Merci de ne PAS poster de messages concernant la vente d'un organe et comportant des coordonnées téléphoniques, e-mail, etc. La loi française interdit la vente d'organes.

Chine : camp secret de Sujiatun

Les barbelés d’Auschwitz : un cauchemar ressuscité par le régime chinois ?


Tous les prisonniers du camp secret de Sujiatun en Chine sont des pratiquants du Falun Gong


Les prélèvements de cornées se font principalement sur les personnes âgées et les enfants


"En Europe, nous célébrions il y a tout juste un an le 60e anniversaire de la libération des camps de concentration nazis. Auschwitz le 29 janvier, Sachsenhausen le 29 mars, Buchenwald le 10 avril. Cela devait, symboliquement, tirer un trait sur la honte et la barbarie, tout comme les Nations Unies devaient après la Seconde Guerre mondiale empêcher que l’horreur de l’holocauste puisse un jour se reproduire. Pourtant, en 2006, des bribes d’information nous arrivent de Chine, qui font penser que l’histoire pourrait se répéter. La Grande Époque a réalisé une nouvelle interview du témoin inédit qui est sorti du silence il y a quelques jours pour révéler des informations sur le camp de concentration de Sujiatun au Nord-Est de la Chine. Dans ce second entretien, le témoin indique que son ex-mari était l’un des principaux chirurgiens recrutés par le camp de concentration. Neuro-chirurgien, sa mission principale dans le camp était le prélèvement de cornées. La vie familiale de ces deux personnes a été brisée par l’horreur des prélèvements d’organes sur des personnes vivantes, suivie de l’incinération des corps. Notre témoin, que nous continuerons d’appeler Madame Y, a le visage marqué de douleur dès qu’elle évoque les événements de Sujiatun. L’ex-mari de Madame Y avait reçu un téléphone portable spécifiquement pour ce type 'd’affaires'. N’importe quand et n’importe où, il pouvait recevoir un appel et devait alors se rendre au camp pour prendre en charge une opération. Pendant 2 années de collaboration avec Sujiatun, chaque jour il était appelé pour plusieurs prélèvements de cornée.

Ce médecin, aujourd’hui repenti et réfugié hors de Chine, a encore dit à son ex-femme que les détenus dans le camp de concentration de Sujiatun étaient tous des pratiquants de la méthode bouddhiste Falun Gong. Alors que pour des prisonniers condamnés à mort, les prélèvements d’organes ne pouvaient se faire qu’après un long processus administratif, pour les pratiquants de Falun Gong, la détention et le prélèvement d’organes ne demandaient aucune procédure particulière (du fait des directives des organes centraux du Parti communiste chinois, les décès des pratiquants de cette méthode 'valent comme des suicides'). Chaque chirurgien savait que les personnes à qui ils prélevaient des organes pratiquaient le Falun Gong. On leur disait que, sur ceux-ci, ce n’était pas un crime, que cela était considéré par le Parti communiste chinois comme du 'nettoyage'. Les personnes envoyées sur la table d’opération étaient ou bien déjà mentalement détruites par les tortures, ou bien inconscientes. Avec, comme cibles favorites pour le prélèvement des cornées, les personnes âgées et les enfants.

Un de nos lecteurs en Chine (Da Ji Yuan est la version chinoise de La Grande Époque) a appelé notre bureau de New York la semaine dernière à la suite de la publication de nos premiers articles sur le sujet. Il nous a indiqué qu’une célébrité en Chine a dû recevoir une greffe de foie, et que ce foie venait d’un pratiquant de Falun Gong prisonnier. D’après ce lecteur apparemment très informé, l’hôpital général de l’armée et des forces de police à Pékin a toujours en stock des organes prélevés sur des pratiquants de Falun Gong (ndlr, certains tissus comme la cornée, la peau et les os peuvent être conservés par congélation puis transplantés), en réserve pour les besoins éventuels des fonctionnaires de haut rang et des célébrités. Ces informations lui venaient, a-t-il dit, d’un membre de la famille de la célébrité en question. Plus inquiétant encore, selon des articles récents publiés sur le site internet chinois Minghui, le camp de concentration de Sujiatun pourrait ne pas être le seul camp de concentration en Chine. En 2000, la police de la ville de Sanhe dans la province de Hebei et le bureau de Pékin dans la province de Sichuan a ainsi dit aux pratiquants de Falun Gong : 'Ne nous dites pas vos noms. De toute façon, vous allez être envoyés dans des camps de concentration très lointains. Personne ne saura où vous êtes'. 'Il y a déjà des camps de concentration dans le Nord-Est de la Chine et au Xinjiang (ndlr, province chinoise occidentale, en bordure de l’Afghanistan et du Tibet)'."

