Merci de ne PAS poster de messages concernant la vente d'un organe et comportant des coordonnées téléphoniques, e-mail, etc. La loi française interdit la vente d'organes.

Une trachée quasi idéale

A partir de la peau et du cartilage du patient
"Les équipes du Pr Philippe Dartevelle et du Dr Frédéric Kolb ont mis au point une toute nouvelle technique de greffe de trachée artificielle. La néotrachée."
Source : Le Quotidien du Médecin, 29/11/2010

Second trial with embryonic stem cells

"This week the FDA approved the second human clinical trial of embryonic stem cells. Advanced Cell Technology, one of the few companies which is working with hESCs, plans to treat 12 patients who have Stargardt's Macular Dystrophy, a rare degenerative disease which leads inexorably to blindness. The company foresees a possible US$25 billion-$30 billion global market - if the experiment succeeds.
After nearly 10 years of debate over the ethical and safety aspects of human embryonic stem cell treatments, the FDA has only approved two trials. In the meantime, as we report in this week's newsletter, induced pluripotent stem cells - which have almost none of the ethical baggage of embryonic stem cells -- are showing immense promise. Harvard's Kevin Eggan told Science, 'it's hard not to be pretty pleased with the progress that's been made in a few short years.'
It makes me, at any rate, wonder what exactly is the point of persisting with embryonic stem cells. Many leading stem cell scientists have abandoned hESCs and are working on iPS cells. Could it be intellectual inertia, an inability to change tracks in the light of new knowledge? Is it easier to raise finance for the glamorous and controversial embryonic stem cells?"
By Michael Cook
Editor
Second trial with embryonic stem cells
"The US government has approved a second clinical trial of a treatment using human embryonic stem cells to cure a rare disease that causes serious vision loss. Advanced Cell Technology, a Santa Monica-based biotechnology company, said the research is set to begin next year, after it was approved by the US Food and Drug Administration. Another biotech company, Geron Corp, started a clinical trial for spinal cord injury with hESCs.
ACT's test will focus on Stargardt disease, which affects just 30,000 Americans. The company hopes the same approach will work for similar and more common eye disorders such as age-related macular degeneration, which impacts the lives of millions. Stargardt is an inherited disorder typically beginning in adolescence that attacks central vision which is used for tasks like recognising faces. Some Stargardt sufferers go completely blind or lose all peripheral vision. Others are severely impaired and can only detect light or see their hands moving in front of their eyes.
The key problem with Stargardt is that impaired scavenger cells fail to remove toxic byroducts from the eye, allowing them to accumulate, killing other cells. No proven treatment exists. In ACT's new study, 12 patients will be treated with healthy scavenger cells, created in a laboratory from hESCs. This preliminary phase of treatment is for testing the safety of various doses, injecting just one eye on each patient. 'We're also hoping to see some improvement in visual acuity, but that's a bonus,' Dr. Robert Lanza, ACT's chief scientific officer, said Monday."
By Jared Yee, Nov. 26, BioEdge

UK Govt apologises over removal of organs

"The UK government has apologised to families of nuclear power plant workers whose organs were removed after their deaths without consent between 1955 and 1992. 'The events described in the Inquiry should never have happened in the first place,' said Energy Secretary Chris Huhne. 'We have learned the lessons of the past. The law on human tissue has been reviewed, and there is now a rigorous regulatory system in place.'
No one will be prosecuted as the scandal occurred so long ago. It has emerged that organs were removed from 62 workers at Sellafield and from 12 workers at other plants. Tissue removed and retained for research included livers, lungs, vertebrae, ribs, lymph nodes, spleens, kidneys, femurs, testes, brains, hearts and tongues.
The public became aware of the scandal at the Sellafield power plant in 2007. An inquiry by Sir Michael Redfern QC was established to look into the matter. He presented his report last week.
He found that pathologists were either unaware of, or oblivious to, requirements for consent from next of kin. They erroneously believed that they had carte blanche to remove organs and tissues for whatever reasons they saw fit. He was critical of the coroners, who often failed to read pathologists' post mortem reports, and thus were unaware that tissue had been removed inappropriately.
'There was a lack of ethical consideration of the implications of the research work the industry was doing, that there was limited supervision undertaken, and that relationships between pathologists, coroners and the Sellafield medical officers became too close,' said Mr Huhne.
Many of the relatives told the inquiry that they were shocked and distressed by the perceived lack of dignity and respect shown to the body. One told Sir Michael: 'My family and I have been absolutely devastated as a result of what has gone on... they showed severe disrespect to my father's body and I find this mutilation very disturbing.'" ~ Guardian, Nov 16; Nuclear Engineering International, Nov 16
http://www.bioedge.org/index.php/bioethics/bioethics_article/9314/

CLERMONT-FERRAND - La détresse des Hommes en fin de vie

"Quelles réponses les équipes de soins palliatifs apportent-elles à la détresse des personnes en fin de vie ? Pour répondre à cette question, la Société régionale Auvergne d'accompagnement et de soins palliatifs (SRAAP) organise un congrès régional sous la forme d'une soirée grand public avec le Groupe de réflexion éthique clermontois (GREC), et une journée de conférence professionnelle, les 25 et 26 novembre 2010 à Vulcania.
Dans le cadre d'une maladie grave, la détresse se définit par une 'expérience désagréable de nature émotionnelle, psychologique ou spirituelle'. C'est un état marqué par un sentiment de désarroi, d'abandon, de solitude profonde, de vulnérabilité, de tristesse, de peur et de danger. La détresse d'une personne mourante confronte l'entourage et les professionnels à des ressentis forts d'impuissance, alors même que les soins palliatifs visent à l'apaisement global. L'objectif des soins palliatifs est de soulager les douleurs physiques et les autres symptômes, mais aussi de prendre en compte la souffrance psychologique, sociale et spirituelle, dans une approche globale de la personne atteinte d'une maladie grave, évolutive ou terminale.
Jeudi 25 novembre 2010, 20h30-22h, conférence grand public, 'Mourir sans conscience'. Un philosophe, un médecin, une infirmière, un spécialiste de la bioéthique vont aborder différents prismes, différentes écoutes et réponses à un même état de détresse. Vulcania. Entrée gratuite.
Vendredi 26 novembre 2010, 8h30-17h30, congrès pour les professionnels et bénévoles 'Avis de détresse des Hommes en fin de vie, cliniciens et penseurs à la rescousse !'. Différentes recommandation et réflexions sur la sédation, les derniers moments de la vie, l'accompagnement médicamenteux, l'utilisation des médicaments et de l'hypnothérapie chez les patients en fin de vie." Vulcania
Pour plus d'informations contacter :
Délégation à la Communication et à la Culture
CHU Clermont-Ferrand - 58 rue Montalembert
63003 Clermont-Ferrand cedex 1
Téléphone : 04 73 75 10 87 - 04 73 75 10 25
Fax : 04 73 75 10 92
Source :
La Lettre "Réseau-CHU"
N° 548 - 23 novembre 2010

Victoires de la médecine : Sous le signe de la diffusion et de la transmission du savoir médical

