, a commencé dimanche et s'est achevée lundi matin. Elle a nécessité la présence de plus de 35 médecins, infirmières et assistants.

Pedro Cavadas, le chirurgien qui a réalisé la greffe, est très connu dans le microcosme chirurgical. Aujourd'hui âgé de 46 ans, il avait, en 2008, réalisé la première double greffe de bras. C'est donc un pionnier de ce type d'interventions. Dans le monde, des médecins avaient déjà tenté de greffer des membres inférieurs, sans succès. Il s'agissait notamment d'une enfant née avec une sœur siamoise au Canada.

'Quand on est amputé des cuisses des deux côtés, il est très difficile de vivre avec des prothèses, explique le Dr Noël Martinet, spécialiste de médecine physique et de réadaptation à Nancy. Car on consomme beaucoup d'énergie à marcher de la sorte. Ces patients ont peu d'endurance et ne sont pas capables de franchir un trottoir sans canne anglaise.' Le Pr Jean-Michel Dubernard, qui avait, en 2000, réalisé la première double greffe bilatérale des mains et des avant-bras à Lyon, se montre très enthousiaste. La question dans le cas de ce patient espagnol est de savoir s'il va réussir à s'approprier des jambes qui ne sont pas les siennes et faire en sorte qu'il ne boite pas. Si le Pr Dubernard estime que ce type de greffe 'mérite d'être essayé' et qu'il s'agit d'une 'innovation intéressante', ses confrères sont beaucoup plus réservés. 'Certes, la prouesse technique est belle, estime le Dr Thomas ­Bauer, chirurgien orthopédiste à l'hôpital Ambroise-Paré (Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine). Mais il est plus compliqué de greffer un visage que des jambes! Le vrai problème est de voir si le patient va pouvoir s'en servir. D'accord, il a maintenant des jambes mais reste à savoir s'il ne va pas les utiliser comme des prothèses.'

Étape critique

À la différence de la greffe du membre en dessous du genou, la transplantation de la cuisse signifie notamment le raccordement du nerf sciatique qui donne la sensibilité à la jambe. En d'autres termes, pour pouvoir remarcher, le patient ne devra pas avoir de séquelles motrices. 'S'il ne commande pas bien son pied, le patient restera en fauteuil roulant, ajoute le Dr Bauer. Rendez-vous dans un an ou un an et demi pour étudier les premiers résultats.' Le Pr Laurent Lantiéri qui avait réalisé à l'hôpital Henri-Mondor (Créteil, Val-de-Marne) la première greffe du visage et des deux mains sur un même patient grièvement brûlé, en 2009, est encore plus réservé. 'Je suis très circonspect, confie-t-il. C'est très différent de transplanter un membre supérieur ou un membre inférieur. Avec les jambes, la consolidation est beaucoup plus longue. Et puis surtout, on ne s'appuie pas sur une main!' Pour lui, cette opération se résume à rebrancher un gros nerf, une grosse artère, une grosse veine. 'Techniquement, ce n'est pas un problème. La question est que va-t-il se passer après? Aujourd'hui, il est trop tôt pour le savoir même si on commence à rentrer dans une zone de turbulences. Il faudra voir dans quinze jours si l'étape critique est passée, puis attendre six mois pour la consolidation et un an avant de se prononcer sur le succès de l'opération.' Dans tous les cas, le patient ne devrait pas remarcher avant une bonne année.

En France, on a dénombré 8000 amputations des membres inférieurs en 2010. Cette greffe relance le débat sur les transplantations 'innovantes'. Le Pr Dubernard déplore les freins que connaît la France dans ce type d'intervention. 'On n'est pas aidé! On est même freiné. Nous vivons dans un système qui n'aime pas l'innovation, que ce soit l'administration ou les médecins qui ne voient pas l'intérêt de la greffe par rapport aux prothèses. Du coup, nous nous faisons doubler par les Espagnols et les Polonais qui ont les meilleures équipes de chirurgie de la greffe. Aux États-Unis, on fabrique des cornées, des vagins artificiels. Ici rien', regrette-t-il."

Par Anne Jouan
http://www.lefigaro.fr/sante/2011/07/12/01004-20110712ARTFIG00619-premiere-greffe-mondiale-des-deux-jambes.php

3 commentaires:

Catherine a dit…

Voir la vidéo de présentation de cette Première mondiale hier soir au JT de 20h00 :

http://www.2424actu.fr/actualite-sociale/international-l-actualite-europeenne-a-travers-l-eurozapping-2788565+2788256/#read-2788256

Catherine a dit…

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/science/2011/07/11/004-greffe-jambes-espagne.shtml

Low-Coste Innovation Blog a dit…

La greffe n'a pas marché, à cause de la toxicité des immunosuppresseurs : "The overall extent of side effects due to immunosuppressants serves to remind us that there is still a lot lacking in immunosuppressants." http://www.globalpost.com/dispatch/news/health/130611/worlds-first-double-transplant-patient-loses-legs