Merci de ne PAS poster de messages concernant la vente d'un organe et comportant des coordonnées téléphoniques, e-mail, etc. La loi française interdit la vente d'organes.

Greffes d'organes : trafics et marchandisation des corps

"Le magazine TéléObs publie un dossier sur la problématique des greffes d'organes. En principe, la greffe d'organe repose sur la gratuité et un accès égal pour tous, mais en pratique, la médecine fait face à une 'pénurie' de greffons, ce qui entraîne de vastes trafics d'organes dans certains pays peu regardants.

Ce commerce donne lieu à une véritable 'marchandisation du corps humain qui réduit les organes vitaux à des pièces détachées, avec tarifs et catalogues'. En toute illégalité et au mépris des conventions internationales, des cliniques privées procèdent à des prélèvements d'organes (foie, rein, poumon, cornée) sur des individus sains pour des coûts d'intervention pouvant approcher les 100 000 dollars. L'OMS fournit des chiffres des 'cours' du rein, organe le plus transplanté dans le monde : en 2006, le prix était de 700 dollars en Afrique du Sud, 1000 dollars en Inde, 2700 dollars en Moldavie, 5000 dollars en Turquie et jusqu'à plus de 30 000 dollars aux Etats-Unis. Les pays les plus touchés par cette 'activité florissante' sont l'Inde, la Chine, les Philippines et l'Egypte. Selon l'OMS, ces trafics juteux représenteraient plus de 10 pour cent des transplantations rénales dans le monde.

Des réseaux internationaux de trafics d'organes se sont créés 'en provenance d'Asie, d'Europe de l'Est, du Brésil, où les donneurs sont toujours les plus pauvres d'entre les pauvres'. Le 'tourisme de la transplantation' prospère donc à destination de pays 'à la législation arrangeante, qui propose des forfaits tout compris incluant le voyage, le séjour sur place - accompagné d'un traducteur ! -, l'intervention et les frais d'hospitalisation'. Il arrive que les organes soient même prélevés de force dans certains pays, des patients se réveillant avec un rein en moins après une intervention bénigne. En Chine, malgré une loi de 2006 appuyant l'interdiction de la commercialisation des organes humains, 'la plupart des 10 000 organes transplantés chaque année proviennent de condamnés à mort - une 'réserve vivante' de donneurs exécutés selon la demande...'

TéléObs revient également sur l'enquête réalisée par le Nuffield Council of Bioethics, équivalent du Comité d'éthique français en Grande Bretagne, demandant aux citoyens anglais s'il faut 'mettre en place des incitations ou des compensations financières pour encourager les gens à donner un organe' afin de répondre à l'actuelle pénurie d'organes (Cf. Synthèse de presse du 20/04/10). La question est donc de savoir si le manque de donneurs peut justifier l'abandon de la gratuité, principe fondateur du don d'organes. En France, cette initiative anglaise est saluée par certains tel Emmanuel Hirsch, philosophe directeur de l'Espace éthique de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, pour qui les anglais 'posent les vraies questions sur des situations limites'. Il s'agit selon lui d'une 'démarche à la fois démocratique et très pédagogique. ... En France, ces questions sont trop souvent réservées à des cercles de spécialistes qui pensent pouvoir décider à la place du public'. Les responsables de l'Agence de la biomédecine disent ne pas être choqués non plus par ce débat. Mais le scepticisme reste de mise et il n'est pas question de remettre en cause le principe de gratuité. En France, le trafic d'organes est puni par 7 ans de prison et une amende de quelque 100 000 euros.

La Croix rapporte que l'Union européenne va, d'ici à deux ans, se doter de structures et normes communes pour 'faciliter le don et les greffes d'organes, y compris d'un pays à l'autre de l'UE'. Une directive adoptée hier par le Parlement européen édicte des mesures devant contribuer à lutter contre les trafics. Il s'agit 'd'améliorer la qualité et la sûreté des organes humains destinés aux greffes; d'augmenter la disponibilité des organes et de rendre plus efficaces et plus accessibles les systèmes de transplantation' a expliqué le commissaire chargé de la santé."
TéléObs (Richard Cannavo, Cécile Courmau) 22-28/05/10 - La Croix 20/05/10

http://www.blog-catholique.com

"White House Tackles 'Synthetic Life' Ethics"

NEW YORK (GenomeWeb News) – "The White House has wasted no time in addressing yesterday's news that scientists at the J. Craig Venter Institute have succeeded in creating a synthetic life form that can replicate itself, and has tasked its bioethics team with looking into the potential issues that may surround such technology."

UK: Experience: "I gave a kidney to a stranger"

"Giving your kidney to a complete stranger is still rare – so far, only 25 volunteers have been approved. But more than two years on, I feel every bit as healthy with one kidney as I did with two. I've had no sense of anticlimax, nor am I wandering around in a haze of self-satisfaction, but I do feel good about what I've done. We live in an unfair world, where health and happiness aren't evenly distributed, and I've had more than my fair share. My act was simply to redress the balance a little."

As told to Chris Broughton

http://www.guardian.co.uk

Can a body grow its own spare parts?

"Nanoscientist Molly Stevens is working on techniques to enable a damaged heart to repair itself or bone tissue to regenerate."
Nanoscientist Molly Stevens. Photograph: Andy Hall for the Observer

"The human body has tremendous capacity to repair itself after disease or injury. Skin will grow over wounds, while cells in our blood supply are constantly being manufactured in our bone marrow. But there is a limit to the body's ability to replace lost tissue. Cartilage cells are notoriously poor at regrowing after injury, for example. As a result, accidents and illnesses – including cancers – often leave individuals with disfiguring wounds or life-threatening damage to tissue. The aim of Molly Stevens, a nanoscience researcher at Imperial College, London, and founder of the biotech firm RepRegen, is a simple but ambitious one. Working with a team of chemists, cell biologists, surgeons, material scientists and engineers, she is developing techniques that will help the body repair itself when it suffers damage. This is the science of regenerative medicine.

What is the potential for boosting the body's ability to regrow damaged tissue?

It depends on the type of tissue. Some will regenerate of its own account more easily than others. Bone is not too bad, for example, while cartilage is very poor. Bone has a good blood supply while cartilage has virtually none, and that makes a key difference in supplying nutrients that boost growth. A patient's condition is also important. For instance, it is more of a problem in older individuals or in those who have diseases that are particularly well advanced.

In any case, even in tissue that regenerates well, like bone, there can be problems – if a severe accident has removed a large chunk of a person's jaw or pelvis, or if they have osteoporosis that is very advanced. The bone tissue will simply not regenerate in these cases and that is when doctors want to help it.

So how do you help bone to regrow?

One approach that we have had considerable success with involves taking quite straightforward materials including simple polymers and using them to boost bone growth in a person. We made them into gels that we could inject into bones.

The key to this technique lies with the fact that our bones are covered in a layer of stem cells. We inject our material under that layer and that wakes up those stem cells. They start to multiply and produce lots of new bone. Then you can take that bone and move it somewhere else in a person's body, a place where they have suffered a severe loss of bone – where they suffered an injury suffered after a car accident, for example. In such a case, we would be using a person's body as a biological reactor. And when you think about it, that makes sense. The best place to grow tissue for yourself is in your own body, after all.

How productive is the technique?

So far, we have been able to generate huge amounts of bone in our experiments using these techniques. In addition, the bone that was made this way was well organised. It had blood vessels and a proper architecture. That allows it to be really strong. We have only done this in animals, in rabbits, but we are now preparing to carry out the same procedures in humans. The aim would be to use bone generated within a person to help with spinal fusion, for example, or for someone who has had part of their jaw removed after an operation to remove a cancer.

We also have developed other materials that work in a slightly different way. Instead of stimulating one part of the skeleton to make bone that would replace a missing section somewhere else in the body, we would use this directly at the affected site. Bone would grow at the affected site. There would be no transplant involved. Essentially, it would help a person grow a new jawbone if theirs had been removed after a cancer operation.

Both these techniques involve the regeneration of bone, but we are also working heart muscle and cartilage cells. We are at a much earlier stage with this work. We envisage making gels that you could inject into the miocardium which is damaged after a person has had a heart attack. This could help the heart to repair itself.

What sections of the population are likely to benefit most from advances in regenerative medicine?

One obvious group of individuals who are likely to benefit most from the development of regenerative medicine is the elderly. More and more people are living to their 80s and beyond as we tackle diseases like cancer and heart illness with increasing success. Organ failure will become an increasing problem among these people. Regenerative medicine will help them regrow lost tissue and help them tackle problems like osteoporosis.

However, my real motivation in getting involved in regenerative medicine has been children. I was completing my PhD in biophysics when I attended a lecture in which a photograph was shown of a little boy with terminal liver failure. He was about two years old and that picture made me switch fields – to regenerative medicine.

We have been working with children's charities since then because of the potential of our techniques to fix failing organs in very young people. That is the big driver. A child with a heart valve problem is going to face multiple surgical operations throughout its life. Or if a child is born with half its face missing, its future is likely to be really distressing. These are heart-rending problems. Regenerative medicine could make an enormous difference to them."

This article was amended on 18 May 2010. The original gave the name of the biotech firm founded by Stevens as Reprogen. This has been corrected.

Article by Robin McKie, The Observer, Sunday 16 May 2010

http://www.guardian.co.uk

Don d’organes : le donneur "à cœur arrêté" est-il toujours mort ?

Un changement radical dans la pratique des prélèvements d'organes, à l'insu de la population !

Dans le contexte du toilettage des lois bioéthiques, la nouvelle version devant paraître entre juin et septembre 2010, voici le IVème et Vème article du dossier sur les dons d'organes paru sur Décrytage, le site de l'association pour la Fondation de Service politique présidée par Francis Jubert (Syntec).
Ces articles concernent les prélèvements "à coeur arrêté". Très complets, très documentés, à lire absolument !

Don d’organes (IV) : "Prélèvements douteux sur les donneurs à cœur arrêté" (05/2010)

Don d’organes (V) : "Le donneur à cœur arrêté est-il toujours mort ?" (05/2010)

"Le médecin-écrivain, l'éthique et l'imaginaire", par le Dr. Marc Zaffran

"Le médecin-écrivain, l'éthique et l'imaginaire", un article original en langue française, qui vient tout juste de sortir dans "Les Cahiers de l'éthique", : une analyse de l'oeuvre du Dr. Marc Zaffran, médecin et écrivain.
Transmettre l'éthique médicale par la fiction ? Pari tenu pour le Dr. Martin Winckler : lorsqu'écriture et médecine cheminent main dans la main au fil de la plume, c'est une véritable bouffée d'oxygène. Une urgente bouffée d'oxygène. On va déjà mieux, merci Docteur ...