"En rendant hommage à cinq lauréats des précédentes éditions, les Victoires de la médecine 2010 mettent l'accent sur une tradition à l'origine de l'excellence du système de soins français : la qualité de la formation médicale, apprentissage qui s'inspire du modèle du compagnonnage. Cette année, un jury composé de cinq 'seniors' a eu la responsabilité de sélectionner les 13 équipes à l'origine d'avancées thérapeutiques emblématiques. Le palmarès final sera établi par les médecins présents dans la salle qui éliront les 6 lauréats par vote électronique. Rendez-vous le 2 décembre à 19h45 au Casino de Paris.
Sous le parrainage du Professeur Alain Carpentier, les Victoires 2010 se dérouleront en présence de grands noms de la médecine, de personnalités issues du monde politique, de célébrités engagées dans de grandes causes et de plus de 1 000 praticiens. Au cours de la cérémonie un 'Coup de chapeau' à une personnalité médicale de renommée internationale et un 'Prix Spécial' pour récompenser une action du réseau français 'Ville Santé' de l'OMS seront également décernés.
Composition du jury 2010 qui a sélectionné 13 équipes parmi les 59 candidatures présentées par 23 CHU
- Cancérologie, Pr Gilles Calais du CHU de Tours
- Cardiologie, Pr Alain Cribier du CHU de Rouen
- Chirurgie, Pr Hugues Duffau du CHU de Montpellier
- Neurologie, Pr Alim Louis Benabid du CHU de Grenoble
- Technologie, Pr Afshin Gangi et le Dr Xavier Buy du CHU de Strasbourg
6 disciplines médicales : Cancérologie, Cardiologie, Chirurgie, Neurologie, Technologie médicale et Réseaux de soins, 13 nominés, 11 villes de France à l'honneur
CANCEROLOGIE
- Dr Jacques Guyotat - Hôpital Neurologique de Lyon
Rendre des tumeurs cérébrales fluorescentes pour mieux les opérer
Le glioblastome est la tumeur cérébrale primitive la plus fréquente. Maligne, elle pose un réel défi aux neurochirurgiens car elle est 'infiltrante'. Il est difficile de la repérer à l'oeil nu puisqu'elle se niche au coeur du tissu cérébral. Pour améliorer la qualité des résections, le Dr Guyotat a adapté une technique allemande fondée sur la fluorescence. Le patient ingère une poudre qui, une fois digérée et passée dans le sang, rend la tumeur fluorescente. A l'aide d'un microscope adapté, le chirurgien repère alors toute l'étendue de la tumeur.
- Dr Sylvain Morinière - CHU de Tours
Un nouveau robot pour opérer les cancers ORL par la bouche
Jusqu'à présent, pour opérer des lésions cancéreuses situées dans les parties profondes de la gorge, il était nécessaire d'effectuer de grandes incisions au niveau du cou pour accéder aux tumeurs et pouvoir les retirer. Avec ce nouveau robot, plus besoin d'inciser. Il comporte en effet deux bras, totalement mobiles et très précis, équipés d'instruments de petite taille permettant d'atteindre, par la bouche du patient, les parties profondes de la gorge. Pendant l'opération, le chirurgien contrôle à distance sur sa console les bras du robot à l'aide de manettes. Grâce au robot et à ses manettes, le chirurgien dispose de toute l'agilité nécessaire pour opérer sans inciser des tumeurs situées par exemple dans le pharynx.
CARDIOLOGIE
- Pr Jean-Pierre Favre et Dr Marco Vola - CHU de Saint-Etienne
Monitorage myocardique par microdialyse peri-opératoire en chirurgie cardiaque
L'arrêt du coeur pendant les opérations cardiaques entraine des dommages qui sont difficiles à estimer. Ces coeurs 'traumatisés' font parfois des infarctus postopératoires. Le Dr Vola a mis au point un système qui permet de surveiller l'état du coeur pendant et après l'opération. A l'aide d'une membrane dialysante implantée dans le muscle du myocarde, l'équipe chirurgicale relève le niveau des métabolites secrétés par le tissu intercellulaire. Ces niveaux permettent une éventuelle intervention avant que les dommages occasionnés au coeur ne soient trop importants.
- Pr Thierry Patrice - CHU de Nantes
Un nouveau test pour mesurer la résistance d'un individu à l'oxydation
L'équipe du Pr Thierry Patrice a mis au point un test mesurant la résistance d'un individu à l'oxydation dans différentes situations cliniques où les défenses anti-oxydantes sont justement affectées (cancers, diabète, infarctus...). Chaque personne a une capacité différente à résister à l'oxydation variant en fonction des périodes, du vieillissement, et évidemment de son état de santé. Grâce à la mise au point de ce test, il est aujourd'hui possible de savoir très précisément lorsque ces défenses sont dépassées et donc, éventuellement, de mettre en place une médication anti-oxydante adaptée aux besoins du patient. Ce nouveau test permettra, pour la première fois, de quantifier très finement cette résistance aux espèces oxydantes, individu par individu et d'imaginer, pourquoi pas, des nouveaux agents anti-oxydants.
CHIRURGIE
- Pr Stéphan Haulon - CHRU de Lille
Une nouvelle prothèse mutlibranches adaptable à tous les anévrismes de l'aorte
Depuis quelques années, le traitement endovasculaire par prothèse des anévrismes remplace la chirurgie conventionnelle : le chirurgien place une artère synthétique pour remplacer l'artère malade sans ouvrir le ventre. Cependant, il est souvent limité en raison de l'aspect tubulaire de la prothèse qui ne peut être placée que dans des segments rectilignes de l'aorte (Il ne peut pas y avoir de ramifications de l'aorte qui naissent à cet endroit). C'est pourquoi de nombreux patients, en raison d'une localisation de l'anévrisme défavorable, continuent d'être opérés par chirurgie conventionnelle, c'est-à-dire en ouvrant le ventre. Avec cette innovation, ils peuvent désormais bénéficier, comme les autres, de ce traitement endovasculaire. Cette nouvelle prothèse multibranche permet de s'adapter parfaitement à la forme de l'aorte et de toutes les ramifications y naissant. Pour chaque patient, et donc chaque morphologie, la prothèse est modélisée par ordinateur, en s'appuyant sur une image de scanner de l'aorte, afin de s'adapter parfaitement à la forme de l'aorte du patient. En résumé, avant la prothèse était un simple tuyau qui ne pouvait pas être placé n'importe où au niveau de l'aorte, maintenant cette nouvelle prothèse permet de soigner tous les anévrismes quelque soit leur localisation dans l'aorte.
- Pr Laurence Kessler - Hôpitaux Universitaires de Strasbourg
Greffe combinée de poumon et d'îlots pancréatiques dans la mucoviscidose
La mucoviscidose est une maladie mortelle affectant à la fois les capacités respiratoires et le système digestif (diabète). Si la greffe des poumons permet de prolonger la vie des patients dont les capacités respiratoires propres arrivent à terme, elle ne règle pas le problème du diabète. Problème qui tend à s'aggraver après la greffe. La solution du Pr Kessler, c'est la double greffe poumons et ilots pancréatiques. Juste après la greffe de poumon, le patient reçoit du même donneur les cellules du pancréas qui vont l'aider à juguler son diabète. La transplantation de ces ilots pancréatiques est moins lourde qu'une greffe des poumons car elle s'opère par l'implantation d'un cathéter sous anesthésie locale.
NEUROLOGIE
- Dr Pascal Derkinderen - CHU de Nantes
Le tube digestif, une fenêtre ouverte sur le cerveau dans la maladie de Parkinson