Ce qui suit est la traduction de la dernière conversation entre le journaliste de La Grande Époque et notre témoin, Madame Y :


"La Grande Époque : Comment le camp de concentration de Sujiatun a-t-il pu demeurer si secret ?

Madame Y : Parce que plusieurs personnes partagent les bénéfices. Alors elles ne vont bien sûr pas en parler autour d’elles. La pièce où nous sommes pourrait tenir au moins 100 personnes si c’était une prison chinoise. Les pratiquants de Falun Gong détenus, ils n’ont aucun espace privé, on les entasse. Si l’un va aux toilettes, au retour il ne trouvera plus aucun espace. Beaucoup de pratiquants de Falun Gong ont été détenus dans un bâtiment à part de l’hôpital, qui a été démantelé en 2003. Nous avons toujours pensé qu’il y avait un sous-sol caché. Dans une seule pièce comme celle-ci (ndlr, environ 30 m2) il y aurait 100 personnes. Notre hôpital est très grand. Ils n’admettront pas que ce bâtiment a existé, ou alors ils diront que c’était prévu pour les travailleurs migrants ou les sans-abri.

LGE : Est-ce que vous pensez que Chi Mingyu, le directeur de l’hôpital de Sujiatun, connaît la situation ?

Madame Y : Je pense qu’il ne peut pas l’ignorer.

LGE : Vous dites que c’est un camp de concentration dans un endroit public ?

Madame Y : C’est semi-public. Tout le monde connaît cet hôpital. Mais les gens qui n’ont pas de maladie cardiovasculaire ne s’y rendent pas. Ce n’est donc pas un endroit entièrement public.

Sujiatun est une zone suburbaine de Shenyang, un peu comme un secteur rural. Est-ce que d’autres hôpitaux dans la zone de Sujiatun ont fait la même chose, je ne sais pas. Le personnel dans le système de santé publique peut changer d’affectation librement.

Nous, nous avons constaté que les approvisionnements dans l’hôpital ont soudainement augmenté. Nous nous sommes demandé pourquoi et si c’était la fréquentation de l’hôpital qui augmentait. J’ai changé de service à ce moment, et au final je dois dire que nous nous inquiétions peu de savoir ce qui se passait. Nous ne savions pas non plus si le Falun Gong était bon ou mauvais.

LGE : Comment avez-vous appris qu’il y avait un trafic d’organes ?

Madame Y : C’était au moment du Nouvel An chinois 2003 - vous savez, à cette période les gens se rendent visite et les familles se retrouvent. Par exemple, on joue aux échecs chinois, ou au Mahjong. Ce genre de sujet venait dans les conversations. Je savais aussi que ma famille avait gagné de l’argent facilement, mais je ne savais pas d’où il venait. Plus tard, mon ex-mari m’en a parlé. Il est neuro-chirurgien et assez connu. Beaucoup d’hôpitaux voulaient le recruter, donc trouver du travail n’était pas un problème pour lui. Comme il est intelligent, il savait aussi comment gagner de l’argent rapidement.

Il a rejoint l’hôpital de Sujiatun en tant qu’interne et a vite été promu chirurgien. À partir de 2003, j’ai noté qu’il était souvent distrait. Par exemple, il regardait la télé en serrant dans ses bras un coussin, et quand j’éteignais la télé, il ne le remarquait même pas.