Pourquoi un médecin utilise-t-il la fiction pour raconter ce qui s'est vraiment passé ? Le vrai par le faux, ça nous mène où ? Le Dr. Zaffran, connu par les lecteurs sous le nom de Martin Winckler, nous fait découvrir, au fil de citations très bien mises en valeur, ce processus qui permet de dire le vrai, l'éthique, le réel en passant par la fiction - serait-il possible de s'en passer, de cette fiction ?

==> http://www.creum.umontreal.ca/IMG/pdf_07_Zaffran.pdf

Live organ donation in the US

Voici un commentaire particulièrement éclairant publié suite à un article de "Healthday" : "Shortage of Transplant Organs Spurs Proposals But No Solution" (lire l'article).

"The illusion of the growing organ shortage was created by a 2002 policy change by UNOS allowing 'inactives' (folks unable to have a transplant) to remain on the list indefinitely, multiple listings (such that Steve Jobs benefitted from), and the percentage of folks wait listed that have already had at least one transplant.
Tha's right: transplants are NOT cures. Most recipients need multiple transplants to have a 'normal' lifespan. Jobs, etc. feels entitled to an endless supply of organs and views living donors only as incubators. Perhaps he should invest some of his millions into perfecting lab-grown organs instead.
1 in 300 living donors will die as a direct result of the surgery; 1-2 per yr in the US. Others suffer from permanent nerve damage, intestinal blockage, bleeding, pancreatitis, adrenal dysfunction, testicular swelling & sensitivity, chylous ascites (lymph damage), hernias, high-risk pregnancies, etc.
There is NO long-term comprehensive data on living donor's health & well-being. Organs have been harvested from live people for over 50 yrs but the medical community has refused to track or study them; has refused the implementation of a registry, even though one exists for recipients. We know LDs have a higher risk of cardiac death & disease, hypertension and kidney failure only because of research on people who had kidneys removed for medical reasons. Yet the industry continues to tout living donation has 'low risk' and 'safe' (the Canadian medical association disagrees).
Living donors suffer from depression, anxiety, anger and PTSD, yet not a single transplant center offers support or aftercare services. LDs are discharged two days after surgery & referred to their primary care physician (if there is one; no one checks).
UNOS has required transplant ctrs to submit follow-up forms for 2 yrs since 2006 but the latest 'utilization' report (1998-2008; it's always behind) stipulates 30% of 2006's forms are incomplete and worse, some transplant ctrs report ALL of the LDs as 'lost to follow-up', meaning they've made no effort to follow-up at all. UNOS refuses to publish these centers' names, nor punish them in any way for non-compliance. They serve the transplant centers and not the public good."

"In the United States, about 100,000 adults and children are waiting for organ transplants."
" (...) only about one in 1,000 deaths leading to a viable organ for transplant (...)" (Art Caplan).

Une fin de vie sur mille modifiée pour cause de don d'organes, c'est énorme ! Rappelons que le don d'organes modifie la fin de vie du donneur, qui décède au bloc. Un donneur d'organes, c'est une vie sur le départ ...

Donneurs vivants aux USA : faits, témoignages

==> http://www.livingdonor101.com

CEERE (Cenre d'éthique à Strasbourg) : nouveau site web

==> http://ethique-alsace.unistra.fr

Belgique : prélèvements d'organes après euthanasie

"Le site Internet BioEdge revient sur le compte-rendu d'une conférence faite en 2006 par des chirurgiens belges sur le prélèvement d'organes après euthanasie. Lors d'un Congrès mondial sur la greffe en 2006, les médecins de l'hôpital universitaire d'Anvers ont expliqué comment ils ont euthanasié une femme de 46 ans souffrant d'un problème neurologique, avec son consentement, et ont prélevé ensuite son foie et ses deux reins.

Dans un autre rapport datant de 2008, les médecins expliquaient que trois patients avaient été euthanasiés entre 2005 et 2007 : 'Les patients avaient entre 43 et 50 ans et souffraient tous d'une maladie neurologique dégénérative, après un AVC sévère, ou bien du fait d'une sclérose en plaques progressive. Ils étaient totalement dépendants de tiers pour leur soin personnel et n'avaient plus de qualité de vie. Après une longue explication, un consentement informé sur la procédure a été donné par écrit par le patient et ses proches parents'.

Au moment où ils écrivaient cet article, les médecins étaient enthousiastes au sujet du potentiel que représentent, pour le don d'organes, les pays où l'euthanasie est légale : 'Le potentiel en Belgique (et aux Pays Bas) pourrait être substantiel. Selon la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie (rapport de l'année 2006) le nombre de patients atteints de maladies neurologiques dégénératives dont la requête pour l'euthanasie a été accordée était de 22 sur 235 en 2003, 27 sur 349 en 2004 et de 16 sur 393 en 2005'.

Aujourd'hui, on peut constater le peu de réactions à cette proposition faite par des médecins belges alors qu'elle a été publiée dans le principal journal mondial de la chirurgie des greffes."

BioEdge (Michael Cook) 14/05/10 - Journals.lww.com 15/07/06, 27/07/08
http://www.genethique.org

Marrow Donors and Recipients Ask Congress to Support Marrow and Cord Blood Transplantation

WASHINGTON, May 27 - 2010 /PRNewswire-USNewswire -- "More than 60 adult donors, transplant recipients, family members and medical professionals from 25 states met with lawmakers and staff on Capitol Hill today to urge Congress for increased federal funding to grow and diversify the national registry of adult donors and publicly available cord blood units as part of the C.W. Bill Young Transplantation Program (Program) and the National Cord Blood Inventory (NCBI). The advocates, participating in the visits as part of the National Marrow Donor Program's (NMDP) 2010 Legislative Day, also asked for
Congress' continued support to increase marrow and cord blood transplants in the United States by reauthorizing the Program and the NCBI this year."
"'With increasing numbers of Americans in need of bone marrow and cord blood transplants each year, reauthorization of the Program and the NCBI and additional funding for the Program, are critical to expand access to transplant for all Americans,' said Jeffrey W. Chell, M.D., chief executive officer of the NMDP. 'In order to grow the national registry, Congress must reauthorize the Program this year; the time to act is now.'

The national registry, publicly known as the Be The Match Registry ®, is a single point of access to more than 8 million adult donors and over 160,000 publicly available cord blood units, 28,000 of which are federally funded. The national registry is accessible to physicians and patients in need of an unrelated marrow or cord blood transplant. Every year 12,000 patients search the national registry for a life-saving donor or cord blood unit. These patients have leukemia, lymphoma and other life-threatening blood disorders for which a marrow or cord blood transplant may be the best and only hope for a cure.

Advocates met with members of Congress and staff to share their personal connection with the Program.

'I was unexpectedly diagnosed with leukemia in 2008 when I went to the doctor after suffering from fatigue. I was fortunate enough to find a match on the national registry and received a transplant in 2009,' said Ron Ahlquist, a Legislative Day participant, husband and father of two from New Hampshire. 'Now I am a leukemia survivor resuming my previously active lifestyle. I am so grateful to the Program and my donor. How do you thank someone for saving your life? I am committed to sharing my story and encouraging others to donate.'

In 2005, Congress enacted the Stem Cell Therapeutics and Research Act, with the primary goal of growing and diversifying the national registry to increase access to marrow and cord blood transplant. The Program and the NCBI expire this year and must be reauthorized. Congressional support of this Program is needed annually to ensure patients have access to transplant, particularly among patients from racially or ethnically diverse populations who today face greater challenges in finding a donor. The NMDP hopes that Legislative Day will create a sense of urgency in Congress to act now to increase funding for the Program and to reauthorize the Program this year.

About the National Marrow Donor Program (NMDP)

As a leader in the field of unrelated marrow and umbilical cord blood transplantation, the National Marrow Donor Program (NMDP) is dedicated to ensuring all patients who need a transplant receive access to this potentially life-saving treatment. Headquartered in Minneapolis, the nonprofit organization manages the Be The Match Registry, facilitates transplants worldwide, conducts research and provides education and support to patients, donors and health care professionals. The U.S. government has entrusted the NMDP to operate the C.W. Bill Young Cell Transplantation Program and provide a single point of access to marrow donors and cord blood units for a global network of hospitals, blood centers, laboratories and recruitment centers. The NMDP has facilitated more than 40,000 transplants since operation began in 1987."

For more information, visit http://www.marrow.org
National Marrow Donor Program
CONTACT: Ellen Almond, +1-703-548-0019, for NMDP

Web Site: http://www.marrow.org

Source:
http://www.biotech-finances.com/fr/cp-94424.html

Greffe rénale : signes de tolérance

"Pourrait-on envisager une diminution, voire l'arrêt, des immunosuppresseurs après une transplantation rénale ? Un groupe de médecins américains répond par l'affirmative. À la condition que le patient soit porteur des marqueurs biologiques et génétiques de tolérance à long terme qu'ils ont mis en évidence."

Source :
Le Quotidien du Médecin, 28/05/2010

Amnesty International épingle les pays qui n'adhèrent pas à la CPI

"Dans son rapport annuel, l'ONG Amnesty International pointe du doigt les pays 'leaders', comme les États-Unis, la Chine ou encore la Russie, qui ne reconnaissent toujours pas la Cour pénale internationale (CPI). 'Qu’attendent les Etats-Unis, l’Inde, la Chine et d’autres grandes puissances pour ratifier le traité de Rome instituant la Cour pénale internationale (CPI) ?', s'interroge Amnesty international dans son rapport annuel rendu public jeudi. "
"La CPI a été instaurée il y a huit ans, on ne peut plus revenir en arrière, elle existe et ces pays ne peuvent pas faire comme si de rien n’était', explique à France24.com Geneviève Garrigos, la présidente d’Amnesty International France. L’organisation de défense des libertés individuelles met l’accent sur les sept puissances majeures (Etats-Unis, Chine, Indonésie, Arabie saoudite, Inde, Russie et Turquie) qui continuent à ne pas reconnaître la juridiction internationale. 'Ils se définissent comme les leaders du monde ? Qu’ils agissent enfin comme tel et donnent le bon exemple', s'insurge Geneviève Garrigos.

Car d’autres pays s’abritent derrière ce refus de ratification des grands pour ne rien faire non plus. En tout, d’après le rapport, 111 des 192 pays ont reconnu l’autorité de la Cour pénale internationale. Et en la matière, l’unanimité des nations serait une exigence morale. 'Il faut que les populations aient l’impression que la justice internationale s’appliquent partout car sinon elles seront tentées de se rendre justice elles-mêmes et nous continuerons à assister à de nouvelles violences', tranche la présidente d’Amnesty Internationale France.

'Pirouette juridique' de la France

Si ce refus de ratification constitue le principal regret de l’ONG, elle n’en délivre pas pour autant un blanc-seing aux autres nations. En effet, parmi tous les signataires, seuls 44 pays, à ce jour, ont adapté leur droit national pour reconnaître à la CPI une compétence universelle. Une compétence essentielle car c’est elle qui permet à la Cour de poursuive une personne quelque soit sa nationalité et le lieu où se sont déroulés les crimes. 'On parle tout de même de génocide ou de crimes de guerre et pas de délits mineurs', souligne Geneviève Garrigos.