Il est aujourd'hui établi que les lésions de la maladie de Parkinson ne se limitent pas au système nerveux central mais qu'elles touchent également des systèmes nerveux périphériques, comme le système nerveux entérique. L'équipe du CHU de Nantes a mis au point une méthode originale d'analyse de biopsies du côlon chez des parkinsoniens permettant ainsi de démontrer la présence et l'importance des lésions dans le cerveau de ces patients. En effet, ils ont mis en évidence que les lésions des neurones de ces malades étaient bien retrouvées à l'identique dans les neurones digestifs et que l'importance des lésions retrouvées était corrélée à la sévérité de la maladie. A l'avenir, ces travaux pourraient permettre un diagnostic plus précoce et plus précis des maladies neurodégénératives, tout en permettant de prédire leur évolution et de mieux guider certaines thérapeutiques, notamment la stimulation cérébrale profonde.
- Dr Stéphane Guétin et Pr Jacques Touchon - CHRU de Montpellier
La musicothérapie, une approche non médicamenteuse innovante dans Ie domaine de la neurologie et de I'algologie.
Aujourd'hui, les traitements non médicamenteux pour gérer la douleur et le stress des patients sont insuffisants. Ce sont des traitements d'autant plus nécessaires dans des maladies à douleur chronique (la fibromyalgie) ou à forte incidence psycho-comportementale (Alzheimer). Face à ce constat, le Dr Guétin a standardisé une méthode de relaxation par la musique disponible à l'hôpital et à domicile. Des compositeurs aux différents styles musicaux (classique, électro-jazz, musiques du monde?) ont créé des mélodies dont le rythme et l'orchestration permettent la détente du patient. Après l'écoute, le patient 'verbalise' son ressenti, entraînant de fait une meilleure communication entre le malade et le personnel hospitalier.
TECHNOLOGIE
- Dr Jean-Paul Fournier et Pr Daniel Benchimol - CHU de Nice
Centre de Simulation Médicale pour l'apprentissage des étudiants en médecine
Les étudiants en médecine manquent souvent d'une expérience de terrain où ils se voient confier l'entière responsabilité d'un patient. Et pour cause, il serait inacceptable d'exposer les malades à une erreur médicale liée à leur inexpérience. C'est ce genre d'impasse éducative que résout le système mis en place par le Dr Fournier et le Pr Benchimol à Nice. Le Centre de Simulation Médicale confronte les étudiants dès la troisième année à la gestion de patients arrivés aux urgences dans des conditions hyperréalistes. Trois à quatre élèves s'occupent d'un faux patient (un mannequin-robot) dans une salle d'opération reproduite à l'identique. A l'aide d'un micro, le professeur, installé derrière une vitre sans tain, incarne successivement le patient, les divers services de l'hôpital, voire la famille du malade. Dans un temps limité, les étudiants doivent stabiliser le malade, le diagnostiquer et prescrire des remèdes. Le Centre de Simulation comprend également des simulateurs d'opération qui permettent aux élèves chirurgiens d'apprendre la manipulation des instruments chirurgicaux.
- Dr Régis Logier, Dr Mathieu Jeanne et Pr Benoît Tavernier - CHRU de Lille
Un nouveau moniteur pour évaluer l'état de douleur du patient pendant une anesthésie générale
Au cours d'une anesthésie générale, il est désormais possible d'évaluer la douleur ressentie par le patient. Jusqu'à présent on mesurait le niveau d'endormissement mais les médecins ignoraient l'état de bien-être du patient. Des scientifiques ont mis au point ce moniteur qui permet d'évaluer l'état de douleur du patient en fonction de l'augmentation ou de la diminution du rythme cardiaque. En clair, selon les fluctuations rythmiques cardiaques, les anesthésistes peuvent décrire avec précision l'état de bien-être du patient et analyser les différentes étapes de la chirurgie : incision, section osseuse musculaire, etc... Grâce à cette technique, les médecins peuvent administrer les justes doses d'anti-douleurs morphiniques et éviter ainsi les risques de sous ou de sur dosage. Le patient a de ce fait moins de mal à se réveiller et souffre moins des effets secondaires de l'anesthésie générale.
- Dr Alain Michault et Dr Frédérik Staikowsky - CHR de la Réunion
Chikungunya, Dengue et West Nile : un test de détection et quantification simultanées des virus
L'épidémie de Chikungunya, qui a touché la Réunion en 2006 (45 000 infectés par semaine au mois de Février), a démontré la nécessité de développer un test rapide et efficace pour identifier la maladie chez un patient. C'est d'autant plus nécessaire qu'il y a un risque de confusion avec d'autres maladies tropicales. La Dengue et le West Nile, par exemple, présentent des symptômes similaires au Chikungunya. Le Pr Michault a conçu un test dont les résultats sont disponibles en deux heures trente. Il permet d'identifier, non seulement le Chikungunya, mais aussi le West Nile et la Dengue. Pour cette dernière, il indique même le type de Dengue auquel le praticien est confronté. Avec la diffusion de ce test à tous les pays voisins de l'Océan Indien, l'Ile de la Réunion gagne un temps précieux dans la préparation d'une éventuelle épidémie sur son territoire.
RESEAUX DE SOINS
- Pr François Golfier et Pr Daniel Raudrant - CHU de Lyon Sud
Un nouveau réseau régional et national pour une meilleure prise en charge des maladies trophoblastiques gestationnelles
Les maladies trophoblastiques sont des pathologies rares qui atteignent des femmes enceintes dont la grossesse a échoué. Ces femmes portent un môle hydatiforme (sorte de foetus non viable) qui peut entraîner une tumeur cancéreuse. Trop rarement exposé à ces cas, le corps médical les a souvent mal traités et mal diagnostiqués. L'intérêt du réseau, composé de 22 centres d'expertise régionale des MTG, est d'inciter les médecins à partager leurs compétences avec le Centre de Référence National du Pr Golfier à Lyon. Au moindre doute, les médecins s'adressent à un centre intermédiaire de leur région qui, lui-même, sollicite le centre de Lyon. Un réseau d'anamopathologistes est mis à leur disposition alors que l'équipe du Pr Golfier centralise et redistribue les données permettant d'évaluer l'évolution de la maladie. Au final, un traitement adapté des maladies trophoblastiques entraîne une guérison dans 99 % des cas. Guéries, ces femmes peuvent avoir des enfants.
- Pr Maurice Giroud - Réseau Bourgogne-AVC - CHU de Dijon
Un nouveau réseau bourguignon de soins, de formation et d'évaluation dédié aux Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC)
Les conséquences des accidents vasculaires cérébraux peuvent être nettement moins importantes lorsqu'un patient est rapidement pris en charge. L'organisation en réseau est dès lors essentielle pour une région vaste comme la Bourgogne. Région qui, par ailleurs, souffre d'un manque de moyens médicaux par rapport aux autres régions françaises. La télémédecine permet à l'ensemble de la région de bénéficier de l'expertise diagnostique du CHU de Dijon. A domicile, les patients récemment sortis de l'hôpital sont appelés par des infirmières cliniciennes. Elles vérifient l'état moral et physique du malade ainsi que le respect des ordonnances prescrites. A plus long terme, la prévention des AVC (et des rechutes) est assurée par une collaboration étroite avec la médecine de ville (généralistes et neurologues)."
Pour plus d'informations contacter :
Conseil en communication Santé Social
Domaine de Bellevue
36290 Saint-Michel-Brenne
Téléphone : 02.54.38.06.59
Mobile : 06.84.81.59.82
Fax : 02.54.38.19.82
Source :
La Lettre "Réseau-CHU"
N° 548 - 23 novembre 2010

