Merci de ne PAS poster de messages concernant la vente d'un organe et comportant des coordonnées téléphoniques, e-mail, etc. La loi française interdit la vente d'organes.

Les eurodéputés adoptent une directive sur les dons d'organes

"Les députés européens ont adopté à une large majorité une directive destinée à encourager les dons d'organes au sein de l'Union européenne et à augmenter le nombre et la qualité des transplantations.

Les députés européens ont adopté mercredi à une large majorité une directive destinée à encourager les dons d'organes au sein de l'Union européenne et à augmenter le nombre et la qualité des transplantations.

La directive vise à rendre les organes disponibles sur l'ensemble du territoire de l'UE et à normaliser les procédures et la traçabilité des dons d'organes.

'Le vote d'aujourd'hui est une étape importante pour plus de 50.000 patients européens qui attendent une transplantation d'organe', a déclaré John Dalli, commissaire européen à la Santé et à la Consommation.

'C'est essentiel pour faire en sorte que les citoyens européens qui ont besoin d'une transplantation d'organe puissent bénéficier des meilleures conditions possibles de qualité et de sécurité'.

Il revient maintenant aux Etats membres d'appliquer les dispositions de la directive en les transposant dans leurs lois. Ils disposent pour cela d'un délai de deux ans.

Le Parlement européen a par ailleurs adopté une résolution invitant les Etats membres à proposer à leurs ressortissants de s'inscrire dans un registre des dons d'organes à l'occasion, par exemple, d'une demande de papiers d'identité. Il pourrait ainsi être mentionné sur leur carte d'identité ou sur leur permis de conduire qu'ils acceptent de donner un organe."

Vincent Chauvet, Nicole Dupont pour le service français
http://www.lepoint.fr

2 commentaires:

Catherine a dit…

"Vers une amélioration de la qualité et des normes de sécurité des dons et transplantations d'organes

Les députés du Parlement européen ont approuvé, ce mercredi 19 mai, une série de mesures visant à améliorer la sécurité et la qualité des dons et transplantations d'organes et à réduire le délai pour les patients en attente de greffes. Les membres du Parlement demandent aux Etats membres de désigner une autorité compétente pour contrôler la qualité et la sécurité des greffes d'organes.

Les autorités compétentes devront, dans chaque pays, établir des règles pour chaque étape de la greffe, du don d'organe à la transplantation, sur la base des normes fixées par le Parlement européen.
Les autorités désignées devront également collecter toutes les données relatives aux résultats des greffes et superviser les échanges d'organes entre les différents Etats membres. En outre, les membres du Parlement européen sollicitent une protection accrue des patients et des donateurs. 'La confidentialité des données des patients doit être respectée conformément aux règles nationales'.

Le Parlement européen invite également les Etats membres à donner l'opportunité aux citoyens de s'inscrire sur un registre de donateurs et d'envisager une inscription en ligne sur des registres de donateurs nationaux ou européens. Enfin, les membres du Parlement invitent les Etats membres à inclure des références sur la carte d'identité ou le permis de conduire afin de connaître rapidement le statut de donateur [sic] d'organes de chacun."
http://sante-medecine.commentcamarche.net/news/110884-vers-une-amelioration-de-la-qualite-et-des-normes-de-securite-des-dons-et-transplantations-d-organes

Catherine a dit…

19/05/2010 :

"Des normes européennes pour faciliter les dons d'organes


Stimuler, coordonner et encadrer le don d’organes : ce sont les objectifs du Parlement européen qui vient d’adopter une proposition de directive et un rapport sur la transplantation d'organes.
Actuellement 60 000 personnes sont en attente de greffe en Europe et selon nos estimations 12 personnes meurent chaque jour faute de transplantation. Car si 81 % des Européens se disent favorables à la carte de donneur d'organes, seuls 12 % la possèdent.

Il s’agit surtout d’harmoniser les pratiques, en prenant exemple sur l’Espagne, le bon élève des 27. Le taux de dons d’organe varie considérablement d’un pays à l’autre : 34 donneurs par million d’habitants en Espagne, 26 en Belgique et 23 en France, contre un donneur en Bulgarie. La moyenne européenne s'établissant à 18 donneurs par million d’habitants.

L'enjeu est donc de créer un réseau européen des donneurs d'organes, qui permettrait de mieux répondre aux besoins des citoyens européens. Ce genre d'organisation existe déjà mais ne fonctionne qu'avec un nombre réduit d'Etats européens. Eurotransplant (Autriche, Benelux, Croatie, Allemagne, Pays-Bas et Slovénie) et Scandiatransplant (Suède, Danemark, Finlande, Norvège et Islande) permettent une bonne qualité et une bonne traçabilité des organes. Un cinquième des organes transplantés chaque année le sont dans les pays du réseau Eurotransplant, soit 3 300 greffes. En revanche, seuls 2 % des organes entrent ou sortent de ce réseau. D'où des inégalités entre Etats membres dans toute l'Europe.

Cette directive européenne devrait améliorer la coopération entre l'ensemble des Etats membres. Elle prône la mise en place d'autorités nationales en charge du contrôle de la qualité et de la sécurité des organes, du prélèvement sur le donneur à la greffe.

Par exemple, une personne en attente de greffe de foie en France pourrait bénéficier d'un organe compatible venu d'Allemagne ou d'Italie, tout en sachant que des normes minimales communes sont appliquées dans toute l'Europe. Les autorités nationales seraient en charge de gérer ces flux d'organes de façon à répondre aux besoins de la façon la plus rapide, la plus souple et la plus sûre possible. Le but étant, au final, de sauver un maximum de vies.

La directive européenne entend également réaffirmer le caractère 'gratuit et volontaire' du don, une manière de lutter contre le trafic d’organes, et contre 'le tourisme de transplantation' : éviter ainsi que des patients riches partent à l'étranger, en Chine par exemple, pour recevoir une greffe.

En parallèle à la directive, la Commission européenne a lancé un plan d'action pour développer les greffes en Europe sur lequel le Parlement vient de se prononcer en adoptant le rapport du député socialiste Andres Perello Rodriguez. Ces documents encouragent notamment des échanges d'informations entre Etats membres et des campagnes de sensibilisation du grand public. Le Parlement européen souhaite par ailleurs qu'il soit proposé aux citoyens de s'inscrire sur la liste des donneurs potentiels d'organes lorsqu'ils renouvellent leur carte d'identité, s'inscrivent pour le permis de conduire etc.

Notre objectif est que les européens qui attendent une greffe restent en vie !"

http://gillespargneaux.typepad.fr/le-blog-de-gilles-pargneaux/2010/05/des-normes-europ%C3%A9ennes-pour-faciliter-les-dons-dorganes.html