Parmi les mauvais élèves au sein de ces 111 pays : la France. Elle est, certes, en passe de faire adopter un texte pour reconnaître la compétence universelle de la CPI, mais il s’agirait d’une 'pirouette juridique', selon la responsable d’Amnesty France. 'Il y a plusieurs verrous qui rendent le texte vide de sens', explique-t-elle. Il faut notamment que l’accusé réside habituellement sur le sol français ce qui exclut, par exemple, 'les chefs d’État qui viennent se soigner en France'… Les citoyens ne peuvent pas non plus saisir la justice, seul le parquet possède ce pouvoir. 'Autant dire que c’est la victoire du politique sur l’exigence de justice', regrette Geneviève Garrigos.

Si le combat est donc encore loin d’être gagné, Amnesty International relève tout de même quelques notes d’espoir. Parmi elles, le premier mandat d’arrêt international contre un président en exercice, le Soudanais Omar el-Béchir. La situation en Amérique du Sud s’est aussi considérablement améliorée. 'C’est la seule région au monde où tous les pays ont adapté leur droit pour reconnaître la compétence de la CPI', se réjouit Geneviève Garrigos."

==> Rapport Amnesty International CHINE

Source :
http://www.france24.com/fr/20100527-amnesty-international-rapport-annuel-cpi-reconnaissance-justice-penale-violence

"Le Falun Gong. Persécuté par le gouvernement chinois, ignoré par le gouvernement français"

"Cette enquête de Yemeli Ortega Luyando, jeune journaliste mexicaine en deuxième année de Science Po a remporté le 3ème prix du Prix Daniel Pearl, créé par le Wall Street Journal et l'École de journalisme de Sciences Po, en mémoire du journaliste assassiné par des extrémistes au cours d'un reportage au Pakistan en janvier 2002."

Paris, le 15 mars 2010 - "Sous les arbres du Jardin du Luxembourg, lieu de rencontre archétypal pour les Parisiens, un groupe de français et de chinois pratiquent, concentrés, une série d'exercices physiques chaque matin. Leurs mouvements ressemblent à ceux d’un art martial doux et sacré, mais au delà de la paix et de la beauté qui en émanent, il y a une histoire de torture et de persécution.

Ces exercices font partie du Falun Gong, un mouvement spirituel inspiré du Confucianisme, du Bouddhisme et du Taôisme. Après avoir été le mouvement spirituel le plus populaire en Chine, le Falun Gong est aujourd'hui officiellement interdit par le gouvernement chinois

'Mes deux parents ont été arrêtés et torturés à mort parce qu'ils pratiquaient le Falun Gong. Puis la police est venue pour moi. Après avoir mis à sac mon appartement, ils m'ont battue jusqu'à ce que je perde connaissance. Puis ils m'ont emmenée en prison, à Shizilou' a dit Yajun Feng, la seule réfugiée politique en France qui ait pu sortir de prison après avoir été persécutée pour sa pratique du Falun Gong.

'Puis j'ai été emmenée au centre de détention de Nanyang pour un lavage de cerveau. Ils m'ont affamée et privée de sommeil pendant 22 jours ... Ils voulaient me faire perdre la raison afin que je renonce au Falun Gong' a ajouté ce petit bout de femme loin de faire ses 41 ans, et dont le sourire incessant n'inspire aucune joie mais plutôt un formidable effort pour dissimuler une douleur profonde.

Authenticité, Compassion, Tolérance, ce sont les principes du Falun Gong, un mouvement qui est aujourd'hui populaire à travers le monde et qui a été fondé par M. Li Hongzhi en 1992. Au début, le gouvernement chinois tolérait son existence, mais les choses ont changé en 1999 quand l'ancien président, Jiang Zemin, a réalisé qu'il y avait plus de 70 millions de pratiquants dans une nation de 1,2 milliards d'habitants. Autrement dit, comme il y avait plus de pratiquants de Falun Gong que de membres du Parti communiste, le gouvernement a cru sa sécurité nationale menacée.

Un corps extra constitutionnel a alors été créée sous le nom de 'Bureau 610' afin d'éradiquer le Falun Gong. 'Le gouvernement promet un salaire élevé aux policiers qui nous torturent' a déclaré Yajun Feng, tout en agitant nerveusement ses mains. 'Diffamez leur réputation, ruinez-les financièrement, détruisez-les physiquement' sont les ordres donnés par Li Lanqing, le chef du bureau 610.

Personne de la délégation chinoise à l’UNESCO n'a accepté de parler de ce sujet. Ni à l'ambassade de Chine en France, mais leur site Internet déclare que le Falun Gong est 'une secte démente' et que 'la Chine est prête à créer un front unifié pour le combattre.' Néanmoins, la Mission inter ministérielle française contre les dérives sectaires (Miviludes) ne considère pas que le Falun Gong soit une secte, vu qu'il n'y a pas de membres ni d'engagements financiers obligatoires.

'Tout est bon dans le Falun Gong' déclare Giovanni Gianquito, 39 ans, un des quelques 200 pratiquants de Falun Gong français. Il pratique les exercices et médite chaque jour par n’importe quel temps. 'Ma santé s'est immensément améliorée, je suis devenu une meilleure personne et j'ai eu la réponse à pratiquement toutes mes questions existentielles' a-t-il dit regardant son reflet dans l'eau à la fontaine principale. 'C'est vraiment ridicule de voir comment le gouvernement chinois réagit envers ce mouvement pacifique' s'est-il exclamé en levant le ton.

'Il n'y a pas de mots pour expliquer ce qu'ils m'ont fait' a déclaré Yajun Feng, essayant de son mieux de retenir les larmes qui lui montent aux yeux. 'Et pourtant j'ai eu de la chance, je n'ai souffert qu'un peu comparé aux horreurs que d'autres ont vécu.' Sa voix se fait sombre en décrivant les piques de 20 centimètres qu'on enfonce sous les ongles des gens, les mamelons des femmes qu'on brûle avec des cigarettes et les 18 dames qu'elle connaît qui ont été emmenées dans la cellule de prisonniers mâles pour y être violées. 'La police utilise les criminels pour nous torturer. Leur peine est réduite s’ils coopèrent.'

Après 22 jours de torture, Yajun Feng a signé un document disant qu'elle renonçait au Falun Gong. Elle a été alors emmenée à Sujiatun, un camp de travaux forcés. 'La première chose qu'ils m'ont fait est une analyse de sang. J'ai trouvé ça bizarre… Aujourd'hui je comprends que c'était juste la procédure officielle afin de prélever mes organes et les vendre.'

Effectivement dans leur livre Bloody Harvest, le canadien David Matas, célèbre avocat international des droits de l'homme et David Kilgour, ancien député et Secrétaire d'Etat du gouvernement canadien ont confirmé par des milliers de témoignages que l'écrasante majorité des prisonniers en Chine sont des pratiquants du Falun Gong et qu’ils ont eu une analyse de sang comme pré-requis pour les transplantations d'organes.

Ils expliquent que jusqu'au 17 mai 2006, le site Internet du Centre d'assistance du réseau de transplantation international chinois (CITNAC), qui a aujourd'hui disparu, indiquait dans sa version anglaise que 'des donneurs de viscères (organes intérieurs mous) peuvent être trouvés immédiatement.'

'Comme je viens d'une famille riche, j'ai pu payer ma garde à vue avant que la police ne prenne mes organes' a confié Yajun Feng. Souffrant toujours de syndromes post-traumatiques elle est reconnaissante d'être en vie, mais ne peut s'empêcher de penser à tous ceux qu'elle a laissés derrière. 'Qui sait combien de personnes sont toujours en danger!'.

'Il n'y a pas de chiffres officiels' regrette Francine Serveau, une experte dans les affaires chinoises pour Amnesty International France. 'Mais c'est un fait que des milliers de personnes qui appartiennent au Falun Gong sont exécutées. (…) Leurs organes sont prélevés afin d'être vendus. Il y a un énorme trafic d'organes qui est très profitable au gouvernement chinois.'

'Rein US$62 000, foie US$98 000-130 000, poumon US$150 000-170 000, cœur US$130 000-160 000, cornée US$30 000'. Ce sont les prix qui étaient annoncés sur le site Internet de la CITNAC, selon le rapport de M. Matas et M. Kilgour.

Pr Francis Navarro, directeur du département chirurgie et transplantation de l'hôpital de Montpellier en France, a confirmé l'information. En outre il a été invité à l'hôpital de l'université de Shendu en Chine en 2006 pour enseigner sa technique de transplantation. 'J’étais censé pratiquer une transplantation classique de foie, ce qui signifie que l'organe entier est prélevé sur un corps tout juste mort. Comment des gens en Chine peuvent-il être sûrs que quelqu'un va mourir naturellement le jour où je suis supposé arriver, afin que j'ai un foie prêt à être transplanté?'

Aspirant à mettre fin à la mafia des organes, le Pr Navarro a alerté ses collègues et le secrétaire d'État français, Bernard Kouchner. Amnesty International l'a fait également. L'Association française de Falun Gong et Wu Baozhang, ancien rédacteur en chef du département chinois à Radio France Internationale, ont organisé une conférence de presse à l'Assemblée nationale l'été dernier, pour dénoncer le scandale.

'Mais personne ne s'en soucie', regrette M. Baozhang. 'Les intérêts économiques et politiques viennent au sommet des priorités du gouvernement français. Paris ne veut tout simplement pas gêner Pékin '. En effet, quand on a interrogé la Commission nationale française des droits de l'homme à propos de la persécution, la torture et le prélèvement d'organes que le gouvernement chinois mène contre les pratiquants du Falun Gong, la réponse a été catégorique: 'Nous n'avons rien à dire. Nous n'avons même pas un dossier à ce sujet'.

Nerveux, le Pr Navarro s'est proposé lui-même comme candidat aux élections régionales françaises. 'Avant tout je suis médecin et défenseur des droits de l'homme, mais je dois devenir un politicien afin d'être entendu par les dirigeants français, je ferai ce qu'il faut.'

Selon le professeur Yves Chapuis, un pionnier de la transplantation en France et président de la Commission Ethiques et Droits à l'Académie de médecine française, le gouvernement français est très prudent parce que depuis l'année dernière les choses semblent changer en Chine. 'Je sais, de sources sûres et proches, que le Ministre de la santé chinois, Chen Zhu, essaye vraiment d'abolir le prélèvement d'organes. Un de mes collègues qui se trouve actuellement en Chine observant les pratiques de transplantation, a confirmé cette information' a déclaré le professeur qui espère une chute très sensible des transplantations pratiquées en Chine cette année.