Fewer living-donor kidneys in "opt-out" systems

[Moins de dons de rein de son vivant dans un système légal de "consentement présumé", comme en France]
(Reuters Health) - "Countries that have tried to address donor-organ shortages with so-called 'presumed-consent' systems do have higher rates of kidney transplantation from deceased donors than other nations, a study published Monday finds.
However, researchers conclude, the flip side of this 'opt-out' approach may be a lower rate of transplants from living donors. A number of countries, mainly in Europe and South America, have presumed-consent organ-donation systems.
This means that people have to opt out of the system if they do not wish to have their organs harvested after they die; surviving family members are still consulted and can object if they want.
In contrast, countries such as the U.S., Canada, Australia and the U.K. have explicit-consent systems, where people have to designate themselves as organ donors; in cases where a deceased person's wishes are unknown, the family can grant permission for organ donation.
Advocates of presumed consent say it helps address donor-organ shortages.
And several studies have found that nations with presumed consent tend to have higher rates of deceased-donor organ donation than those with explicit consent.
Those studies did not, however, look at effects on organ transplants from living donors, the vast majority of which are kidney transplants. (Living donors can also give a segment of the liver or, in a small number of cases, a portion of lung, pancreatic or intestinal tissue.)
For the new study, reported in the Annals of Internal Medicine, researchers examined rates of living- and deceased-donor kidney transplants in 44 countries between 1997 and 2007.
Half of the countries had presumed-consent systems, including France, Germany, Italy and Spain; the other half, including the U.S., Canada, Japan and Australia, had explicit consent.
In general, presumed-consent nations had a higher rate of deceased-donor transplants than explicit-consent nations did -- with a median, or midpoint, rate of 22.6 transplants per million people in the population, versus 13.9 per million in countries with explicit consent.
When it came to living donations, however, presumed-consent nations had a transplant rate of 2.4 per one million people, compared with 5.9 per million in explicit-consent countries.
'We were surprised to see such low rates of living kidney donation in nations with presumed consent,' senior researcher Dr. Amit X. Garg, of the London Health Sciences Center in Ontario, Canada, told Reuters Health in an e-mail.
The findings do not prove that a presumed-consent system itself discourages kidney donations from living donors, according to Garg and his colleagues. But one possibility, they speculate, is that in countries with the policy, 'the public perceives that the need for kidneys is addressed by presumed consent legislation.'
Another potential explanation is that in countries with presumed consent, there is more reluctance to have healthy living donors face the risks of surgery. 'I think this shows there is a nervousness, ethically, about using living donors,' Dr. Arthur L. Caplan, director of the Center for Bioethics at the University of Pennsylvania in Philadelphia, told Reuters Health.
The findings do not mean that presumed consent is an ineffective way to address donor-organ shortages, according to Caplan, who was not involved in the study and supports presumed-consent donation -- or what he terms 'default to donation.' He noted that whole organs other than the kidneys -- including the heart, lungs, pancreas and intestines -- must come from deceased donors, so boosting the availability of cadaver organs across the board is vital.
There are nevertheless reasons to be concerned about the potential for driving down living donations for kidney transplants: those done with living donors tend to be more successful than transplants using cadaver kidneys."
By Amy Norton, NEW YORK

Composition de la Commission de bioéthique

"La composition de la Commission spéciale de bioéthique a été dévoilée jeudi 18 septembre 2010 (Cf. Synthèse de presse du 09/11/10). Chargée d'examiner le projet de loi relatif à la bioéthique, cette Commission sera présidée par Alain Claeys. Les vice-présidents sont Olivier Jardé, Paul Jeanneteau, Hervé Mariton et Jean-Sébastien Vialatte. Les secrétaires sont Martine Aurillac, Dominique Orliac, Jean-Louis Touraine et Michel Vaxès. Le rapporteur est Jean Leonetti.
Parmi les membres se trouvent : Edwige Antier, Jean-Marc Nesme, Bérengère Poletti, Véronique Besse, Philippe Gosselin, Serge Blisko, Bernard Debré, Dominique Souchet, Noël Mamère."
Gènéthique 19/11/10

Les morts et les vivants


"Le Professeur Dominique Lecomte publie La Maison du mort, témoignage et réflexion sur l'activité de l'institut médico-légal de Paris, qu'elle dirige depuis 1988, et qui est aussi au service des vivants, ceux qui sont brutalement confrontés à la disparition d'un proche."

Source :
Le Quotidien du Médecin

Recherche sur l’embryon : les mensonges

Elizabeth Montfort, ancien député européen et présidente de l’Alliance pour un nouveau féminisme européen, réagit aux "propos tenus récemment par Roger-Gérard Schwartzenberg, ancien ministre de la recherche, concernant la recherche sur l’embryon (Cf. Synthèse de presse du 12/11/10).
Elizabeth Montfort rappelle les enjeux soulevés par ce type de recherche : 'mettre au point des thérapies cellulaires à partir de cellules souches'. En 2008, le Pr. Marc Pechanski, spécialiste de la recherche sur l’embryon, affirmait : 'les cellules souches sont des outils thérapeutiques majeurs – démontrés pour les cellules souches adultes, théoriques pour les cellules souches embryonnaires'.
Aujourd’hui, bien peu de chercheurs 'croient encore à l’utilisation des cellules souches embryonnaires pour traiter ces maladies'.
Dans l’actuel projet de loi, qui prévoit d'assouplir les conditions de dérogations à la recherche sur l'embryon, la question de répondre à la souffrance de ceux qui attendent une thérapie n’a donc pas été considérée à la hauteur des enjeux. 'Il aurait fallu afficher la détermination de faire de la France le pays européen pionnier dans la recherche sur les cellules souches issues du sang du cordon et donner un signal fort en direction du prélèvement et de la conservation des unités de sang de cordon, sans craindre de favoriser la création de banques familiales solidaires pour répondre aux besoins de ceux qui souffrent et qui attendent un traitement. Car la France est le pays européen qui compte le plus de naissances chaque année (plus de 800 000/an)'.
En remplaçant la première condition de dérogation, la finalité thérapeutique, par une finalité médicale, il s’agit d’élargir la recherche sur l’embryon pour des raisons implicites : améliorer les techniques de fécondation in vitro, modéliser des maladies, expérimenter certains médicaments et des produits cosmétiques, et plus largement, permettre la 'recherche fondamentale sur une réalité si fascinante' : l’être humain au début de son développement. Elizabeth Montfort rappelle que l’Agence de la biomédecine (ABM) écrivait dans son rapport annuel de 2008 : 'l’utilisation d’embryons issus de FIV demeure la seule manière d’avoir accès à l’embryon dans sa phase préimplantatoire, au cours de laquelle des événements physiologiques et biochimiques se déroulent. Il est indispensable de pouvoir les caractériser ou les étudier pour améliorer la connaissance des différentes étapes et en déduire les thérapies possibles des dysfonctionnements. La révision de la loi de bioéthique pourrait être l’occasion de s’interroger sur l’interdiction de réimplanter tous les embryons soumis à une quelconque recherche, quel que soit le traitement auquel il aura été exposé'.
Elizabeth Montfort souligne que le respect de l’embryon humain tient à la dignité de tout être humain. La convention d’Oviedo 'pour la protection des droits de l’homme et de la dignité de l’être humain à l’égard des applications de la biologie et de la médecine' évoque dans son introduction une possible confrontation entre science et morale et elle 'n’hésite pas à affirmer qu’en cas de conflit, c’est l’être humain qui doit l’emporter. Elle interdit la création d’embryons pour la recherche et autorise la recherche sur l’embryon pour son bien, tout en respectant les décisions des États membres'. Lors des Etats Généraux de la bioéthique, les citoyens français ont insisté sur le principe de dignité de la personne humaine et ont affirmé que 'la dignité [...] ne décline pas avec nos forces. Ni la maladie, ni le handicap n’altèrent notre humanité'.
Ceux qui affirment que la liberté de la recherche n’est garantie que par la transgression font 'bien peu de cas du scientifique qui mérite plus d’égard : sa science n’est pas au service de la concurrence mondiale, ni des puissances financières, mais au service de l’homme, de tout homme. C’est ainsi qu’il participe au progrès de l’humanité'."
Liberté Politique.com (Elizabeth Montfort) 15/11/10