Après, il a commencé à parler de trouver un autre travail. J’étais très étonnée : pourquoi ? Nous avions une bonne vie à Sujiatun. Et après encore, il a commencé à transpirer la nuit et à faire des cauchemars. Quand il se réveillait, les draps étaient trempés de sueur. Je lui demandais si son travail était trop stressant, il ne répondait pas. Parfois il avait de longues discussions avec mon père dans notre pièce de lecture. Il lui disait qu’il voulait changer de travail et lui demandait de l’aide. Mais, je ne sais pas pourquoi, personne dans notre famille ne l’a aidé à trouver un autre poste.

A la fin, je n’ai plus pu le supporter et je l’ai interrogé. Alors il m’a tout raconté. Un ami a vu qu’il y avait des pratiquants de Falun Gong détenus à Sujiatun. Tout le monde sait que beaucoup de pratiquants de Falun Gong y ont été envoyés depuis les prisons de Masanjia et de Dabei. Mais personne parmi nous n’y pensait. Beaucoup de ceux qui travaillent à Sujiatun ont dans leur famille des cadres du Parti communiste de haut rang. Depuis notre enfance, on nous a appris à ne pas poser de questions. Le frère d’un de mes camarades de classe est parti à l’étranger en 2002 peu de temps après avoir participé à ces choses. Il est parti après avoir effectué quelques opérations.

LGE : Quel genre d’opérations votre ex-mari a-t-il effectué ?

Madame Y : Des prélèvements de cornée. Au début, il ne savait pas s’il y avait consentement des personnes. Les gens sur les tables d’opération n’étaient pas conscients. Mais ils étaient vivants. Il l’a su après quelques opérations. Comment pouvait-il y avoir tant de personnes qui acceptent de donner leurs cornées ? Il en a parlé à la personne qui lui avait demandé de faire les opérations, et la réponse a été : 'Vous êtes déjà sur le bateau. Tuer une personne est un meurtre. En tuer plusieurs aussi.' Il m’a dit qu’il avait vu que toutes ces personnes étaient vivantes. Où allaient les organes et les cadavres, il ne l’a pas demandé.

Après il a commencé à faire face au châtiment. Il était nerveux même en conduisant. Il ne pouvait plus vivre une vie normale.

Dès 2003, beaucoup de gens dans le bureau de santé publique étaient au courant. Eux, leur famille, et même des gens de l’extérieur.

Mon ex-mari m’a dit que les patients qui avaient besoin de reins étaient dans d’autres hôpitaux. Mais les reins étaient prélevés dans l’hôpital de Sujiatun. Il ne savait pas ce qui se passait après. Peut-être que les cadavres étaient envoyés au four crématoire de Sujiatun ou à l’incinérateur.

Sur une même personne, on ne prélevait pas que les cornées, mais aussi d’autres organes. C’était tout simplement des meurtres. J’ai divorcé pour cette raison. Pour une question d’adultère j’aurais encore pu tolérer, mais pas pour ça. Pourtant, le fait qu’il ait pu m’en parler montre qu’il avait encore un peu de conscience.

S’il ne me l’avait pas dit de sa propre bouche, je n’aurais pas cru que c’était possible. Personne n’aurait pu imaginer qu’il ferait quelque chose comme ça.

LGE : Y avait-il d’autres chirurgiens impliqués ?

Madame Y : Oui. Mon ex-mari est neuro-chirurgien. Il ne pourrait pas faire de prélèvement de reins.

LGE : Comment savez-vous que tous les détenus de Sujiatun sont des pratiquants de Falun Gong ?

Madame Y : Ils le sont tous. Les autres, ils ont des proches qui savent où ils sont. Alors les proches viendraient demander des nouvelles. Pour les pratiquants de Falun Gong, on ne dit pas à leur famille où ils ont été envoyés. Avant les prisons de Masanjia et de Dabei détenaient beaucoup de pratiquants de Falun Gong, maintenant il n’y en a presque plus. Les autres prisonniers ont été libérés. Et ces pratiquants de Falun Gong, où ont-ils été envoyés ?