'Il y a eu environ 5000 transplantations pratiquées en Chine en 2008. S'il n'y a plus de prélèvement d'organes, il n'y aura plus de transplantations, n'est ce pas?' a déclaré le Professeur Chapuis avant de conclure : 'mais, même si les chiffres confirment que le prélèvement d'organes est aboli, cela ne veut pas dire que la persécution des pratiquants du Falun Gong a cessé'."

Source :
http://fr.clearharmony.net/articles/201005/51278.html

Sang de cordon : des banques familiales gratuites

Rappel : le sang prélevé à partir du cordon ombilical lors de la naissance d'un bébé, pour peu que ce bébé ne soit pas atteint d'une leucémie par exemple, contient des cellules souches qui peuvent guérir certaines maladies du sang. J'ai écrit récemment une nouvelle pour le Pr. Gluckman : "L'hôpital qui guérit la leucémie d'Etienne".

"La sénatrice UMP Marie-Thérèse Hermange et le Pr. Eliane Gluckman, auteur en 1988 de la première greffe de sang de cordon au monde, ont créé CorDon Source de vie, une association visant à promouvoir et développer le don de sang de cordon entre fratries afin de traiter des maladies de sang héréditaires. Nous voulons, explique le Pr. Eliane Gluckman 'développer des banques familiales mutualisées gratuites pour permettre un don dirigé au sein des fratries'. Marie-Thérèse Hermange précise qu'il s'agit avec cette association de 'développer la collecte de sang de cordon dans le respect de la qualité et de l'éthique du don solidaire'.

Le sang de cordon ombilical, prélevé à la naissance, est riche en cellules souches hématopoïétiques (CSH), présentes également dans la moelle osseuse. La France dispose aujourd'hui de 6 banques publiques stockant près de 10 000 unités de sang de cordon. Elles sont alimentées de dons gratuits et volontaires et leur visée est 'allogénique' : le donneur et le receveur sont distincts et non apparentés. Actuellement, 64 pour cent des unités de sang de cordon greffées en France proviennent de l'étranger selon l'Agence de la biomédecine (ABM) : les médecins font appel à des registres étrangers lorsqu'ils ne trouvent pas de greffon compatible dans les banques françaises. D'ici à 2013, 25 millions d'euros seront investis dans le cadre du plan cancer afin de développer de nouvelles banques de stockage en France et obtenir 30 000 unités de sang de cordon.

Alors que des banques privées à visée commerciale cherchent à s'installer dans l'hexagone en évoquant l'actuelle 'pénurie' de greffons, et en proposant la conservation autologue de sang de cordon, plusieurs praticiens, notamment les greffeurs de moelle, s'y opposent et l'ABM affirme que cette pratique est aujourd'hui 'sans fondement scientifique et donc inutile'.

L'association CorDon Source de vie a un projet différent car il s'agit de monter des banques gratuites offrant la possibilité d'un don apparenté aux familles qui peuvent en avoir besoin. Le sang de cordon d'un enfant pourra donc être stocké 'avec l'espoir de traiter son frère ou sa soeur'. Comme l'explique le Pr. Gluckman, le projet reste dans le cadre de la greffe allogénique mais permet, en utilisant un cordon apparenté, d'augmenter 'de manière sensible les chances de guérison'. Elle ajoute que les efforts seront d'abord concentrés sur 'la drépanocytose, une maladie héréditaire de l'hémoglobine, qui touche les enfants d'origine africaine qui sont relativement nombreux en France'."

La Croix (Pierre Bienvault) 25/05/10
http://www.genethique.org

"Agen. Sensibilisation au don d'organes"

http://www.ladepeche.fr

Limoges : le grand prix de la communication pour la campagne prévention AVC

LIMOGES - "Le CHU de Limoges et l'Agence Régionale de Santé (ARS) Limousin, ont remporté le grand prix de la communication hospitalière 2010 pour la campagne de prévention des AVC menée en région Limousin en 2009. Le trophée a été remis mercredi 19 mai à Hôpital Expo par Gérard Vincent, délégué général de la Fédération Hospitalière de France (FHF), à Hamid Siahmed, directeur général du CHU de Limoges.

Tous les ans, les prix de la communication hospitalière récompensent les établissements de santé ayant mis en place des initiatives de communication innovantes et / ou à fort impact. Le jury composé de professionnels de la communication et d'acteurs du monde sanitaire et social a remis cette année 4 prix :
- le grand prix de la meilleure action de communication doté de 5000 €.
- le 1er prix de la communication hospitalière doté de 3000 €.
- deux prix 'mention spéciale' du jury dotés de 1000 € chacun.

Une cinquantaine de dossiers de candidature avaient été déposés pour cette édition.

Gérard Vincent, délégué général de la FHF a salué la variété et la cohérence des actions conduites (affiches, relations presse, objets publicitaires, web, spots radios, encarts presse…) conjointement par l'ARS et le CHU de Limoges. L'augmentation consécutive à la campagne d'information, du nombre d'appels au Centre 15 pour signaler des suspicions AVC, et l'accroissement d'activité de l'Unité Neuro-Vasculaire du CHU ont aussi convaincu les jurés de l'efficacité de ces actions.

Cette campagne avait été menée suite au constat que trop de personnes victimes ou témoins de symptômes d'un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) ne savent pas les reconnaître, ou en négligent la gravité. Une surmortalité des victimes d'AVC est par ailleurs observée en Limousin par rapport à l'ensemble du pays.

Des personnes ont tendance à attendre 'que ça passe', testent l'automédication, prennent rendez-vous chez des professionnels de santé ne pouvant prendre en charge un AVC ... alors que les chances de survie ou de diminuer les séquelles sont directement en lien avec la réactivité de la prise en charge par des spécialistes."

Pour plus d'informations contacter :
Direction de la Communication
2 Avenue Martin Luther-King
87042 Limoges
Téléphone : 05.55.05.62.49
Fax : 05.55.05.66.88
email : Philippe.Frugier@chu-limoges.fr

Source :
La Lettre "Réseau-CHU"
N° 522 - 25 mai 2010

Lyon : 1er programme de recherche infirmière : un projet du CHU de Lyon retenu

"Afin de développer la recherche en soins infirmiers, le Ministère de la Santé a créé, en 2009, un Programme Hospitalier de Recherche Infirmier (PHRI). En 2010, une douzaine de dossiers ont été retenus par le Ministère parmi lesquels un projet de recherche présenté par Bérangère Dufour, infirmière éducatrice en néphrologie au Centre Hospitalier Lyon Sud. Intitulé 'Influence d'une information multidisciplinaire sur l'aide au choix d'une technique autonome de suppléance de l'insuffisance rénale chronique terminale', il a pour objectif d'évaluer l'apport d'une information conjointe infirmière/psychologue dans la sélection d'une technique de suppléance.

La Ministre de la Santé rencontrera personnellement les participants à ce programme de recherche, une première en France, le 25 mai prochain et témoignera ainsi de son attachement à ce que la recherche en soins infirmiers prenne son essor.

L'information du patient en insuffisance rénale chronique est une étape indispensable de sa prise en charge pour améliorer la connaissance de la maladie et pour le rendre acteur de sa maladie. Cette information est particulièrement cruciale lors du choix d'un traitement de suppléance. Il existe en effet différentes techniques d'épuration extra rénale : La dialyse : le sang du patient est filtré par une machine (circulation extra-corporelle) qui remplace le rein. Elle doit être effectuée 3 fois par semaine pendant 4h dans un centre dédié. L'autodialyse est rare, elle peut être réalisée à domicile mais exige la présence d'un tiers pendant l'intervention. La dialyse péritonéale (DP): l'épuration sanguine s'effectue à l'intérieur de l'organisme, en injectant un liquide dans la cavité péritonéale (dans le ventre). Ce liquide va, petit à petit, se charger de tous les déchets puis être évacué.
La prescription habituelle chez un adulte est de 4 échanges quotidiens. Le patient effectue lui-même les manipulations, à son domicile. L'information sur ces techniques est habituellement faite par le médecin néphrologue et par l'infirmière éducatrice du service.

Le choix dépend d'abord du choix du patient, de critères médicaux mais aussi psycho-sociaux et environnementaux. Des freins psychologiques peuvent être exprimés en fonction de la représentation que se fait le patient de sa maladie et de son image corporelle.

Le projet de recherche consiste à proposer à certains patients une information conjointe par une infirmière et un psychologue à chaque étape du processus d'information du patient et de son entourage sur le choix d'une technique autonome, en particulier la dialyse péritonéale. Une autre catégorie de patient aura la même information donnée seulement par l'infirmière éducatrice.

88 patients pour chaque groupe seront inclus dans l'étude pour une durée de 2 ans. L'hypothèse est de passer d'un taux de 13 pour cent de patients ayant choisi la dialyse péritonéale dans le groupe infirmière seule à 30 pour cent pour le versus infirmière et psychologue. Les critères de jugement secondaires sont la description des caractéristiques médicales et socio-économiques et environnementales des patients associées au choix d'une des techniques et l'identification de facteurs d'amélioration dans l'information des patients pour les aider à choisir la technique qui correspond le mieux à leur choix de vie et si possible à une meilleure autonomisation. L'étude sera financée à hauteur de 31 395 EUR. Les résultats sont attendus en 2012."

Pour plus d'informations contacter :
Responsable de la Communication
Hospices civils de Lyon - 3, quai des célestins
69229 Lyon cedex
Téléphone : 04 72 40 70 30
Fax : 04 72 40 72 30
email : emmanuelle.valemblois@chu-lyon.fr

Source :
La Lettre "Réseau-CHU"
N° 522 - 25 mai 2010

"Le don d'organes leur a sauvé la vie"

"Un groupe d'apprentis de bac pro travaux paysagers en 2e année au Centre de formation des apprentis (CFA) de La Brie vient d'organiser à l'amphithéâtre du lycée, dans le cadre d'un module de communication visuelle, une réunion-débat sur le thème du don d'organes avec la participation de MM. Maury et Chambriat, tous deux greffés, venus témoigner de leur expérience et de l'importance du don.

Trois mois de préparation
Ce moment était, pour les apprentis, l'aboutissement d'un travail de trois mois au cours desquels ils ont pu s'informer, questionner leur entourage, réaliser un micro-trottoir et recueillir des témoignages afin d'organiser cette rencontre.

Les apprentis et lycéens présents à ce débat ont été très sensibles aux témoignages, surtout quand un des intervenants greffés a précisé : 'Je tiens à remercier mon donneur. Je pense à lui, je vis avec lui. Sans lui, aujourd'hui, je ne serais pas là.'

Il a insisté sur la nécessité de se faire établir une carte de donneur.

Belle initiative pour cette classe de 2e année qui a aussi participé à la création d'un bassin paysager, à l'entrée du bâtiment du CFA-CFPPA de La Brie, et à des démonstrations de broyage sur le site pendant la journée portes ouvertes de l'établissement."