Britain illegally harvests organs for test

"An inquiry has found that organs and bones from the bodies of dead British nuclear industry workers at Sellafield were illegally harvested without their consent over a period of 30 years.
The inquiry's findings revealed that the relatives of 64 staff discovered their loved ones had been stripped of livers, tongues and even legs decades after they were buried, the daily Belfast Telegraph reported.
The findings also proved the existence of an 'old boys' club' among pathologists, coroners and scientists around Sellafield prior to 1992 which prioritized the needs of the nuclear industry above those of grieving family members.
Representatives of the workers told the inquiry's Chairman Michael Redfern QC that they felt as if bodies had been 'mutilated' and treated as 'commodities' to assist in research on behalf of the industry to disprove the link between cancers and radiation.
Some missing bones had been replaced with broomsticks for deceased workers' funerals. Redfern said the families had been 'wronged'.
'In most cases considered by the inquiry, relatives were let down at the time when they were most vulnerable by those in whom they were entitled to place an absolute trust,' he said.
In the Commons, Energy Secretary Chris Huhne apologized to the families and said the practice had been stopped.
The 650-page report, following a three-year inquiry which also examined three other studies involving the nuclear industry in which 6,500 bodies, including children, were used, said the removal of organs and tissue was 'unnecessary and inappropriate' in the majority of the Sellafield cases."

"Organ test workers' families wronged"

"Nuclear families 'wronged' over organ research
Families of nuclear workers whose organs were secretly stripped out and tested for radiation research were 'wronged' and 'let down', an inquiry has concluded.
Body parts were taken without consent from 64 former Sellafield employees and provided for analysis by their employers between 1960 and 1991. Organs were also taken without consent from 12 workers at nuclear sites in Springfields, Capenhurst, Dounrea
Families giving evidence to the inquiry led by Michael Redfern QC – who probed the Alder Hey organ scandal – were said to be shocked their loved ones were buried or cremated without many internal organs.
In some cases bones were even replaced with broomstick handles so families would not become suspicious.
The report found an 'extraordinary range' of organs were removed to gauge any effects of radiation. The liver was removed in all cases and one or both lungs in all but one incident.
Vertebrae, sternum, ribs, lymph nodes, spleen, kidneys and femur were also stripped in the majority of incidents. Brains, tongues, hearts and testes were also taken on the advice of the medical officer at Sellafield. All the organs were later destroyed.
Most of the post mortems were undertaken by pathologists at West Cumberland Hospital in which an 'informal arrangement' existed whereby the Sellafield medical officer would be notified. Once stripped, organs were taken by car in a coolbox to Sellafield.
When coroners were involved in deaths, some failed to even read post-mortem reports while some knew organs were removed without consent but failed to act.
Mr Redfern concluded the relationship between pathologists, coroners and Sellafield medical officers 'became too close' with failures to adhere to professional standards.
'In most of the cases, families have been wronged. Organs were removed at post mortem and provided for analysis despite being of no possible relevance to the cause of death.
'The blame lies mainly at the door of pathologists who performed the post-mortem examinations. Ignorant of the law, they removed organs for analysis without satisfying themselves that the relatives' consent had been obtained.
'Relatives were seldom asked for their consent. As a result, families buried or cremated incomplete bodies and many of those who have discovered the truth, years later, have been greatly distressed.'
Under the provisions of the Human Tissue Act 1961, since superseded by the Human Tissue Act 2004, body parts may be removed at post mortem for medical education, treatment or research if permission was given by the deceased or their relatives.
Body parts may be removed on the direction of a coroner if a pathologist believes the examination may shed light on the cause of death.
Mr Redfern said it was the view of the families that the bodies were treated as a 'commodity'.
The inquiry also considered a number of research projects involving analysis of organs, largely taken without consent, from more than 6,500 bodies. These were removed at NHS hospitals throughout the country and tested at nuclear facilities.
This mainly consisted of a Medical Research Council study of bone taken from 6,072 individuals – mostly children under 16 – which measured the levels of Strontium 90, a radioactive isotope, in the body.
Others tested were test veterans who had attended nuclear weapons tests and random individuals who lived close to nuclear facilities.
The UK Atomic Energy Authority and British Nuclear Fuels Limited knew of the post-mortem work of Sellafield chief medical officer Dr Geoffrey Schofield but there was little or no managerial supervision of the research undertaken, Mr Redfern said. Dr Schofield worked at Sellafield from 1958 until his sudden death in 1985.
In a statement, the Sellafield management said: 'Sellafield Ltd's primary concern is for the feelings of the families of former employees who have been personally affected by this matter, and who may be distressed by the findings of this report.
'We regret any distress caused to the families and want to make it clear that practices of the type outlined in the report ceased at Sellafield nearly 20 years ago."
Source:

Menace d'un biopouvoir

"Pierre Le Coz, vice-président du comité d'éthique, estime avoir été censuré lors du congrès mondial sur le sang de cordon. Avec un autre spécialiste de bioéthique, Emmanuel Hirsch, directeur de l'espace éthique de l'AP-HP, il s'interroge, dans une tribune confiée au 'Quotidien', sur l'étendue des pouvoirs de l'Agence de la biomédecine (ABM)."
Le Quotidien du Médecin, 16/11/2010
"L'ABM : 'un dispositif politique multiforme et tentaculaire' ?
Pierre Le Coz, vice-président du Comité consultatif national d'éthique (CCNE) et Emmanuel Hirsch, directeur de l'espace éthique de l'AP-HP, publient dans le Quotidien du Médecin une tribune manifestant leur inquiétude devant le pouvoir démesuré de l'Agence de la biomédecine (ABM).
De retour du congrès mondial sur le sang de cordon qui se déroulait à Marseille du 4 au 7 novembre 2010, Pierre Le Coz affirme avoir été censuré sans explication alors qu'il indiquait qu'il regrettait que le gouvernement n'ouvre pas la voie à la conservation autologue de sang placentaire. Pour lui, cette voie pourrait être une alternative à la transplantation d'organes et à la recherche sur l'embryon, cette dernière posant 'certainement plus de problèmes éthiques que la recherche sur le sang de cordon'. Il estime que la censure dont il a fait l'objet pourrait être le fait de l'Agence de la biomédecine qui pilote aujourd'hui l'ensemble du réseau de sang placentaire français, lequel regroupe les banques publiques de sang de cordon.
De son côté, Martin Hirsch s'inquiète d'une évolution proposée par le projet de révision de la loi de bioéthique qui doit être présentée au Parlement début 2011 : 'Plutôt que de préserver dans un domaine aussi sensible la valeur du débat démocratique, on semblerait s'orienter vers la fixation d'une loi-cadre reprenant quelques grands principes. Ce serait alors à l'Agence de la biomédecine que serait confiée en fait la responsabilité globale des questions de bioéthique. Quand on connaît la complexité des situations induites par l'innovation médicale, une telle délégation d'autorité surprend et inquiète'.
En toute connaissance de cause puisqu'ils ont tous deux été membres du 'Conseil d'orientation' de l'Agence de la biomédecine, ils protestent devant l'émergence de ce 'biopouvoir' qui 'gère les corps, les organes, les tissus, les cellules, les spermatozoïdes, les ovocytes, les gènes, les embryons surnuméraires...' En réalité, affirment-ils, 'il ne s'agit de rien moins que d'un dispositif biopolitique multiforme et tentaculaire, redoutablement bien organisé, avec ses antennes hexagonales, ses délégués prêts à débarquer dans des réunions d'éthique sans y être conviés'.
Rappelant que le Conseil d'orientation de l'ABM n'est pas doté d'un pouvoir consultatif comme le CCNE, mais d'un réel pouvoir de décision, ils notent que 'les chercheurs eux-mêmes s'interrogent sur les diktats souvent discutables des instances d'expertise de l'Agence de la biomédecine, sans oser pour autant rendre publique leur désapprobation tant ils en sont dépendants dans l'exercice de leur activité. Un tel arbitraire interpelle, y compris les professionnels les plus respectueux des principes d'un Etat de droit'.
Cette inquiétude est partagée par de nombreuses personnes. Le 3 novembre 2010, Marc Le Fur, vice-président de l'Assemblée nationale, a lancé un appel avec six autres députés pour alerter sur les abus de pouvoir de l'ABM (Cf. Synthèse de presse du 04/11/10); le sociologue Daniel Benamouzig, a de son côté publié un article intitulé 'L'éthique mérite mieux qu'une agence de la biomédecine' (Cf. Synthèse de presse du 22/10/10). Pierre Le Coz et Emmanuel Hirsch concluent : 'Nous rejoignons ceux qui, aujourd'hui, tentent d'endosser une position critique au moment où le législateur semble se préparer à renforcer les pouvoirs déjà excessifs de l'Agence de la biomédecine. La bioéthique relève de valeurs et d'enjeux démocratiques trop essentiels pour être abandonnés à la gestion d'une instance, fût-elle dotée des meilleures compétences. Nous attendons que les parlementaires considèrent comme relevant de leurs responsabilités les délibérations et les choix en matière éthique'."
Le Quotidien du Médecin (Stéphanie Hasendahl) 16/11/10
Source :

Le sang de cordon, ressource thérapeutique

http://www.agencedelabiomedecine.com/presse/utilisation-therapeutique-du-sang-de-cordon-une-clarification-s-impose.html

Jean Leonetti : libéraliser la recherche sur l'embryon

"Dans une interview accordée au Journal du Dimanche, le député UMP Jean Leonetti, rapporteur de la mission d’information parlementaire sur la révision des lois de bioéthique, revient sur le 'coup de force médical' de René Frydman (cf. Synthèse de presse du 04/11/10 et du 05/11/10). Il approuve 'sa démarche' et déplore qu’aujourd’hui, nous bridions 'la recherche française au nom d’un principe de précaution mal compris' : 'René Frydman a flirté avec les lignes. En faisant cela, il interpelle la communauté scientifique et politique à qui il dit : laissez les chercheurs travailler'. En conséquence, Jean Leonetti plaide pour l’élargissement des autorisations de recherche sur l’embryon. Selon lui en effet, 'il faut faire la distinction entre l’éthique sociétale, qui implique la prudence, et l’éthique scientifique, qui doit privilégier la témérité'. 'La solution n’est pas d’interdire le travail scientifique – on ne sait jamais ce qu’on va trouver quand on entame un projet de recherche – mais le cas échéant ses applications délirantes comme le clonage, bref, tout ce qui présente un danger pour l’espèce humaine', affirme-t-il.
Il estime donc qu’il faut autoriser la vitrification des ovocytes (méthode de congélation ultra-rapide des ovocytes) interdite en France. Il se déclare favorable à l’autorisation de cette technique pour des femmes souhaitant congeler leurs ovocytes jeunes afin d’avoir un enfant plus tard : 'Je ne suis pas opposé à cette pratique à condition qu’elle ne soit pas remboursée par la Sécurité Sociale et qu’on mette une limite d’âge (45 ans par exemple) pour l’utilisation des ovocytes.' Estimant que la vitrification permettrait de pallier la pénurie du don d’ovocytes en France, il préconise 'pour éviter la marchandisation', d’offrir 'une vraie reconnaissance aux donneuses : remboursement de leurs frais de déplacement, droit à des congés et surtout une reconnaissance de la nation' sous la forme d’une lettre de remerciement symbolique du Président de la République.
Concernant la recherche sur l’embryon, il affirme qu’il 'faut en finir avec l’obscurantisme'. 'Je pèserai de tout mon poids lorsque le projet de loi sur la révision des lois bioéthiques sera discuté à l’Assemblée nationale, pour faire entendre les inquiétudes des chercheurs. Pour moi, il est par exemple urgent d’autoriser la recherche sur l’embryon non destiné à naître, de permettre une bonne fois pour toutes, en mettant à bas le système actuel de dérogations, la recherche sur les cellules embryonnaires.' Concernant les embryons destinés à être implantés, il estime qu’il faut 'offrir aux chercheurs une liberté maximale et leur permettre d’améliorer les conditions de fécondation – ce qui ne peut se faire qu’en maniant l’embryon'. Il propose donc d’amender le texte du projet de loi 'pour permettre aux chercheurs de faire réellement évoluer les conditions de fécondation dès lors que les procédés utilisés s’avèrent fiables, reproductibles et efficaces.'"
La Croix (Marie Boëton) 08/11/10 – Le Figaro.fr 07/11/10 – Le Journal du Dimanche (Anne-Laure Barret) 07/11/10

Madrid : fabrication d'organes bio-artificiels

"Un laboratoire de création d'organes bio-artificiels a été inauguré le 2 novembre 2010 à Madrid au sein de l'hôpital Gregorio Maranon. Il a pour ambition de devenir la première banque mondiale d'organes décellularisés au monde. Ce projet est né de la rencontre du Pr Francisco Fernandez Avilés, chef du service de cardiologie de l'hôpital Gregorio Maranon et du Pr Doris Taylor, du centre de réparation cardiaque de l'université du Minnesota qui mène des recherches similaires sur des organes animaux depuis plusieurs années.
Les recherches menées par le Pr Avilès sous la tutelle du Pr Taylor, portent actuellement sur la création d'un coeur bioartificiel. L'équipe a réussi à éliminer toutes les cellules d'un coeur humain grâce à l'utilisation de détergents. 'L'organe devient une matrice tridimensionnelle inerte, sans cellules, mais dotée d'artères, de vaisseaux et de veines, prête à être semée de cellules souches pour reconstruire un nouvel organe', a expliqué le Pr Avilès. Si les recherches aboutissent, la 'matrice' ainsi obtenue pourrait être repeuplée avec les cellules souches du receveur avant de réaliser la transplantation, ce qui permettrait d'éviter les problèmes de rejet et de don d'organes.
'Avant la fin de l'année, nous aurons réussi à obtenir une pièce de muscle cardiaque régénérée capable de battre mais pour parvenir à recréer un coeur entier, il faudra plusieurs années', a prévenu le Pr Avilés.
D'autres équipes internationales travaillent également sur la régénération d'organes humains fonctionnels, notamment de poumons et de foies (cf. Synthèse du 03/11/10)."
Le Quotidien du Médecin (Sandrine Morel) 08/11/10

