Merci de ne PAS poster de messages concernant la vente d'un organe et comportant des coordonnées téléphoniques, e-mail, etc. La loi française interdit la vente d'organes.

13ème journée nationale du don d'organes : information ou promotion ?

13ème journée nationale du don d'organes


"L'association pour le don d'organes et de tissus humains, France Adot, organise, dimanche 22 juin sa 13ème Journée nationale du don d'organes. Le professeur Christian Cabrol, qui a réalisé la première transplantation cardiaque en Europe en 1968, soutient cette initiative : 'le don d'organes, est un devoir humain, social, immédiat'."

"A l'occasion de cette journée, France Adot demande que soit créé, au même titre que le RNR (le registre national des refus), un registre qui recenserait les volontaires au prélèvement d'organes. 'Normalement, c'est le principe de consentement présumé qui doit être appliqué. Mais dans les faits, on suit l'avis de la famille, même quand il est contraire à la volonté de la personne décédée. Les personnes qui sont favorables au don souhaitent pouvoir l'exprimer car beaucoup craignent que leur volonté ne soit pas respectée', explique Marie-Claire Paulet, présidente de France Adot.

En 2007, selon France Adot, on a procédé à 4 664 greffes, soit 54 pour cent de plus qu'en 2000."

Copyright genethique.org

"Chaque article présenté dans Gènéthique est une synthèse des articles de bioéthique parus dans la presse (...). Les opinions exprimées ne sont pas toujours cautionnées par la rédaction."
Le Quotidien du Médecin (Dr Sylvia Archimède) 18/06/08 - Le Figaro 18/06/08

Interrogations autour des 'prélèvements à coeur arrêté'

PARIS - "Des spécialistes se sont interrogés récemment sur les 'prélèvements à coeur arrêté', une procédure qui permet de prélever un organe sur une personne décédée après arrêt cardiaque, et non plus après arrêt cérébral constaté en service de réanimation.

En février les participants à une réunion de 'l'espace éthique' de l'AP-HP ont ainsi débattu d'une affaire intervenue le mois précédent à Paris. Un homme de 45 ans, victime d'un arrêt cardiaque non loin d'un hôpital, avait été soumis à de très longues procédures de réanimation, en vain.

On commençait donc à envisager un prélèvement. Mais une fois les tentatives interrompues pour constater le décès -ce qui intervient légalement après cinq minutes sans battements cardiaques-, le coeur s'est remis spontanément à battre.

'Ce patient a bénéficié d'une réanimation prolongée afin de réaliser dans un deuxième temps un prélèvement d'organes. Il est possible que si cette option n'avait pas été envisagée, le patient aurait pu être déclaré mort', a souligné au Quotidien du médecin Daniel Jannière, médecin adjoint au SAMU de Paris.

Lors de la réunion du groupe éthique de l'AP-HP, des réanimateurs ont témoigné de cas 'exceptionnels' où des personnes 'dont chacun était convaincu du décès' survivaient après une réanimation au-delà des durées 'considérées comme raisonnables'.

Ils se sont demandé alors quand devait cesser la réanimation et quand la personne devenait vraiment donneur potentiel. Tous ont constaté l'extrême 'complexité' du sujet.

Pour apaiser les inquiétudes des éventuels donateurs, le Pr Christian Cabrol, professeur honoraire de chirurgie cardio-vasculaire, a souligné que ces prélèvements sont menés actuellement en France à titre expérimental pour le rein, et seulement sur dix sites hospitaliers. 'C'est très marginal et très surveillé', a-t-il assuré.

Selon l'Agence de Biomédecine, ce type de prélèvement a permis en 2007 de réaliser 43 greffes rénales."

(Copyright AFP / 17 juin 2008 12h21)
Lien :
http://www.romandie.com/infos/news2/080617102154.z2ksa0rn.asp

Le don d'organes est encore loin de répondre aux besoins

PARIS - "Le don d'organes, en nette augmentation au cours des dernières années, est très loin de répondre aux besoins, selon l'association pour le don d'organes France-Adot, qui organise sa 13ème journée du don à la fin de la semaine.

Et pourtant, 'c'est un devoir humain', a lancé devant la presse le professeur Christian Cabrol, professeur honoraire de chirurgie cardiaque, lors de la présentation de cette journée.

Créée en 1969 par Jean Dausset, prix Nobel de médecine, France Adot, fédération d'associations départementales, est parrainée par l'acteur et réalisateur Richard Berry, qui a lui-même a donné un rein à sa soeur il y a trois ans.