Monbazillac · Dordogne

http://www.sudouest.fr

Chine : le trafic d’organes en procès

21 mai 2010 - Par Thierry MONOD - "La cour de justice de Pékin juge actuellement un homme pour trafic d’organes rapporte le journal Taipei News, mettant en lumière ce trafic dans un pays où les patients en attentes de greffes sont évalués à 1,5 millions d’individus. En regard de ce chiffre, seulement 10 000 transplantations sont officiellement pratiquées chaque année.

Une moitié de foie se négocie 5 300 euros et une opération de transplantation clef en main coûterait 18 000 euros selon les informations fournies par un autre trafiquant jugé le mois dernier.

En 2007, la Chine a interdit la transplantation d’organe de donneurs vivants excepté pour ceux provenant des épouses, de la famille ou des enfants adoptés. Les trafiquants risquent jusqu’à 5 ans de prison. 'Je crois que j’aidais des gens, pas que je leur faisait du mal' a déclaré l’un des trafiquants, Liu Qiangsheng, Liu est entré dans ce trafic après avoir lui-même vendu la moitié de son foie en 2008 pour payer les soins médicaux de son père. Le frère du receveur de son foie lui a alors demandé d’autres organes : 'j’ai sauvé la vie de celui qui a reçu mon foie, il n’avait que 30 ans, je ne le regrette pas' déclara t-il encore lors de son procès.

Les donneurs, ou plutôt les 'vendeurs d’organes' le font volontairement. Du fait de ce trafic, les donneurs vivants représenteraient 40% des dons d’organes contre seulement 15% il y a 4 ans. La majorité des organes transplantés en Chine viennent toujours de prisonniers exécutés."

Source :
http://www.docbuzz.fr

"Des règles européennes pour faciliter les dons d'organes et la transplantation"

"Les personnes nécessitant des greffes de foie ou d'autres dons d'organe devraient bénéficier de périodes d'attente plus courtes, grâce au Parlement européen qui a approuvé une directive sur les normes de qualité et de sécurité des organes humains destinés à la transplantation.

La directive couvre tous les stades de la chaîne, du don à la transplantation, et prévoit une coopération entre les États membres. Le PE a également adopté une résolution sur le plan d'action de la Commission concernant le don d'organe.

Au cours des 50 dernières années, la transplantation d'organe est devenue une pratique établie dans le monde entier et représente souvent le seul traitement possible pour certains patients. Cependant, les files d'attente sont longues - environ 60 000 patients sont actuellement sur les listes d'attente dans l'UE - et tous les jours 12 personnes meurent alors qu'elles figurent sur une liste. Il était nécessaire d'établir des normes de qualité et de sécurité communes de l'UE pour faciliter le don, la transplantation et l'échange d'organes des Etats membres. Le compromis conclu avec le Conseil a été adopté par 643 voix pour, 16 voix contre et 8 abstentions. Miroslav Mikolášik (PPE, SK) est le rapporteur du Parlement pour cette directive.

Garanties de qualité et de sécurité

Une étape clé est de désigner l'autorité compétente dans chaque pays responsable des normes de qualité et de sécurité pour les organes humains destinés à la transplantation. Ces autorités devront établir des règles couvrant toutes les étapes du don à la transplantation ou à l'élimination, basée sur les normes de qualité et de sécurité fixées dans la directive. Les États membres pourront garder ou introduire des règles plus rigoureuses s'ils le souhaitent.

Les autorités approuveront les organismes d'obtention et les centres de transplantation, mettront en place des systèmes de gestion et de rapports sur les réactions indésirables graves, recueilleront des données sur les résultats des transplantations d'organes et superviseront les échanges avec les autres États membres et pays tiers.

Traçabilité assurée

Les États membres veilleront à ce que tous les organes obtenus, attribués et transplantés sur leur territoire fassent l'objet d'une traçabilité du donneur au receveur et inversement, de manière à protéger la santé des donneurs et des receveurs. En outre, la confidentialité et la sécurité des données seront assurées. La directive prévoit également des données minimales qui, en règle générale, devront être collectées pour chaque don, mais des exceptions seront possibles si l'analyse bénéfice-risque montre que les avantages escomptés l'emportent sur les risques.

Le compromis demande également aux États membres de veiller à ce que le personnel de soins de santé impliqué soit adéquatement 'qualifié ou formé et compétent'.

Donneurs vivants et lutte contre le trafic d'organe

Selon les amendements de compromis, les États membres devront assurer la protection la plus élevée possible des donneurs vivants. Les dons d'organes humains doivent être 'volontaires et non payés' mais les députés ont ajouté que 'le principe de non-paiement n'empêchera pas les donneurs vivants de recevoir un dédommagement, à condition qu'il soit strictement limité à compenser les dépenses et la perte de revenus consécutifs au don'. Les États membres doivent également interdire la publicité ou toute mise à disposition d'organes humains qui impliquerait un gain financier.

Coopération entre les États membres

Pour faciliter la coopération, la Commission mettra en place un réseau d'autorités compétentes et établira des procédures pour la transmission des informations entre États membres. Ils pourront également conclure des accords avec les organisations européennes d'échange d'organes et leur déléguer les tâches liées à l'échange d'organes.

Une fois la directive approuvée, les États membres devront la transposer dans leur législation nationale dans un délai de deux ans suivant son entrée en vigueur.

Plan d'action sur le don et la transplantation d'organe (2009-2015)

Dans un rapport d'initiative distinct d'Andres Perello Rodriguez (S&D, ES), les députés accueillent favorablement un plan d'action de la Commission sur le don d'organe. Ils soulignent que la désignation de coordinateurs de donneurs de greffe dans chaque hôpital ainsi que l'échange d'information et de meilleures pratiques aideront des pays à faible disponibilité d'organe à améliorer leurs taux de don.

Les députés invitent les États membres à envisager de donner à des citoyens l'option de rejoindre un registre de donneurs lorsqu'ils demandent un passeport ou un permis de conduire et à inclure des références sur ces documents permettant d'identifier le détenteur en tant que donneur d'organe potentiel. Les États membres devraient envisager la possibilité d'une inscription en ligne dans des registres nationaux et/ou européens. De plus, les députés souhaitent que la Commission examine l'élaboration d'un système qui prendrait en compte les souhaits exprimés par les citoyens dans le plus grand nombre possible d'États membres.

La résolution a été adoptée à main levée."

http://www.secteurpublic.fr

Les eurodéputés adoptent une directive sur les dons d'organes

"Les députés européens ont adopté à une large majorité une directive destinée à encourager les dons d'organes au sein de l'Union européenne et à augmenter le nombre et la qualité des transplantations.

Les députés européens ont adopté mercredi à une large majorité une directive destinée à encourager les dons d'organes au sein de l'Union européenne et à augmenter le nombre et la qualité des transplantations.

La directive vise à rendre les organes disponibles sur l'ensemble du territoire de l'UE et à normaliser les procédures et la traçabilité des dons d'organes.

'Le vote d'aujourd'hui est une étape importante pour plus de 50.000 patients européens qui attendent une transplantation d'organe', a déclaré John Dalli, commissaire européen à la Santé et à la Consommation.

'C'est essentiel pour faire en sorte que les citoyens européens qui ont besoin d'une transplantation d'organe puissent bénéficier des meilleures conditions possibles de qualité et de sécurité'.

Il revient maintenant aux Etats membres d'appliquer les dispositions de la directive en les transposant dans leurs lois. Ils disposent pour cela d'un délai de deux ans.

Le Parlement européen a par ailleurs adopté une résolution invitant les Etats membres à proposer à leurs ressortissants de s'inscrire dans un registre des dons d'organes à l'occasion, par exemple, d'une demande de papiers d'identité. Il pourrait ainsi être mentionné sur leur carte d'identité ou sur leur permis de conduire qu'ils acceptent de donner un organe."

Vincent Chauvet, Nicole Dupont pour le service français
http://www.lepoint.fr

La recherche clinique face à la mondialisation

"L'hôpital devient le lieu essentiel de la recherche biomédicale, et les partenariats entre hospitalo-universitaires et industriels sont au coeur d'une intense compétition mondiale."

"'Médecine et biologie sont liées. Il n'existe pas d'exercice médical sans la compréhension des mécanismes des maladies et des médicaments et pas de recherches sur les maladies sans les concepts et les techniques de la biologie fondamentale.' Derrière cette sentence se cache une réalité qui se vérifie tous les jours. La recherche biomédicale se pratique de plus en plus 'au lit du malade', en associant des médecins hospitaliers, des biologistes et des industriels de la pharmacie. La multiplication des partenariats entre ces acteurs de la santé confirme cette nouvelle tendance ('Les Echos' du 16 avril). Là encore, la compétition est devenue mondiale et seuls les hôpitaux disposant de plates-formes d'analyse moléculaire de très haut niveau et de spécialistes de talent resteront dans la course. A la clef, la participation aux essais préliminaires où les thérapies novatrices sont expérimentées pour la première fois in vivo.
Tout le monde semble trouver son compte dans cette nouvelle donne. Les médecins se réapproprient les phases exploratoires à forte valeur ajoutée, et les laboratoires pharmaceutiques se concentrent sur le développement des molécules. 'Cette approche de type gagnant-gagnant conditionne la qualité des progrès thérapeutiques en cancérologie', résume le professeur Jean-Charles Soria, de l'Institut Gustave-Roussy à Villejuif près de Paris.
Tous les grands hôpitaux français se préparent à cette mue historique qui redonne tout son sens au concept du centre hospitalier universitaire (CHU), créé en 1958 par Michel Debré. 'Les professeurs des hôpitaux universitaires sont sélectionnés et payés pour remplir une triple mission incluant la recherche. Se limiter aux soins, c'est répondre aux besoins des malades d'aujourd'hui, mais c'est renoncer à participer aux progrès de la médecine, contre l'intérêt des malades de demain', indique Philippe Even, de l'Institut Necker, dans son enquête sur la recherche biomédicale hexagonale ('Les Echos' d'hier).