De la peau aux globules

"Dans un futur proche, sera-t-il possible de transfuser un patient avec des hématies, des leucocytes, des plaquettes ... issus de ses propres cellules cutanées ? C'est ce que suggèrent des chercheurs canadiens, qui, à partir de fibroblastes cutanés humains, ont directement créé des cellules progénitrices hématopoïétiques multipotentes. Jusqu'à présent, ce type de manipulation n'était accessible que par la dédifférenciation préalable des éléments cutanés en cellules souches, assorti de quelques risques potentiels."
Le Quotidien du Médecin, 09/11/2010

Neurosciences : Lille bénéficie d'un plateau technique d'imagerie de dernière génération

LILLE - "Avec deux nouvelles IRM (IRM 3T et IRM des urgences), le CHRU de Lille complète son plateau technique d'imagerie dédié aux neurosciences, améliore la précision des diagnostic et les traitements thérapeutiques. Pour réaliser ces investissements respectivement de 3,124 millions d'euros et 2,2 millions d'euros le CHRU a bénéficié du soutien du Conseil Régional.
Un Imageur à Résonnance Magnétique (IRM) dans le service des urgences de l'hôpital Roger Salengro. Cette technologie intégrée au coeur de l'urgence, permet de réaliser des examens de grande précision et rapidement, ce qui est particulièrement intéressant pour les pathologies neurologiques, telles que les Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) - 70 pour cent des demandes. Les autres indications neuroradiologiques concernent les patients admis pour crise convulsive, vertiges, troubles de la conscience, céphalées ou syndrome fébrile avec troubles neurologiques. Certaines indications non neurologiques sont également réalisées sur l'IRM d'urgence, que ce soit en imagerie musculo-squelettique ou en imagerie de la femme et de l'enfant.
La principale attente pour cet IRM dédiée à la médecine d'urgence est évidement un accès rapide à l'examen. 'Nous avons un nombre d'admission très important, de l'ordre de 120 000 patients par an, précise le Docteur Goldstein. Avec un tel turnover, il est très important de disposer d'un équipement dédié. Dans beaucoup d'autres établissements, l'activité de l'IRM est une activité programmée. Ce que nous voulions, c'est un accès direct et dédié'.
Un Imageur à Résonnance Magnétique (IRM) destiné aux travaux de recherche, notamment dans le domaine de la démence et de la cancérologie. Cet équipement doté d'une technologie 3 Tesla (1,5 Tesla pour l'IRM des urgences) permet une imagerie d'une précision encore jamais atteinte au CHRU de Lille (antenne 32 canaux pour l'imagerie de haute résolution, un système de paradigme visuel avec grand champ et suivi oculaire et un système intégré d'IRM fonctionnelle permettant la gestion de la synchronisation entre les acquisitions IRM et le déclenchement des paradigmes). 'Le doublement de puissance du champ magnétique améliore la résolution des images et permet la détection de structures anatomiques extrêmement fines et une étude à la fois structurelle, fonctionnelle et métabolique du cerveau' souligne le Pr Leclerc.
Le CHRU de Lille est le premier CHU de France à dédier un équipement IRM de cette définition à la recherche. Une vingtaine de projets concernant principalement la mise au point de nouveaux marqueurs diagnostiques et pronostiques des maladies neurodégénératives et oncologiques (maladie d'Alzheimer, maladie de Parkinson, sclérose en plaques) , neuro-onco-cancérologie et de certaines maladies psychiatriques (schizophrénie) sont déjà déclarés autour de l'IRM 3T. Les patients sont sélectionnés selon des critères cliniques stricts et un protocole d'imagerie particulier permettant des corrélations précises entre clinique et imagerie.
L'effort important consenti par le CHRU pour le développement de ce plateau technique neurosciences a été amplifié grâce à des financements extérieurs, en particulier par la Région Nord / Pas-de-Calais et par l'Union Européenne, dédiés notamment à l'acquisition d'équipements lourds et à la modernisation du système d'information."
Pour plus d'informations contacter :
Déléguée à la communication
CHU Lille - 2, av Oscar Lambret
59037 Lille cedex
Téléphone : 03 20 44 41 04
Fax : 03 20 44 52 71
Source :
La Lettre "Réseau-CHU"
N° 546 - 9 novembre 2010

"Maruta 454"