Ces pratiquants de Falun Gong détenus à Sujiatun, ils avaient refusé de signer une 'lettre de renonciation' disant qu’ils ne pratiqueraient plus le Falun Gong.

Beaucoup avaient fait des grèves de la faim pour protester, et ils étaient faibles à cause du manque de nourriture. On donnait à chacun un morceau de papier, il fallait y mettre l’empreinte digitale pour dire qu’on ne pratiquerait plus le Falun Gong. Ceux qui le faisaient étaient libérés. Dans le camp, quand certains étaient emmenés, personne ne savait ce qu’ils devenaient. Alors les autres pensaient que peut-être ils avaient été libérés. Ou alors on leur disait qu’ils étaient dans un autre hôpital pour recevoir un traitement. La réalité c’est que ceux qui étaient emmenés étaient d’abord tabassés jusqu’à perdre conscience. Ensuite on leur injectait une dose d’anesthésique.

LGE: Selon le site internet officiel de la ville de Shenyang, l’hôpital de Sujiatun a organisé en 2000 'un stage d’étude' sur la répression du Falun Gong pour tous les cadres locaux du Parti communiste chinois.

Madame Y : Je ne le savais pas. Parfois mon ex-mari dormait à l’hôpital. Il ne mentionnait pas ce genre de choses et appelait simplement à la maison pour dire qu’il avait du travail et qu’il ne rentrerait pas.

Mon ex-mari savait que c’étaient des pratiquants de Falun Gong. Tous les chirurgiens le savaient. À ce moment-là, on leur avait dit que persécuter Falun Gong n’était pas compté comme un crime, que c’était un 'nettoyage' aux yeux du Parti communiste chinois. Ceux sur la table d’opération étaient déjà mentalement détruits ou avaient perdu conscience. Les cibles principales pour le prélèvement de cornées étaient les personnes âgées et les enfants.

Mon ex-mari avait peur aussi d’être tué un jour pour détruire les preuves. C’est pour cela qu’il s’est enfui à l’étranger. Les autres savaient qu’il n’oserait pas parler.

LGE : Et personne n’est jamais venu demander de nouvelles de membres de leur famille ?

Madame Y : En 2001 et 2003, il y a seulement eu un paysan qui est venu pour demander si les membres de sa famille étaient détenus ici. Comprenez, tout est secret. Personne ne sait. Quand les gens était arrêtés, il n’y avait aucune trace écrite. Si des gens étaient libérés, il n’y avait pas de trace écrite non plus.

La persécution est la persécution. Elle est contre l’humanité. En tant que Chinoise, je me sens triste. Ce sont des Chinois qui massacrent des Chinois. Rien à voir avec Nanjing quand les Japonais ont envahi la Chine (ndlr : en 1937, les Japonais tuèrent plusieurs centaines de milliers de civils chinois dans la ville de Nanjing).

Là ils tuent nos propres citoyens. Qu’ils pratiquent le Falun Gong ou pas, ce sont nos citoyens. C’est très brutal.

LGE : Ceux qui ont participé ont-ils ressenti que leurs actions étaient mauvaises ?

Madame Y : Entre la vie et l’argent, certains choisissent l’argent. Après avoir appris ceci, j’ai dit à mon ex-mari : 'Ta vie entière est ruinée. Tu ne pourras plus avoir un bistouri entre les mains. Quand tu opéreras, tu te souviendras de ce que tu as fait dans le passé'. Je ne suis pas chirurgien, mais dès que je parle de ce sujet je tremble et j’ai peur.

Plus tard, après que mon ex-mari ait organisé son départ à l’étranger, il a dû m’expliquer les raisons de son départ. Je lui ai dit que c’était avant qu’il pouvait faire un choix, pas après.