Super-CHU

Selon ce document, la France compte aujourd'hui à peine une quarantaine de sites de recherche biomédicale de classe internationale, dont une quinzaine de facultés de médecine. Ce classement révèle un fait alarmant. Près de la moitié des CHU (18) ne sont pas de niveau international, voire 'très en deçà en valeur absolue comme en valeur relative'. Ce problème est connu depuis longtemps. Il est le résultat d'un état d'esprit et d'une culture médicale que dénonce le médecin Even. 'Beaucoup de cliniciens, plaidant pour eux-mêmes, prétendent que la qualité des soins est sans rapport avec les activités de recherche clinique ou biologique. Dès lors, la recherche serait une activité de luxe inutile aux malades et qui détournerait les médecins des activités de soin.'
Plutôt que de trancher dans le vif en rappelant à l'ordre les CHU défaillants, le gouvernement a préféré ajouter une couche au millefeuille du système hospitalier actuel : les instituts hospitalo-universitaires (IHU). Cinq super-CHU seront prochainement installés pour 'participer de manière active à l'innovation industrielle en accroissant ses liens avec la recherche privée'. Près de 850 millions d'euros issus du grand emprunt vont alimenter ces nouvelles cathédrales de la santé qui devront 'offrir un niveau d'excellence internationale en matière de soins, de recherche et d'enseignement'.
Selon le rapport établi par Jacques Marescaux, ces IHU auront un statut spécifique (des fondations de coopération scientifique), leur comité de direction aura une liberté de manoeuvre totale et ils devront mobiliser une masse critique de talents (plus de cent). Ce concentré d'excellence d'inspiration anglo-saxonne bénéficiera d'un avantage exclusif qui demande confirmation : leur patron devra 'être une personnalité charismatique reconnue dans le monde de la santé et de la recherche'.
En attendant, le bilan dressé par l'Institut Necker montre que l'activité scientifique déployée par les 4.000 PU-PH (professeur des universités-praticiens hospitaliers) est très variable. Environ 1.500 d'entre eux travaillent dans les 350 unités de l'Inserm et mènent une 'activité scientifique mesurable'. De cette minorité, 170 ont atteint un très bon niveau et une cinquantaine ont rejoint l'élite mondiale. A l'autre bout du spectre, la situation est très préoccupante. '1.700 PU-PH, c'est-à-dire 42 % du total, ne publient rigoureusement rien et ne remplissent donc pas leur mission statutaire de recherche'. Dans la réalité, il est difficile de se couper en trois et la recherche est souvent sacrifiée au profit des deux activités jugées prioritaires par les universitaires : les soins et l'enseignement. 'La charge des soins est devenue très lourde', admet Philippe Even.

Champions hexagonaux

Mais selon cet expert, la créativité des hospitalo-universitaires est en baisse constante. 'La plupart des PU-PH cliniciens se sont mis à la remorque de l'Amérique et se bornent à répéter ou à participer de façon minoritaire à des travaux collaboratifs d'un conformisme affligeant.' Cette baisse de niveau a un impact direct sur le nombre d'essais cliniques de phase I confiés à des sites français. A part la cancérologie, dont l'image de marque reste forte, la recherche clinique hexagonale perd du terrain. 'Presque toutes les percées cliniques, diagnostiques ou thérapeutiques de ces trente dernières années viennent d'ailleurs', indique l'enquête de l'Institut Necker.
Malgré ce climat, l'Hexagone possède d'incontestables champions dont certains sont devenus des personnalités. Des grands chirurgiens comme Alain Carpentier, Laurent Lantiéri, Jacques Marescaux, Jean-Michel Dubernard, Laurent Sedel ou Bernard Devauchelle et de nombreux spécialistes qui ont réalisé des percées fondamentales : Alain Fischer, Patrick Aubourg et Marc Peschanski, devenus des stars mondiales de la thérapie génique.

Des succès qui ne suffisent pas pour affronter la très forte concurrence mondiale qui se profile à l'horizon. 'Peut-être avons nous commis une erreur en universitarisant, entre les années 1960 et 1990, des milliers de médecins, certes cliniquement excellents, mais qui n'avaient ni la formation scientifique, ni la fibre universitaire, ni celle de la recherche. Ils font de notre corps de PU-PH un ensemble très hétérogène. Il est six fois supérieur en nombre à celui des années 1960, et trois fois supérieur à celui de l'Angleterre d'aujourd'hui', conclut le professeur parisien."

ALAIN PEREZ, Les Echo

"Recherche publique : le classement qui accuse"

La recherche biomédicale française en panne

"Le nouveau classement des chercheurs français dans les sciences du vivant confirme la perte d'influence de la recherche académique hexagonale. Depuis neuf ans, les 12.000 scientifiques français ne cessent de perdre du terrain face à leurs concurrents.
La France compte environ 12.000 chercheurs publics en poste dans les sciences du vivant. Cette communauté exerce dans des organismes nationaux comme le CNRS, l'Inserm ou l'Institut Pasteur, des facultés de médecine de type Cochin, la Pitié-Salpêtrière ou Necker, des hôpitaux dont Gustave-Roussy ou Curie et des institutions telle l'Ecole normale supérieure. La recherche biomédicale est la discipline scientifique qui totalise la production de connaissances la plus élevée et la concurrence la plus intense. Tous les jours, des milliers de résultats ou de données cliniques s'ajoutent au fonds mondial et une vingtaine de pays mènent des activités significatives. Mesurer et classer les travaux des spécialistes français est une tâche colossale.

C'est l'objectif que s'est fixé le professeur Philippe Even, président de l'Institut Necker à Paris. Quatre ans de travail pour évaluer l'activité individuelle des biologistes hexagonaux, en pointant à la main leurs publications dans les principales revues du secteur entre 2000 et 2009. Ces magazines restent des références incontestables. Décrocher une page dans 'Science', 'Nature', 'Cell' ou dans les 'PNAS' demeure une garantie quasi certaine de notoriété et, pour l'auteur principal, une source d'invitations dans les grands congrès. Ce bilan va susciter critiques et dénis dans un pays où l'évaluation des chercheurs basée sur la bibliométrie est mal vue et perçue comme une sanction voire une discrimination. L'Académie des sciences et l'agence d'évaluation (Aeres) entretiennent avec ambiguïté cette exception française en minimisant régulièrement l'importance de ce mètre étalon universel défavorable aux couleurs nationales.

Concours permanent
Sans être parfait, cet indicateur reste le plus utilisé et le plus fiable. 'La valeur d'une recherche se mesure par sa capacité à être publiée dans les revues internationales les plus sélectives, qui organisent une sorte de concours permanent. C'est l'instrument clef de toute politique scientifique', indiquait, en 2008, un collectif de 25 chercheurs français d'excellence réunis autour de Thomas Piketty. 'L'évaluation n'est pas destinée à sanctionner mais à repérer les meilleurs', complète Philippe Even. Les données, disponibles sur le site des 'Echos', reflètent donc le niveau hexagonal. Pas de doute : il y a péril en la demeure. 'Le déclin s'accélère', estime Philippe Even. La part des travaux d'origine française dans 'Nature' a baissé de 40 pour cent, dans 'Cell' de 71 pour cent et la chute dans 'Nature Neurosciences' atteint 80 pour cent.

Plusieurs facteurs expliquent cette dégringolade. Un dirigisme d'Etat toujours très pesant, une culture de la recherche inexistante chez les décideurs, le pouvoir d'influence souterrain des grands corps d'ingénieurs, qui ne vivent que par les 'grands programmes', des structures et des organismes publics trop rigides, des financements insuffisants, un saupoudrage des crédits dans une multitude de petits centres peu actifs, près de 30 pour cent des effectifs démotivés. 'Nos chercheurs d'excellence restent excellents, mais ils sont de plus en plus pauvres et sous-équipés', résume l'Institut Necker.

Deux grands mouvements ont marqué les sciences du vivant au cours des vingt dernières années. D'abord, l'explosion des savoirs. Il y a peu, la représentation de la cellule humaine se limitait à une membrane, à un noyau et à quelques messagers commandant les circuits internes.

Mercenaires de la science
Actuellement, il est pratiquement impossible de décrire la dynamique des dizaines de milliers de composants qui interagissent entre eux. Résultat de cette hypercomplexité : la biologie est devenue une 'big science' exigeant, à l'image de la physique des particules, des instruments lourds et coûteux. La seconde nouveauté est la multiplication des prétendants. Des équipes suisses, danoises, australiennes voire coréennes ou chinoises rivalisent désormais avec les grandes puissances historiques. L'exemple de Singapour est révélateur. En débauchant des spécialistes de renom, la ville-Etat a mis sur pied une cité scientifique ultramoderne (Biopolis) en passe de devenir un modèle du genre.

La science n'a évidemment pas de frontières et les talents sont très courtisés. Certains sont devenus des mercenaires, n'hésitant pas à traverser la moitié de la planète pour diriger un laboratoire bien doté. Cette mondialisation accentue la plongée hexagonale. 'La plupart des grandes percées se font hors de France', constate avec amertume Philippe Even. L'Hexagone est toujours au cinquième rang mondial en termes de production brute. Mais il recule au treizième rang quand on utilise l'indice mesurant l'appréciation de ces travaux par la communauté mondiale. De surcroît, les chercheurs français sont peu présents dans les sujets chauds du moment : cellules souches induites, ARN interférents, analyse des génomes entiers (GWA). A plusieurs reprises, 'Science' et 'Nature' se sont inquiétés de cette chute d'une nation qui tenait le haut du pavé dans les années 1960, du temps des Jacob, Monod et Lwoff.

Environ 900 chercheurs sur 12.000 tirent leur épingle du jeu et une centaine sont de classe internationale. Parmi ces locomotives figurent Pierre Chambon, Miroslav Radman, Jean-Pierre Changeux, Alain Fischer. Mais ces vedettes, qui entretiennent une relation quasi obsessionnelle avec leur discipline, doivent composer avec une administration méfiante, tatillonne et, pour être clair, radine. En queue de peloton, près de 3.000 chercheurs statutaires ont visiblement baissé les bras et plombent la vitesse moyenne du train de la recherche biomédicale française.

Selon le professeur parisien, 'toujours plus d'argent et toujours plus de postes n'est pas la solution'. Il faudrait d'abord réformer la gouvernance et la formation, qui ankylosent l'existant. Certes, le biomédical français ne roule pas sur l'or et cette faiblesse est ancienne. Mais cette maladie chronique n'explique pas tout. La production scientifique du Royaume-Uni dépasse de 30 pour cent celle de la France. Et l'écart augmente avec le niveau de qualité. Dans les 5 pour cent de découvertes majeures, les Britanniques produisent 40 pour cent de plus que leurs collègues français. Philippe Even en tire une conclusion alarmante. 'Plus on élève la barre de l'excellence, plus l'écart se creuse avec les premiers.'"

