Merci de ne PAS poster de messages concernant la vente d'un organe et comportant des coordonnées téléphoniques, e-mail, etc. La loi française interdit la vente d'organes.

Cellules souches adultes : essais cliniques pour traiter les maladies cardiaques

"Ces dernières semaines, la presse s’est penchée sur les avancées des thérapies cellulaires visant à traiter des maladies cardiaques comme l’infarctus du myocarde, l’insuffisance cardiaque ou l’angine de poitrine. A l’heure actuelle, la moitié des essais cliniques de thérapie cellulaire concernent les maladies cardiovasculaires.
Le 14 février dernier, des chercheurs de Los Angeles, dirigés par Eduardo Marban ont publié dans la revue The Lancet les premiers résultats de leurs travaux consistant à utiliser des cellules prélevées au niveau du cœur. Après culture in vitro de ces cellules, les chercheurs ont réinjectés les amas cellulaires obtenus, par voie coronaire, à 17 malades, 2 à 4 semaines après qu’ils ont subi un infarctus. Un an plus tard, ils ont pu observer l’innocuité du traitement et constater que la taille de la cicatrice cardiaque a été réduite de moitié par rapport à celle des malades du groupe témoin n’ayant pas reçu le traitement. Ils ont aussi observé une augmentation du tissu cardiaque sain. Pourtant, les chercheurs n’ont pas observé d’améliorations particulières des performances cardiaques. Ils estiment toutefois que ce travail montre la possibilité à l’avenir d’inverser les effets d’une crise cardiaque et de régénérer le tissu endommagé grâce à une greffe de cellules souches autologues.

Le site Les Echos.fr évoque également le lancement d’un essai clinique en France à partir de cellules souches adultes mésenchymateuses, présentes dans la moelle osseuse. Avec 7 CHU français, Jérôme Roncalli, cardiologue interventionnel au CHU de Toulouse, prépare un essai qui portera sur 90 patients atteints d’insuffisance cardiaque (essai Mesami) (Cf. Synthèse de presse du 07/12/10).Il explique que cet essai "va tester la capacité de ces cellules à régénérer des vaisseaux sanguins dans les zones mal irriguées du cœur et à stimuler le renouvellement des cellules musculaires cardiaques". De précédentes études avaient déjà montré comment ces cellules souches mésenchymateuses stimulent les capacités de réparation du muscle cardiaque.

Enfin, Le Quotidien du médecin rapporte les bénéfices d’une étude clinique lancée il y a 10 ans par le Pr Philippe Hénon, directeur de l’Institut de recherche en hématologie et transplantation de Mulhouse. 7 patients ayant subi un infarctus sévère avaient reçu une réinjection intra-cardiaque directe de leurs propres cellules souches sanguines adultes. 3 mois plus tard, les chercheurs constataient une régénération tissulaire et vasculaire du muscle cardiaque et chez 6 patients sur 7, la fraction d’éjection ventriculaire gauche s’est peu à peu améliorée de sorte qu’ils ont pu reprendre une vie socioprofessionnelle normale. L’avantage de ce traitement est que les cellules souches adultes greffées proviennent du patient lui-même, éliminant les problèmes de rejet, explique le Pr Hénon qui a créé en 2008 une société de biotechnologie médicale, CellProthera, pour développer cette thérapie cellulaire inédite. Afin de rendre ce traitement accessible à plus de patients, CellProthera travaille depuis 2009 à industrialiser ce procédé : le prototype d’un automate permet de produire en 9 jours un greffon cellulaire autologue à partir d’un simple prélèvement sanguin. En cours de finalisation, un prototype amélioré sera utilisé début 2013 pour un essai clinique incluant 150 patients.
Le Quotidien du médecin évoque aussi les recherches du Pr Philippe Ménasché, de l’hôpital européen Georges-Pompidou, qui attend l’autorisation de l’Afssaps pour démarrer un essai clinique à partir de cellules souches embryonnaires humaines, sur des patients insuffisants cardiaques. Selon Philippe Ménasché, les cellules souches embryonnaires peuvent stimuler la repousse du muscle cardiaque. Il ajoute qu’il faut toutefois "maîtriser la question du rejet, qui ne se posent pas avec les cellules souches adultes, puisqu’elles proviennent du patient". Sans compter les risques de développement cancéreux que peut induire l’utilisation des cellules embryonnaires. "
Le Figaro (Sandrine Cabut) 15/02/12 – Santelog.com 16/02/12 – les Echos.fr (Catherine Ducruet) 16/02/12 – Radio-canada. ca 16/02/12 – Atlantico.fr 15/02/12 - Le Quotidien du médecin.fr (Dr Micheline Fourcade) 20/02/12

1 commentaire:

Catherine a dit…

Source : http://www.genethique.org/revues/revues/2012/Fevrier/28_02_12.html#4