Grâce aux avocats canadiens activistes des droits de l'homme, qui ont publié en novembre 2009 un livre intitulé "Bloody Harvest" ("prélèvements sanglants"), David Kilgour et David Matas, on connaît le trafic d'organes (à des fins de greffes pour de riches étrangers) qui a eu lieu, essentiellement autour de 2007, en Chine : avec la complicité de l'armée chinoise, des condamnés à mort chinois et autres prisonniers politiques étaient exécutés pour leurs organes vitaux. Récemment, depuis 2009, la Chine a officiellement reconnu ce "problème" (cette tragédie) et le ministre de la Santé pilote désormais un ambitieux projet, visant à établir un système de don d'organes, anonyme, volontaire et gratuit, à travers le pays, afin de lutter contre ce trafic. On connaît bien cette animosité entre la Chine et le Japon, pour raisons historiques et économiques, qui dure depuis plus d'un siècle. Non seulement il y a des raisons historiques, comme je disais (voir le sombre épisode du Massacre de Nankin durant la Seconde Guerre mondiale, sorte d'Oradour sur Glane puissance 10 perpétré par les Japonais en Chine), mais, pire encore, il y a cette non reconnaissance de ce massacre ou crime contre l'humanité, sorte de Shoah des Chinois et non des Juifs en l'occurence, qui est le fait d'un important courant révisionniste au Japon, auquel adhère l'Empereur en personne - même si l'actuel le fait plus discrètement que le précédent. Imaginez la chancelière allemande Angela Merkel s'inclinant à la mémoire des S.S. et autres commandants des camps Nazis de la Seconde Guerre mondiale, l'événement étant retransmis en direct par toutes les chaînes de TV ... Certes certains écrivains japonais et autres personnages publics ou politiques du Japon sont scandalisés par cette attitude de leur gouvernement et ont officiellement reconnu ce Massacre de Nankin, demandant pardon, mais les faits sont là : à l'issue de la Seconde Guerre mondiale et par la suite, la Chine et le Japon n'ont pas pu se mettre d'accord sur leur histoire et ne le peuvent toujours pas, contrairement à ce qu'il s'est passé pour les puissances européenne, américaine et russe au sortir de la Seconde Guerre mondiale, même si la Shoah a mis du temps à être connue et reconnue. Le procès de Nuremberg fut intenté contre 24 des principaux responsables du Troisième Reich, accusés de complot, crime contre la paix, crime de guerre et crime contre l'humanité. Il se tint à Nuremberg du 20 novembre 1945 au 1er octobre 1946. L'équivalent du procès de Nuremberg au Japon : les procès de Tokyo, pour juger les criminels de guerre du régime showa (ne pas confondre avec la Shoah !) furent créés d'après la conférence de Potsdam le 19 janvier 1946. Basés sur les mêmes principes que Nuremberg, onze juges, représentant les pays alliés contre le Japon (États-Unis, URSS, Royaume-Uni, France, Pays-Bas, Chine, Australie, Nouvelle-Zélande, Canada, Inde, et Philippines) inculperont les chefs japonais de crimes contre la paix, crimes de guerre, et de crimes contre l'humanité. Autrement dit : on imagine mal Angela Merkel imputer toute la responsabilité de la Shoah aux Polonais sous prétexte que bien des camps d'extermination des Juifs étaient situés en Pologne et non en Allemagne, et/ou tenir des discours "révisionnistes" niant la réalité de la Shoah ... Européens, Américains et Russes partagent un héritage historique commun, dans les grandes lignes, puisque les faits et les responsabilités concernant la Seconde Guerre mondiale sont reconnus par tous. Imaginez que ces pays, aujourd'hui encore, s'accusent mutuellement de massacres datant de la Seconde guerre, pour lesquels il n'y aurait pas de responsable officiel ... C'est précisément la situation en Chine et au Japon. Dans ce contexte, une BD a vu le jour : MARUTA 454. Elle relate des faits réels, méconnus en Europe mais non en Chine :
Dans les années 30, des expériences scientifiques ont été menées (à des fins d'expérimentation d'armes bactériologiques ou biologiques) par des médecins et chirurgiens japonais sur des prisonniers (cobayes humains) chinois, avec la complicité du gouvernement américain, assurant aux scientifiques japonais menant ces expérimentations 100 pour 100 nazies l'immunité pénale, à condition que lesdits scientifiques japonais communiquent aux Américains les résultats de ces expériences, qui auraient fait quelque 20.000 victimes chinoises.
Par la suite, ces scientifiques japonais auraient occupé des postes à responsabilité dans d'importants laboratoires pharmaceutiques. Grâce au gouvernement américain, ces scientifiques japonais criminels auraient ainsi échappé aux poursuites et au jugement (condamnation) lors des procès de Tokyo, l'équivalent pour le Japon, comme nous l'avons dit, du procès de Nuremberg. Si ces sombres pages d'histoire sont bien connues des Chinois, peu savent pourtant qu'une douzaine de "cobayes humains" chinois ont pu s'échapper à l'époque, apportant leur précieux témoignage sur les atrocités perpétrées par ces scientifiques japonais. C'est donc l'odyssée de ces rescapés que raconte la BD, inspirée de ces faits réels :
"Lorsque dans les années 30, la Mandchourie était sous occupation japonaise, certaines rafles visaient à alimenter en cobayes de sordides camps d’expérimentation. Le développement d’armes bactériologiques était en effet une ambition de la machine de guerre de l’empire du soleil levant, et les Chinois des victimes toutes trouvées pour tester leurs inventions ainsi que d’autres tortures en tous genres ...
Aucun prisonnier n’aurait dû ressortir vivant de ce type de camps, afin que soient gardés secrets les drames qui s’y jouaient, mais c’était sans compter sur une douzaine d’entre eux qui réussirent à s’échapper. Ziyang Wang, cobaye n°454, était de ceux-là ; cette bande dessinée a été réalisée sur la base de son témoignage et de celui d’une personne qui l’a aidé après qu’il a fui le camp où il était promis à la mort..." (Source)
Maruta 454 est un manhua (équivalent chinois du Manga japonais) paru le 01/10/2010, écrit par l’auteur québécois Paul-Yanic Laquerre et dessiné par les artistes chinois Pastor et Song Yang. Il est édité en France par Xiao Pan et est inédit en Chine. (Source)

We need a "citizen's bioethics", say French parliamentarians

"While the UK's fertility watchdog, the Human Fertilisation and Embryology Authority is in danger of tossed onto the bonfire of the quangos, across the Channel in France, opposition is mounting to creating a government agency with similar powers.
Six deputies in the national parliament have signed an open letter calling for a 'citizen's bioethics', 'une bioéthique citoyenne'. They claim that too much power has already been given to the government's biomedical agency. This should be rethought as parliament deliberates over a new bioethics law.
'Bioethics is everybody's business,' they write. 'Behind apparently complex debates, the most intimate aspects of the life of every French citizen are at stake: parenting, fertility or even the fight against serious diseases...'
'We solemnly ask that during the upcoming revision of bioethics laws the Parliament be confirmed in its duty to control a priori decisions of the biomedical agency and be associated with the development of regulations.' Parliament, they argue, should not surrender its prerogatives in bioethics 'so that the French are not dispossessed of their conscience. Law, morality and progress are compatible'." ~ Le Figaro, Nov 3
by Michael Cook

Un inhibiteur GABA favorise la récupération post-AVC

"La zone cérébrale adjacente à un AVC *, ou zone péri-infarctus, est fondamentale dans la récupération ..."
Source :
Le Quotidien du Médecin
* AVC : accident vasculaire cérébral. Constitue la principale source pour le prélèvement d'organes vitaux en France, en vue de greffes.

Donner un statut juridique au sang de cordon

"Le 26 octobre 2010, la sénatrice Marie-Thérèse Hermange a organisé un colloque au Sénat sur le thème : 'sang de cordon ombilical dans la révision des lois de bioéthique'. Auteur d'un rapport d'information sur le potentiel thérapeutique des cellules souches extraites du sang de cordon ombilical remis au Sénat en novembre 2008, Marie-Thérèse Hermange demande que le sang de cordon, aujourd'hui considéré comme un simple déchet opératoire, se voit attribué 'un véritable statut juridique de ressource thérapeutique'. Cette recommandation, qui est au centre d'un projet de loi déposé par la sénatrice le 19 février 2010 et cosigné par 89 sénateurs, a été reprise par le projet de loi de bioéthique (Cf. Synthèse de presse du 01/03/10).
Alors que l'on est passé de 6000 à 10 000 unités de sang de cordon conservées entre 2007 et 2010, Marie-Thérèse Hermange se félicite de l'augmentation du nombre de greffons stockés. Elle souligne toutefois qu'il 'reste encore des progrès à faire car il faut 50 000 unités pour assurer à la France l'autosuffisance'. En tant qu'outil thérapeutique, le sang de cordon doit devenir 'accessible à tous dans le cadre d'une solidarité publique et gratuite, et non par la privatisation'. Concernant la conservation à des fins intrafamiliales, Marie-Thérèse Hermange précise que 'l’organisation de la conservation des unités de sang placentaire à des fins de greffes intrafamiliales en cas de besoins thérapeutiques spécifiques définis par les autorités de santé représente également un enjeu de santé publique pour la France [...]. Les besoins en la matière seraient d’environ 200 collectes par an en France'."
Le Quotidien du Médecin 05/11/10

Pr. Bernard Devauchelle : "C'est quoi un visage ?" (RFI, mardi 9/11/2010)

Autour de la question
C'est quoi un visage ?
Caroline Lachowsky reçoit le Professeur Bernard Devauchelle pour tenter de répondre à la question : "C’est quoi un visage ?"
"C’est par le visage que l’on exprime nos émotions, que l’on manifeste de la complicité, du dégoût ou de l’énervement. C’est aussi par lui que l’on se reconnaît, et beaucoup de nos sens y sont rassemblés : c’est peut-être la partie du corps la plus importante. Sans visage, pas de vie ! Mais les accidents arrivent et il était jusqu’à peu impossible de refaire le visage. C’était sans compter sur notre invité d’aujourd’hui : Bernard Devauchelle, professeur de médecine et chef du service de Chirurgie maxillo-faciale du CHU d’Amiens, dont l’équipe a été la première à réaliser une greffe du visage en 2005.
Autour de cette avancée scientifique, Michela Marzano, philosophe au CNRS qui travaille sur le corps et sur la bioéthique, nous fera part de ses réflexions philosophiques sur le visage et sur ce qu’il dit de nous."