ALAIN PEREZ, Les Echos

==> Les principaux classements sur lesechos.fr/document


"Les chiffres clefs de l'enquête
· La production scientifique des 12.000 chercheurs hexagonaux spécialisés dans les sciences du vivant a été analysée par l'Institut Necker entre 2000 et 2009.
· Près de 3.000 chercheurs dits 'non publiants' n'ont jamais publié d'article dans les revues internationales en langue anglaise, seules prises en compte par l'enquête, et ne sont donc pas classés.
· Les 9.000 autres chercheurs dits 'actifs' ont publié ou participé à la rédaction de 200.000 articles pendant la période considérée.
· Les 900 meilleurs chercheurs français (10 pour cent des actifs) ont publié à eux seuls 60 pour cent du total des publications françaises.
· Selon cette enquête, 1 pour cent des chercheurs (environ une centaine) font partie de l'élite mondiale, 10 pour cent sont qualifiés d'excellents et 25 pour cent possèdent un niveau 'de qualité'.
· Près de 70 pour cent des chercheurs (6.300) ont un niveau d'activité très faible et ne recueillent que 10 pour cent du total des citations.
· Les citations des meilleurs chercheurs français dans les 12 journaux mondiaux de référence sont voisines de celles de leurs équivalents américains ou anglais.
· La France représente 5 pour cent du total des citations mondiales en sciences biomédicales contre 13 pour cent pour le Royaume-Uni et 9 pour cent pour l'Allemagne.
· L'enquête estime que ces résultats suggèrent indirectement qu'aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni le niveau de base des chercheurs est deux fois meilleur.
· Depuis 1945, la France a recueilli 14 Nobel en sciences contre 51 à l'Angleterre, 32 à l'Allemagne et 241 aux Etats-Unis.
· Entre 2000 et 2008, les étudiants choisissant les filières scientifiques sont passés de 185.000 à 150.000 (- 20 pour cent) et ceux qui ont retenu la filière biologie et géosciences sont passés de 85.000 à 70.000 (- 18 pour cent).
· En 2007, la France consacrait 570 euros par habitant à la recherche (toutes disciplines confondues) contre 1.000 euros par habitant aux Etats-Unis, 670 euros en Allemagne et 500 euros en Angleterre."

Source :

Les Echos

"Des champions hexagonaux méconnus"

"Selon l'enquête de l'Institut Necker, sur les 900 chercheurs français de niveau international, une centaine font partie de l'élite. Un petit groupe de biologistes discrets dont les noms sont méconnus du grand public.
Pierre Chambon, Guido Kroemer, Stanislas Dehaene, Christine Petit, Alain Fischer, Jean-Laurent Casanova, Didier Raoult, Michel Haissaguerre, Philippe Menasché, Louis-Alim Benabid. Qui connaît ces noms en France ? Pourquoi tout le monde est au courant des faits et gestes de Jérôme Kerviel et personne n'a entendu parler des découvertes de ces biologistes qui font tous partie des leaders mondiaux de leur discipline ? L'enquête menée par Philippe Even à l'Institut Necker classe près de 900 chercheurs des sciences de la vie (sur un total de 12.000 en poste en France) dont les travaux ont retenu l'attention de la communauté mondiale.

Ce bilan prend en compte le nombre de citations parues dans les plus grands journaux scientifiques ou médicaux du monde (tous de langue anglaise). Un progrès thérapeutique mis en évidence dans un laboratoire peut ainsi être cité quelques centaines de fois dans la littérature. Mais une découverte majeure ou un concept original fait véritablement exploser les compteurs et peut atteindre les 10.000 citations accumulées sur plusieurs années.

Ce classement établit une hiérarchie graduée en six niveaux d'excellence au sein d'une vingtaine de spécialités différentes comme la biologie moléculaire, la biologie structurale, la génomique fonctionnelle, les neurosciences, l'immunologie ou la cancérologie.

L'auteur a également signalé l'appartenance des chercheurs qui font partie du monde hospitalo-universitaire (PU-PH) ou les salariés d'un établissement public (CNRS, Inserm, CEA) ou semi-public ((Institut Pasteur, Institut Curie). Il prend également en compte le statut d'auteur principal qui marque en fait 'le vrai père' des travaux. Les premiers de la liste (niveau 1) sont toujours des chercheurs confirmés. Mais cette enquête permet également de repérer des jeunes scientifiques dont les premiers travaux ne sont pas passés inaperçus (niveaux 4, 5 ou 6).

Poids des grands
Plusieurs dizaines de chercheurs ont dépassé le seuil mythique des 1.000 citations au cours de leur carrière. Outre les chercheurs cités plus haut, on trouve parmi ces champions les habituels intervenants des congrès médicaux régulièrement mis en avant par l'organisme auquel ils appartiennent. C'est le cas de Marie France Carlier, spécialiste au CNRS des moteurs moléculaires, qui décroche 1.800 citations, Dino Moras (IGBMC de Strasbourg, 2.650), Geneviève Almouzni (Institut Curie, 1.630), Jean-Marc Egly (IGBMC Strasbourg, 1.280), Alexis Brice (Salpétrière, 2.960), Arnold Munnich (Necker, 4.050), Jules Hoffmann (IBMC Strasbourg, 3.350), Maxime Dougados (Cochin, 4.650) ou encore Yves Agid (Salpêtrière, 3.600).

Ce palmarès confirme deux tendances lourdes. Tout d'abord, la prédominance des hommes et ensuite le poids des grandes institutions. La majorité des très bons chercheurs exercent dans les grands centres nationaux. Parmi les vingt premiers sites de recherche biomédicale hexagonale toutes disciplines confondues, douze sont situés dans la région parisienne, deux à Strasbourg, deux à Marseille, deux autres à Lyon, un à Nice et un à Lille. Cette short-list comprend huit facultés de médecine (dont six parisiennes) et douze centres de recherche des grands organismes."

A. P., Les Echos

Brest : Journée européenne des droits des patients

BREST - "Le 9 avril dernier, le CHRU a reçu le Prix 2010 des droits des usagers du système de santé suite au concours organisé pour la première fois par le Ministère de la Santé et des Sports. Ce prix récompense la démarche collective (réanimation médicale/Comité d'éthique/Espace éthique de Bretagne Occidentale) d'évaluation de la mise en oeuvre de procédures institutionnelles de désignation de la personne de confiance et de rédaction des directives anticipées* au CHRU de Brest.

Cette évaluation menée un an après la diffusion des protocoles, la formation de 400 membres du personnel, la communication de documents et affiches à l'attention des patients permettra de mesurer l'appropriation de la démarche, la diffusion de l'information aux patients et les éventuelles mesures correctrices. Cette évaluation sera suivie d'une nouvelle campagne de communication et de nouvelles sessions de formation.

Désignation de la personne de confiance
Article L. 1111-6 du code de la santé publique (loi du 22 avril 2005)Toute personne majeure peut désigner une personne de confiance qui peut être un parent, un proche ou le médecin traitant, et qui sera consultée au cas où elle-même serait hors d'état d'exprimer sa volonté et de recevoir l'information nécessaire à cette fin. Cette désignation est faite par écrit. Elle est révocable à tout moment. Si le malade le souhaite, la personne de confiance l'accompagne dans ses démarches et assiste aux entretiens médicaux afin de l'aider dans ses décisions. Lors de toute hospitalisation dans un établissement de santé, il est proposé au malade de désigner une personne de confiance dans les conditions prévues à l'alinéa précédent. Cette désignation est valable pour la durée de l'hospitalisation, à moins que le malade n'en dispose autrement.
Les dispositions du présent article ne s'appliquent pas lorsqu'une mesure de tutelle est ordonnée. Toutefois, le juge des tutelles peut, dans cette hypothèse, soit confirmer la mission de la personne de confiance antérieurement désignée, soit révoquer la désignation de celle-ci.

Rédaction des directives anticipées
Article L1111-11 -(inséré par Loi nº 2005-370 du 22 avril 2005 art. 7, art. 10 I Journal Officiel du 23 avril 2005)
Toute personne majeure peut rédiger des directives anticipées pour le cas où elle serait un jour hors d'état d'exprimer sa volonté. Ces directives anticipées indiquent les souhaits de la personne relatifs à sa fin de vie concernant les conditions de la limitation ou l'arrêt de traitement. Elles sont révocables à tout moment. A condition qu'elles aient été établies moins de trois ans avant l'état d'inconscience de la personne, le médecin en tient compte pour toute décision d'investigation, d'intervention ou de traitement la concernant. Un décret en Conseil d'Etat définit les conditions de validité, de confidentialité et de conservation des directives anticipées."

Contact Pr Jean-Michel Boles – Chef de service de réanimation médicale – Co-directeur de l'Espace éthique de Bretagne occidentale
02.98.34.71.81

_____

"Concours sur les droits des patients et usagers du système de santé
Ce concours distingue les expériences exemplaires et des projets innovants qui favorisent la connaissance et la promotion des droits des usagers, qu'ils soient initiés par des établissements, des professionnels ou des associations. En effet,les acteurs de terrain occupent une place privilégiée pour trouver les idées et créer les outils adaptés susceptibles de garantir à ces droits une meilleure visibilité et une meilleure lisibilité.
L'enjeu, aujourd'hui n'est pas tant de créer de nouveaux droits que de faire vivre, concrètement, ceux qui existent.
Pour y parvenir, ces droits doivent être mieux connus des professionnels de santé, afin qu'ils soient en mesure non seulement de les appliquer, mais aussi de favoriser la connaissance de ces droits auprès des usagers qui les méconnaîtraient ;
Ces droits doivent aussi être promus auprès des patients afin qu'ils puissent se les approprier. Un droit n'existe réellement que s'il est revendiqué et défendu par ses bénéficiaires.
A l'occasion de la première édition de ce concours,70 projets ont été recueillis, sur des sujets très divers, attestant la richesse des idées et des réalisations en la matière, et la vitalité de la démocratie sanitaire.
Le jury, présidé par Françoise Laborde, a distingué 7 projets qui sont récompensés à l'occasion de cette cérémonie de remise des Prix 2010 des droits des usagers du système de santé."

Dans la catégorie "Prix du jury"
Prix "Etablissement" : CHU de Brest
Initiative : Mieux faire connaitre deux droits essentiels des patients : la personne de confiance et les directives anticipées.

Prix "Association"
UNAPECLE (Union nationale des associations de parents d'enfants atteints de cancer ou de leucémie)

Initiative : Organisation d'Etats généraux sur les difficultés rencontrées par les enfants, adolescents et jeunes adultes touchés par le cancer.

Dans la catégorie "Prix spécial du jury"
UHSI (Unité hospitalière sécurisée interrégionale) – CHU de Nancy
Initiative : Création d'une plaquette informative destinée à apporter aux patients incarcérés, sur le fonctionnement de l'établissement de santé et les modalités pratiques d'admission et de séjour.

UNAFAM (Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou
handicapées psychiques)
Initiative : Mise en place de "Service-Jeunes-Proches", pour informer et aider l'entourage jeune des personnes souffrant de troubles psychotiques, afin de mieux gérer les répercussions susceptibles de survenir sur leur propre santé.

Maison des usagers du CH d'Angoulême
Initiative : Projet de réalisation d'un court film destiné à être diffusé dans différents de l'hôpital (salles d'attente, chambres des patients), afin de mieux faire connaitre l'existence et les activités de la maison des usagers.

Dans la catégorie "Bourses d'encouragement"
FNAIR (Fédération nationale des insuffisants rénaux) Pays de Loire
Initiative : Création d'un jeu de carte pour connaître de manière ludique, et accessible, les droits des usagers du système de santé.

Association Sparadrap
Initiative : Projet de création d'un espace Internet pour permettre aux parents de mieux connaître les droits des enfants dans le cadre du système de santé."