En 2007, selon France Adot, on a procédé à 4.664 greffes, soit 54 pour cent de plus qu'en 2000. Cependant les dons sont restés très insuffisants : 231 patients sont décédés faute d'organe, et la liste d'attente au 31 décembre était de 7.672 malades.

Dans le même temps, 278.000 cartes de volontaires pour le don, qui n'ont pas valeur légale, ont été demandées à l'association. Le don doit être volontaire, gratuit et anonyme.

L'association plaide pour un registre officiel des volontaires du don d'organes, comme il existe un 'registre national des refus' sur lequel on peut s'inscrire si l'on ne veut pas en donner. Elle suggère aussi que soit inscrite sur la carte Vitale 2, en cours de distribution, la volonté -ou non- de donner un organe après sa mort.

En décembre dernier, 150 députés UMP et Nouveau centre s'étaient déclarés favorables à l'inscription éventuelle de la mention 'donneur d'organes' sur la Carte Vitale pour 'limiter le taux de refus spontané des familles' au moment du décès.

Effectivement, avoir une carte disant que l'on veut faire don d'organes -on peut préciser lesquels- après sa mort n'empêche pas de demander le moment venu l'accord des proches. En l'absence de proches, la loi s'applique et le consentement est 'présumé'.

'L'important c'est de s'exprimer, d'en parler à ses proches', a souligné la présidente de France-Adot, Marie-Claire Paulet, notant que seulement quatre personnes sur dix ont fait part de leur position à leur famille.

Pour toucher le maximum de gens, l'association veut inciter des sites internet à créer des liens menant à France-Adot. Son objectif, à l'occasion de sa Journée, est de réussir à obtenir '5.000 liens pour le don d'organes'.

'Autour de nous il y a des gens qui meurent simplement parce qu'on n'y a pas pensé', a lancé le Pr Cabrol. 'C'est la même chose que ne pas secourir quelqu'un qui tombe au bord de la route, c'est scandaleux, mais personne ne s'indigne', a-t-il ajouté, estimant que 'tout réside dans l'information du public'."

[NDLR.: SI TOUT RESIDE DANS L'INFORMATION, POURQUOI LE GRAND PUBLIC N'EST-IL PAS INFORME ?
Que signifie "après sa mort", puisqu'un donneur d'organes est un mort "à coeur battant" ? Qu'est-ce qu'un mort "à coeur battant" ? Qu'est-ce que le coma profond ? Qu'est-ce que le coma dépassé ? Prélève-t-on un patient en coma profond ou en coma dépassé ? Et si le patient est dans le coma, a-t-il mal ? Autant de questions sur lesquelles les acteurs des transplantations restent bien trop discrets. A la question : "quelle mort ?", on répond par "la beauté du don". C'est scandaleux, personne ne s'indigne sur le fait que le grand public n'est pas informé.]

"Des actions (bal populaire, participation à des manifestations sportives, présence dans les supermarchés les 20 et 21...) devraient être menées dans plusieurs départements dimanche et les jours qui précédent (renseignements sur le site www.france-adot.org)."

(Copyright AFP / 17 juin 2008 12h18)

Lien :
http://www.romandie.com/infos/news2/080617101850.lt2unga4.asp

3 commentaires:

Catherine a dit…

Voir aussi :
http://www.alencon.maville.com/Le-don-d-organes-mieux-vaut-en-parler-avant-/re/actudet/actu_dep-648969------_actu.html

Catherine a dit…

http://www.ouest-france.fr/13e-Journees-du-don-d%E2%80%99organes-ce-week-end/re/ofdernmin/_-648837--BKN----_actu.html

Catherine a dit…

Le site officiel de la campagne :

"8ème journée nationale de réflexion sur le don d'organes et la greffe.

Don d’organes : donneur ou pas, je sais pour mes proches, ils savent pour moi.

L’échange et la communication sont au cœur du message de la nouvelle campagne de l’Agence de biomédecine. Donneur ou pas, dire sa décision et connaître celle de ses proches, c’est se donner toutes les chances de respecter la volonté de chacun. Cela permet aussi de témoigner dans les meilleures conditions possibles, au cas où. Savoir pour l’autre, cela fait également partie de la confiance qui lient les couples, les familles.

Ici vous trouverez tous les éléments de la campagne. Vous trouverez aussi une liste des événements organisés par les professionnels du prélèvement et de la greffe et par les associations, tous impliqués dans le don d’organes."

http://www.dondorganes.fr/journee22juin.html