Je ne pratique pas le Falun Gong. Je ne suis pas aussi noble. Je ne suis pas venue aux Etats-Unis de si loin pour exposer ces faits au monde. Mes amis m’ont dit de voyager aux Etats-Unis pour me remettre d’aplomb. Il m’ont dit que l’Amérique est un pays où on respecte les droits de l’homme, que c’est un pays libre où je pourrais parler. Les gens pensent que j’ai divorcé parce que mon ex-mari voulait aller à l’étranger et pas moi. Certains n’étaient pas contents et m’ont demandé pourquoi j’avais divorcé, qu’il était un homme si bon.

Maintenant nous exposons ceci au monde. Au moins une partie des personnes là-bas a encore une chance de survivre. Peu importe que les gens admettent les faits ou pas. Les exposer doit empêcher ces actions perverses. Je pense, pour ceux qui liront ces nouvelles -s’ils ont des proches absents-, qu’ils se rassemblent et exigent une explication. Quand les gens disparaissent, c’est qu’ils sont morts ou qu’on les a rendus fous. Autrement, ils trouveraient un moyen d’envoyer un message à leurs proches.

Le journal Shenyang Morning News a parlé le 11 mars du cas d’un travailleur migrant incinéré sans l’accord de sa famille. La personne a déjà été incinérée. Qui sait si ses organes n’ont pas été enlevés ?

J’ai vu qu’il y avait eu des espions qui s’étaient confessés. Il y aura aussi dans le futur des confessions de médecins. Pas la peine qu’ils donnent leur nom. Mais il peuvent diffuser l’information. Parce que chaque personne qui a fait ce genre de choses sent le fardeau de la culpabilité.

Le camps de concentration de Sujiatun
Sujiatun est l’un des neuf districts de la ville de Shenyang en Chine. C’est une ville à 15 km en banlieue sud de Shenyang. Le camp de concentration de Sujiatun est officiellement le 'Centre National de traitement sino-occidental de la thrombose'. Son adresse est le 49 rue Xuesong, district Sujiatun, ville de Shenyang, province de Liaoning, Chine. Il a été construit en 1998."

Source :
Article de Zhou Minjun
Copyright 2005 - 2006 La Grande Époque/Epoch Times

2 commentaires:

bobby fletcher a dit…

Hi, I would like to bring to your attention news on the authenticity of the China concentration camp allegation:


http://www.theaustralian.news.com.au/story/0,20867,18669046-7583,00.html

"It appears the claims by Falun Gong have been at least substantially exaggerated. Initial investigations by researchers for a US congressional committee have identified the site at Sujiatun as a hospital, where it is suspected organ harvesting occurs but on nowhere near the scale claimed"


I would like to appeal to your that if there is no concentration camp, rather isolated cases of abuse and irregularity contrary to Chinese law, then there exists a very different reality than what alleged.

While I agree China's human rights abuse should be examined, as with all human rights abusers in the world including my own country USA - lifting data from websites and writing allegory of "chindler's List" is not the way.

If we in the West can not be precise with our facts, only resort to nefarious indictment, who will take what we say seriousely?

I have more evidence that suggests Falun Gong activists strung together unrelated news and facts from China to make this story. I will only impose on you if you demand it.

bobby fletcher a dit…

US investigators find no evidence of Sujiatun concentration camp:

http://news.yahoo.com/s/afp/20060415/pl_afp/uschinasectpolitics_060415004729

"Officers and staff from our embassy in Beijing and consulate in Shenyang have visited the area and the specific site mentioned in these reports on two separate occasions," McCormack said.

"In these visits the officers were allowed to tour the entire facility and grounds and found no evidence that the site is being used for any function other than as a normal public hospital."


This finding was reported by The Australian weeks prior:

http://www.theaustralian.news.com.au/story/0,20867,18669046-7583,00.html

"It appears the claims by Falun Gong have been at least substantially exaggerated. Initial investigations by researchers for a US congressional committee have identified the site at Sujiatun as a hospital, where it is suspected organ harvesting occurs but on nowhere near the scale claimed"