Pour plus d'informations contacter :
Responsable de la Communication
CHU de Brest - 5 avenue Foch
29609 Brest Cedex
Téléphone : 02.98.22.39.35
Fax : 02.98.22.34.98
email : isabelle.gourmelen@chu-brest.fr

Source :
La Lettre "Réseau-CHU"
N° 521 - 18 mai 2010

19 mai 2010 : journée mondiale de lutte contre les hépatites !

Pr. Francis Navarro, Chef du service de chirurgie hépato-digestive et de transplantation au CHU de Montpellier, décembre 2009 :

"Je souhaiterais parler de l’extraordinaire pression que constitue la liste des patients en attente de greffe. En France, nombre de patients sont atteints d’hépatite C (nécessitant une greffe). On estime à 600.000 le nombre de patients non dépistés. Demain la liste des patients en attente de greffe de foie va exploser en France !"
(source)

BORDEAUX

Journée mondiale de lutte contre les hépatites : des actions innovantes au CHU de Bordeaux

"A l'occasion de la journée de lutte contre les hépatites, le réseau régional Ville Hôpital et le pôle de référence des hépatites virales du CHU de Bordeaux (Hôpital Haut-Lévêque) présente des actions innovantes en matière de dépistage et de recherche.

Dépistage non-invasif de la gravité l'hépatite le service d'Hépato-Gastroentérologie de l'hôpital Haut-Lévêque a créé le premier centre d'Investigation de la Fibrose hépatique au monde. Il accueille chaque année, plus de 3 500 malades pour une évaluation précise de l'état de leur foie et de la gravité de leur maladie hépatique sans ponction-biopsie du foie grâce à une prise de sang et un examen non-invasif appelé FibroScan. Ces examens indolores sont renouvelés chaque année permettant ainsi de bien suivre l'évolution de la maladie. Ce centre continue d'avancer dans la recherche et dispose maintenant d'une sonde de FibroScan encore plus performante, mise au point à Bordeaux, et qui va désormais être commercialisée dans le monde entier.

nombreux essais thérapeutiques avec de nouvelles molécules non encore commercialisées. Fin 2011, de nouveaux médicaments vont être disponibles pour traiter les hépatites C. Il va s'agir d'une véritable révolution dans la prise en charge de cette maladie puisque le taux de guérison va passer de 45% à l'heure actuelle (avec les médicaments disponibles en 2010) à 75 voire 80% avec ces nouveaux médicaments. Ces nouveaux médicaments ont été essayés au sein du service d'Hépato-Gastroentérologie de l'hôpital Haut-Lévêque ; plus de 2000 malades vont pouvoir en bénéficier dès l'an prochain.

Dépistage et traitement des hépatites virales dans les populations à risque comme les usagers de drogue. Depuis plus de 5 ans, le service d'Hépato-Gastroentérologie de l'hôpital du Haut-Lévêque travaille en collaboration avec le Comité Etude information Drogue de Bordeaux pour améliorer la prise en charge des hépatites virales des usagers de drogues. Cette expérience pilote a fait l'objet de plusieurs publications et cette organisation a servi de modèle à de nombreux centres en France.

Le service d'Hépato-Gastroentérologie développe aussi l'éducation thérapeutique pour les hépatites virales et vient de créer une unité d'éducation thérapeutique permettant aux malades traités ou non traités de rencontrer en plus des médecins, une infirmière spécialisée, une psychologue, des associations de malades et bientôt une diététicienne.

Les hépatites B et C en chiffres…

Des fléaux mondiaux encore largement sous-estimés
- Un être humain sur 12 est porteur chronique d'une hépatite B ou C, soit 350 millions de personnes pour l'hépatite B et 170 millions pour l'hépatite C.
- L'hépatite B se transmet par voie sexuelle et sanguine, il est jusqu'à 100 fois plus contagieux que celui du SIDA. - Selon l'OMS[1], deux milliards de personnes dans le monde ont déjà été en contact avec le virus de l'hépatite B.
- Elle compte parmi les 10 infections les plus meurtrières au monde et représente de très loin la première cause de mortalité par cancer du foie à l'échelle mondiale.
- Le virus de l'hépatite C affecte 3% de la population mondiale. Il se transmet par le contact direct avec du sang ou des fluides corporels contaminés, notamment lors du partage de seringues. Chaque année, 3 à 4 millions de personnes sont infectées dans le monde.
- Les hépatites B et C font plus d'un million de morts par an dans le monde.

En France aujourd'hui

Le plan national de lutte contre les hépatites B et C 2009 - 2012 rappelle qu'environ 280 000 personnes sont porteuses du virus de l'hépatite B et 221 000 de celui de l'hépatite C. Et seules 50% des personnes porteuses d'une hépatite ont connaissance de leur statut sérologique.

Pour lutter contre les hépatites, la Fédération des Pôles de référence et réseaux hépatite (FPRH) rappelLe l'urgence d'un engagement fort et durable à l'échelle mondiale pour l'amélioration du dépistage, des soins et de la recherche contre les hépatites B et C."

Pour plus d'informations contacter :
Directrice de la communication
CHU de Bordeaux - 12 rue Dubernat
33404 Talence Cedex
Téléphone : 05 56 79 53 42
Mobile : Frédérique ALBERTONI
Fax : 05 56 79 48 85
email : frederique.albertoni@chu-bordeaux.fr


-------------------------------------------------
NÎMES

Hépatite, le CHU de Nîmes participe à la campagne d'incitation au dépistage

"A l'occasion de la journée mondiale contre les hépatites virales, le CHU de Nîmes accompagne la campagne 'L'Hépatite, la maladie silencieuse : Dépistez-vous !'. Le 19 mai, médecins et soignants tiendront un stand d'information, d'incitation et d'accompagnement au dépistage des hépatites dans le hall dans le hall de l'hôpital Carémeau. Des rencontres avec les personnes détenues sont également prévues.

Les équipes de l'Unité de Consultations et de Soins Ambulatoires (UCSA) se rendront à la maison d'Arrêt. Cette initiative est menée en partenariat avec les associations AIDES, SOS HEPATITES et le Centre de dépistage Anonyme et Gratuit et avec le soutien de la maison d'Arrêt. Ces échanges font suite à la création groupe de paroles d'éducation thérapeutique pour les personnes porteuses du virus de l'hépatite C.

513 000 personnes porteuses d'une hépatite virale B ou C en France, dont 250 000 sans le savoir.

Plus de 7 000 nouvelles contaminations dont plus de 2 000 sont évitables grâce à la vaccination contre l'hépatite B. Les hépatites B et C, c'est plus de 5 000 morts chaque année en France. En Languedoc Roussillon, on estime que 1.06% de la population présente une sérologie positive aux hépatites B et/ou C. Cela représente environ 27 000 personnes dans la région. (Source: INVS)
Mais seule la moitié des malades connaissent leur statut."

Stand d'informations, d'incitation et d'accompagnement au dépistage des hépatites
Jeudi 19 mai 2010, 13h00 – 17h00
Hall d'accueil du CHU Carémeau Sud

Pour plus d'informations contacter :
Directrice de la communication
CHU de Nîmes - Place du Professeur Robert Debré
30029 Nîmes cedex 9
Téléphone : 04 66 68 30 52
Fax : 04 66 68 34 00
email : anissa.megzari@chu-nimes.fr

Source :
La Lettre "Réseau-CHU"
N° 521 - 18 mai 2010

Une nouvelle technique à l’essai dans l’accident vasculaire cérébral (AVC)

Petit rappel : la plupart des donneurs d'organes sont décédés suite à un accident vasculaire cérébral (AVC).

"Actuellement se met en place dans 7 centres français un essai (étude THRACE) visant à évaluer la thrombectomie solitaire dans le traitement de l'AVC ischémique ..."
Quotidien du Médecin, 19/05/2010

La thrombectomie solitaire testée dans l'AVC
"Un essai clinique se met en place dans 7 centres français afin d'évaluer la thrombectomie solitaire dans l'AVC. Une technique qui consiste, par voie fémorale, à aller accrocher et retirer le caillot. Des résultats préliminaires sont encourageants."
Quotidien du Médecin, 20/05/2010

LYON - AVC : la thrombectomie, technique innovante de retrait du caillot dans le cerveau

"Depuis mars 2010, le service de radiologie interventionnelle de l'Hôpital neurologique du CHU de Lyon participe au premier essai clinique** national pour évaluer une technique mécanique permettant d'enlever le caillot : la thrombectomie. L'acte est moins invasif qu'une chirurgie, il est effectué sous contrôle de l'imagerie et peut être réalisé sans anesthésie générale car il n'est pas ou peu douloureux.

L'équipe de neuroradiologie interventionnelle animée par le Pr. Francis TURJMAN, neuroradiologue ***, introduit une sonde dans l'artère fémorale du patient. Sous contrôle de rayons X, le parcours entre l'artère fémorale et les artères du cerveau est visualisé sur des écrans par l'opérateur médical. Lorsque la sonde arrive au contact du caillot, le neuroradiologue positionne le dispositif de retrait de caillot. L'intervention dure le plus souvent moins d'une heure.

Les résultats préliminaires sur l'efficacité de la recanalisation des vaisseaux sont excellents (plus de 90 %) et pour la première fois la communauté médicale dispose d'une méthode rapide et fiable de réouverture des artères cérébrales.

Traditionnellement, les Accidents Vasculaires Cérébraux ischémiques étaient traités par thrombolyse. Cette technique médicamenteuse consiste à injecter par voie intraveineuse un médicament qui fluidifie le sang et qui permet de désagréger les caillots obstruant une artère cérébrale. Cependant ce protocole comprend un .risque hémorragique de 6 à 7 % et la méthode est moins efficace sur les artères de gros calibre.

Prévalence des AVC en Rhône-Alpes
L'accident vasculaire cérébral touche 30 000 personnes par an en Rhône-Alpes. C'est la troisième cause de mortalité et la première cause de handicap acquis.

* obstruction d'un vaisseau sanguin dans le cerveau
** étude clinique initiée par le CHU de Nancy sur 240 patients L'objectif est de démontrer l'efficacité de la thrombectomie. L'Hôpital Neurologique de Lyon est le CHU qui traite le plus grand nombre d'AVC (750/an), il prendra donc en charge l'échantillon de patients le plus important de l'étude.
*** neuroradiologue : il s'agit d'un médecin spécialisé dans les techniques thérapeutiques par l'intérieur des vaisseaux (endovasculaire) dans le système nerveux."

Pour plus d'informations contacter :
Responsable de la Communication
Hospices civils de Lyon - 3, quai des célestins
69229 Lyon cedex
Téléphone : 04 72 40 70 30
Fax : 04 72 40 72 30
email : emmanuelle.valemblois@chu-lyon.fr

Source :
La Lettre "Réseau-CHU"
N° 521 - 18 mai 2010

Intervention de Gilles Pargneaux sur les dons d’organe en Europe

Cette intervention a eu lieu le 18 mai 2010 au parlement européen de Strasbourg.

http://www.deputes-socialistes.eu